Actu Chômage

lundi
17 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Taxe professionnelle : vers la ruine de l'investissement public

Taxe professionnelle : vers la ruine de l'investissement public

Envoyer Imprimer
La réforme de la taxe professionnelle «ne sera pas différée», a assuré Nicolas Sarkozy qui a laissé entrevoir «la disparition à terme» de cette taxe lors de son discours sur la politique économique, aujourd'hui à Toulon.

«La France ne s'en sortira pas en investissant moins mais en investissant plus. C'est la raison pour laquelle, désormais, de nouveaux investissements seront exonérés de la taxe professionnelle qui les pénalise», a-t-il argué. Car il s'agit, selon le discours consacré, de lever ce «qui pèse sur les entreprises et sur leur compétitivité»...

Et l'investissement public, il peut crever ? La taxe professionnelle représente 30 à 50% des ressources fiscales des collectivités territoriales (communes, départements, régions…) qui, loin devant l'État, portent 75% de cet investissement et font travailler de très nombreux secteurs. Faut-il, au nom de la compétitivité des entreprises privées (qui bénéficient déjà, chaque année, de 65 milliards d’€ d'aides publiques diverses et variées sans contrôle ni contrepartie sur l'emploi), pénaliser ces investissements qui visent à satisfaire les besoins ainsi que l'intérêt général des Français ?

Bien évidemment, alors que François Fillon a annoncé le lancement d'une «concertation» — dont on sait, chez lui, ce que cela signifie… — avec les collectivités locales, Nicolas Sarkozy a souhaité que soit trouvée «une ressource de remplacement qui ait moins d'effets nocifs sur l'économie. [...] Si nous arrivons à diminuer le nombre d'échelons territoriaux, alors nous pourrons poser clairement la question de la disparition à terme de la taxe professionnelle».

Alors que «les caisses sont vides», où et comment compte-t-il trouver cette indispensable «ressource de remplacement» ? Et pour qui, en réalité, sera-t-elle moins «nocive» ?

A (re)lire

Baisse de la taxe professionnelle : qui va payer le RSA ?

Recettes de l'Etat : Woerth accuse un «trou» de 3 à 5 milliards d’€

Un gouvernement fiscalement irresponsable

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 12 Août 2010 00:34 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-09-25 21:18 Et ça continue !!! Dans son "discours de Toulon", Nicolas Sarkozy a confirmé ce chiffre, dans le cadre du non-remplacement d'un agent de l'Etat sur deux partant à la retraite.

Cette année, 22.900 postes seront supprimés (soit un départ à la retraite sur trois non remplacé).

L'année prochaine, on monte encore d'un cran. Ainsi, 13.500 postes seront supprimés dans l'Education (sur environ 1 million), 8.250 dans la Défense (sur 426.000), 2.953 à l'Intérieur (sur 190.000) et 2.812 pour le ministère du Budget et de la Fonction publique.

C'est clair, Nicolas Sarkozy cherche à tuer le secteur public : il s'en prend à ses emplois (pour faire des économies de bouts de chandelle), et à son financement (pour graisser la patte aux entreprises privées).

Pour lui, "le retour de l'Etat" face aux dégâts d'un capitalisme financier irresponsable est ainsi concomitant avec la diminution drastique du nombre des fonctionnaires… et avec la braderie de la Poste !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...