Actu Chômage

lundi
21 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le retour des contrats aidés

Le retour des contrats aidés

Envoyer Imprimer
Le chômage remonte ? Dans sa grande incompétence, bien qu'il ait récemment décrété leur diminution, le gouvernement réfléchit à une réinjection de contrats aidés.

L'heure est grave : après avoir longtemps menti sur les chiffres, gaspillé l'argent public en exonérations, allègements et subventions aux employeurs pour un résultat bien maigre, «enfumé» l'opinion publique avec «des discours rassurants» sur le chômage tout en mettant en œuvre des arsenaux répressifs contre les privés d'emploi, la réalité rattrape le gouvernement : Christine Lagarde estime que le nombre de chômeurs qui se seraient inscrits en août à l'ANPE en catégorie 1 tourne plutôt «autour de 40.000». Une tendance lourde qui devrait s'aggraver d'ici la fin de l'année.

C'est la cata. Alors qu'en juin l'INSEE tablait encore sur quelque 200.000 créations d'emplois pour 2008, le gouvernement n'attend plus que 34.000 créations nettes cette année et 50.000 pour l'année prochaine, selon le projet de loi de Finances 2009 présenté vendredi en conseil des ministres...

Une réunion pour rien

La ministre de l'Economie et son secrétaire d'État à l'Emploi Laurent Wauquiez ont convoqué, ce soir à Bercy, une «réunion de crise». D'après les premières rumeurs, rien de très original : au programme, un peu de «traitement social du chômage», c'est-à-dire une hausse du nombre de contrats aidés pour les jeunes ou les chômeurs de longue durée, des aides à la mobilité, et une «mobilisation renforcée sur l'accompagnement des demandeurs d'emploi».

Pourtant, le PLF 2009 a inscrit, noir sur blanc, la réduction du budget de l'Etat en faveur de l'emploi et de la lutte contre le chômage à - 5,2% l'année prochaine et - 9,1% en 2010...

Une réinjection de contrats aidés alors que ces emplois sont précaires, à temps partiel, sous-payés, coûtent cher à l'Etat (lire en commentaire) et profitent en premier lieu aux employeurs ??? A juste titre, dans son plan d'économies décidé en avril, le gouvernement avait mis un coup de frein sur ces contrats. Ce revirement, qui n'arrangera pas ses finances, est aussi insensé qu'inefficace.

Une mobilisation renforcée sur l'accompagnement des chômeurs alors qu'il n'y avait déjà pas assez d'emplois pour tout le monde — qu'il y en aura donc encore moins — et que l'ANPE fusionne avec l'Assedic, une restructuration qui s'étalera sur un an (dixit le directeur général de l'ANPE Christian Charpy à La Tribune) et implique des conditions de travail difficiles pour son personnel ?

On nage en pleine absurdité !


=> DERNIÈRE MINUTE : En réalité, la «fourchette» ne se situait pas entre «30.000 et 40.000 demandeurs d'emploi» mais au dessus, puisque le chiffre définitif révèle 41.300 chômeurs de catégorie 1 en plus inscrits à l'ANPE en août. On reconnaît là le style d'un gouvernement qui s'évertue à tout minimiser.

=> DERNIÈRE MINUTE : Ce sont quelque 60.000 contrats aidés supplémentaires qui seront injectés dans le circuit afin de «servir d'airbag» à la crise.… Ridicule !

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 29 Septembre 2008 15:59 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2008-09-29 15:16 PLF2009: projet de loi de finance 2009 je suppose

Et pour financer les contrats aidés dont raffolent certaines entreprises et administrations l'argent reversé aux très riches va manquer cruellement au gouvernement dans le cadre du bouclier fiscal (tous les assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune ne bénéficient pas de cette mesure, mais seulement les très riches sont concernés)

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2008-09-29 16:14 La tendance de l'emploi a deux vitesses est en train de devenir lourde.
D'un côté des salariés qui travaillent à plein temps enchaînant des heures supplémentaires et de l'autre côté des salariés à temps très partiels, payés à la journée, qui sera peut être leur seule journée dans un mois, et qui serviront de larbins aux premiers avec au milieu des entreprises cotées en bourse qui serviront d'intermédiaires.

Alors demain, tous exploiteurs?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-09-30 17:19
Le projet de loi de finances (PLF) 2009 prévoit le financement de 280.000 contrats aidés : comme dans la loi de finances 2008, il en a prévu 50.000 dans le secteur marchand et 230.000 dans le secteur associatif, éducatif et sanitaire, sans tenir compte de la rallonge décidée en cours d'année (+ 60.000).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-10-15 14:20
Ces emplois subventionnés ont alors coûté 8,5 milliards d’€ à l'Etat, pour une efficacité très limitée en terme de qualité et de durabilité. Les seuls gagnants ont été les employeurs qui ont trouvé là une main d'œuvre quasi gratuite et jetable, et les statistiques officielles qui ont pu afficher des chiffres du chômage en baisse.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-10-31 19:05 C'est pas joli-joli !

À LIRE DANS LE MONDE
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...