Actu Chômage

lundi
17 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Participation, intéressement : le marché de dupes

Participation, intéressement : le marché de dupes

Envoyer Imprimer
Au nom du «pouvoir d'achat» des Français, les députés viennent d'adopter le projet de loi sur les «revenus du travail» concocté par le ministre du Travail Xavier Bertrand.

Pour en savoir plus sur le contenu du texte => LIRE ICI

Une fois encore, ce projet n'est qu'un ramassis de mesurettes visant à faire croire aux salariés que le gouvernement se préoccupe de leurs fins de mois de plus en plus difficiles. Sans aller bien loin, on relève trois points qui prouvent que tout cela n'est que du vent :

• On l'a déjà dit ici : en ce qui concerne l'ouverture annuelle de négociations salariales contre l'amputation des exonérations de cotisations sociales (10% pendant deux ans, 100% au bout de trois ans), il s'agit d'une fausse obligation puisque l'employeur sera tenu de négocier… mais pas de conclure !

La REVALORISATION CONSÉQUENTE DES SALAIRES, qui est le cœur du problème pour le porte-monnaie de tous les salariés ainsi que la sauvegarde de leur protection sociale, passe donc à la trappe. Et on se cramponne à ces artifices périphériques que sont la participation et l'intéressement...

• Le texte vise à doubler en quatre ans les sommes distribuées au titre de l'intéressement en France via un crédit d'impôt de 20% pour les entreprises qui concluront un accord à compter de la publication de la loi et, au plus tard, le 31 décembre 2014. Or, non seulement cette incitation fiscale ne profitera qu'à des structures ayant le dos assez large pour assumer un système d'intéressement, mais elle élude surtout le fait qu'en France, 96% des entreprises comptent moins de 20 salariés ! A l'instar de la prime au transport facultative de 200 €, elle ne touchera donc qu'une partie négligeable du salariat.

• Cerise sur le gâteau : d'un côté, on accorde un crédit d'impôt de 20% à l'employeur; de l'autre, on soumet à l'impôt sur le revenu le salarié nécessiteux qui fait débloquer sa participation avant échéance. Vous avez dit «justice fiscale» ??? «Pouvoir d'achat» ou pas, c'est toujours le salarié qui a le «pouvoir»… de payer !


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 16 Novembre 2010 23:32 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...