Actu Chômage

vendredi
13 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique DRE : Quid du bilan d'étape du gouvernement ?

DRE : Quid du bilan d'étape du gouvernement ?

Envoyer Imprimer
Depuis le 1er janvier 2009, la suppression progressive de la dispense de recherche d'emploi des chômeurs âgés est programmée jusqu'à extinction complète du dispositif en 2012. Afin de mesurer l'impact ô combien bénéfique de cette décision sur le retour à l'emploi des seniors, le gouvernement s'était engagé à produire un rapport avant le 30 juin 2011.

C'était écrit noir sur blanc :

LOI n°2008-758 du 1er août 2008 relative aux droits et aux devoirs des demandeurs d'emploi
[...]
Article 4
[...]
IV. ― Avant le 30 juin 2011, le Gouvernement dépose au Parlement un rapport sur l'impact sur le retour à l'emploi des intéressés de la suppression progressive de la dispense de recherche d'emploi et, le cas échéant, au vu de ces éléments, sur l'opportunité d'un aménagement de la législation.

(Source : Légifrance)

Or nous sommes le 1er juillet, et rien ne transpire. Surtout pas dans les médias qui occultent au maximum l'actualité sociale à grands renforts d'écrans de fumée permanents.

Du côté des syndicats non plus : n'étant pas destinataires de ce document, ils ne peuvent nous en dire plus.

Du côté du Parlement, la chose est difficile : j'ai, par exemple, demandé à ma Députée si elle avait eu vent de quelque chose. Son assistant, m'avouant qu'ils étaient submergés de rapports en tous genres, m'a assuré qu'il mènera son enquête, y compris auprès d'autres députés. J'attends sa réponse avec impatience.

Donc, pour l'instant, pas moyen de savoir si ce bilan d'étape a bien été réalisé, puis déposé comme promis au Parlement. Mais, à l'instar du récent rapport sur les heures supplémentaires défiscalisées par la loi Tepa, nous ne pouvons qu'en imaginer les conclusions... Il est évident que la suppression de la DRE n'a eu aucun impact positif sur l'emploi des seniors, puisqu'ils continuent à gonfler les chiffres de Pôle Emploi.

Tous ces vieux qui se la coulent douce et attendent la retraite…

Aussitôt élu, Nicolas Sarkozy nous faisait croire que tout allait pour le mieux, qu'il y avait de l'emploi pour tout le monde (malgré un taux de chômage qui gravitait autour de 8%) et que les chômeurs étaient des fumistes. Quant au problème des seniors, il a voulu nous faire croire qu'il était dû à l'existence des préretraites et de la dispense de recherche d'emploi — considérée comme «un système de préretraite financé par l'Unedic» —, qu'il fallait supprimer au plus vite.

C'est Christine Lagarde, alors ministre de l'Emploi, qui s'en est chargée. Les seniors «doivent pouvoir chercher du travail parce que tout simplement on est dans un monde qui vieillit mieux, qui vieillit bien et qui va travailler plus longtemps», affirmait-elle, surfant à dessein sur l'appellation fallacieuse de la DRE — qui est en réalité une dispense de pointage mensuel et de suivi à Pôle Emploi, non de recherche d'emploi : ainsi, beaucoup de «dispensés», qui n'ont jamais compté sur l'ANPE et refusaient de se résigner, continuaient à postuler. En vain.

Un "plan senior" qui n'a servi à rien

Car, déjà à l'époque, les seniors (considérés comme tels dès l'âge de 40 ou 45 ans) étaient la cible privilégiée des licenciements, puis de la discrimination à l'embauche. Avec l'instauration de la rupture conventionnelle en août 2008, à ce jour, ils sont particulièrement exposés à son utilisation abusive.

C'était en grande fanfare que Christine Lagarde, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez ont alors présenté leur "plan seniors" qui visait à les inciter à rester dans l'emploi tandis que les entreprises s'en débarrassaient. Au menu : fin des préretraites et des mises à la retraite d'office (qui n'ont servi à rien sauf à déplacer le problème), hausse de la surcote, suppression de la DRE et de l'allocation équivalent retraite (AER), facilitation du cumul emploi retraite (véritable aubaine pour les employeurs) et, comble de l'incurie, mise en place d'«accords obligatoires sur la gestion des âges» complètement bidons, car non contraignants.

Telle fut leur «politique vigoureuse en faveur de l'emploi des seniors» où il était question d'inciter les entreprises à changer de mentalité via une campagne de pub aussi ridicule que coûteuse. Résultat : il n'en fut rien. Par contre, l'objectif de faire porter le chapeau des archaïsmes patronaux aux chômeurs fut, lui, une réussite.

Puis la crise nous est tombée dessus…

Aujourd'hui, en France métropolitaine, on compte 533.000 chômeurs de 50 ans et plus en catégorie A. En ABC, on en compte 786.000 dont plus de la moitié (407.600) sont des femmes. En glissement annuel, la progression est de 14,1%. Et les actuels bénéficiaires de la DRE, qui ne figurent dans aucune des catégories de Pôle Emploi, sont 234.000 (variation annuelle : -24%). Ils étaient 383.000 fin 2007.

La suppression progressive de la DRE a donc été parfaitement INUTILE, l'espoir de retrouver un emploi aux abords de 60 ans étant quasiment impossible. Elle a aussi été INJUSTE, car elle bénéficiait surtout aux ouvriers et aux employés.

On ne s'éternisera pas non plus sur la suppression définitive de l'AER qui plonge cette année quelque 30.000 chômeurs âgés aux minima sociaux alors qu'ayant travaillé tôt, ils ont tous leurs trimestres de cotisation mais ne peuvent prendre leur retraite parce qu'ils n'ont pas atteint l'âge légal. Cette suppression permet à l'Etat d'économiser quelque 250 millions d'euros... Tandis que la DRE, elle, ne lui coûtait pas un rond.

Toucher à la DRE fut le degré zéro de la politique de l'emploi : car ce n'est pas en la supprimant que tous ces chômeurs âgés ont été davantage "incités" à retravailler, les principaux responsables de cet ignoble gâchis étant bel et bien les employeurs.

Alors, où en est ce rapport ?
Affaire à suivre...

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 28 Décembre 2011 03:43 )  

Commentaires 

 
+1 # pat-du49 2011-07-01 18:51 Le rapport dit "circulez y a rien à voir"

tout comme le reste ..

le plan rebond, spong spong spong … plouf
la prime de 500 euros pour les jeunes spong spong spong … plouf
le RSA jeunes spong spong spong … plouf
le permis à 1 euro/jour spong spong spong … plouf
la maison à 15 euros/ jour spong spong spong plouf ..
le droit opposable au logement spong spong spong .. plouf
l'allocation équivalent retraite, pan, dégage .. pschittt
la prime retour emploi .. pshitt à dégager.

et j'en oublie surement ..

que des trucs qui on couté des centaines de milliers, voir des millions d'euros, en campagnes de communications, en paperasses, en rapports de mise en place, en machin d'évaluation, en commissions aux membres grassements payés etc etc ..
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # ElMoMo 2011-09-07 13:17 Je reviens sur ce sujet, le député de SH a-t-elle répondu et a-t-on la possibilité de consulter ce rapport et même si, comme le dit pat-du49, ce rapport dit "circulez y a rien à voir". Nos députés et ministres nous doivent une réponse et j'aimerai bien la connaitre exactement.
J'ai moi-même envoyé un courriel à mon député et au 1 er ministre, sans réponse de leur part actuellement
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-07 13:28 Non, rien. J'ai relancé deux fois Mme George Pau-Langevin : aucune réaction.

Idem pour plusieurs lecteurs d'Actuchomage qui ont fait la même chose de leur côté : silence radio !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # maguy 2011-07-01 19:49 Exact Pat49 et ta liste n'est pas exhaustive, malheureusement .

J'ai bientôt 57 ans et suis aux minima depuis plus de 10 ans.
On veut "inciter" les vieux chômeurs à retravailler ? Mais qui doit être incité sinon les employeurs qui trouvent largement leur compte en employant des stagiaires ou autres précaires.
Je REFUSE n'importe quel emploi aidé qui s'apparente pour moi au travail au noir si l'employeur ne paie pas sa part de cotisations.
Je ne me braderai jamais et aucun employeur sain d'esprit ne m'embauchera car je ne suis pas un mouton.
Le CDD vieux existe depuis des années et aux dernières nouvelles il n'en avait été conclu qu'une vingtaine.
Bravo, les cravatés qui n'ont jamais subi une hiérarchie harceleuse, qui trouvent des jobs super payés parce que papa ou maman… pauvres nuls, qui du haut de vos diplômes croyez tout savoir, parce qu'on vous l'a appris à l'école et avez décroché la palme du beau parleur sans aucune matière derrière.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Murie 2011-07-02 12:55 Depuis que je suis rentrée en France, j'assiste au bilan d'une dictature molle (quoique la “force policière“ y soit violente). : 0
Ça brasse du vent qui coûte cher.
Façade, façade, façade.

De plus, j'ai jamais aimé cet agisme AIGUE en France :((

Les diplômes, ce n'est pas que du joli papier à encadrer. C'est beaucoup de travail, de longues heures d'études et de recherches (pour ma part en sciences). Toutefois, malgré un bon niveau, sans relation et/ou sans comportement faux-cul, bien souvent on peut se faire déclasser, et les chances de faire sa place, une bonne surtout, sont minces.
Le savoir est malheureusement un lieu de pouvoir plein de fourberies en tout genre 8))
Et d'accord pour le revenu universel : du sel dans notre vie, et la nique au pouvoir de domination :))
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Tannhauser 2011-07-01 23:09 Il ne faut pas rêver: Les soi-disant "seniors" resteront exclus du marché de l'emploi, sauf si le candidat dispose d'une qualification professionnelle à la fois rare et très recherché. Les candidatures des "seniors" sont éliminées dès le premier tri. Mais même dans des rares cas - qualification rare et recherchée -, l'employeur va essayer de chipoter sur le salaire.

C'est la raison pour laquelle je défends l'idée du revenu universel (1500 euros par mois, toutes préstations sociales incluses) pour toute personne exclue du marché du travail.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Samantha 2011-07-02 12:46 Que les chômeurs et les pauvres arrêtent de se plaindre et prennent exemple sur d'audacieux entrepreneurs: http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/06/les-quelques-riches-et-les-innombrables.html Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Murie 2011-07-02 19:12 Samantha
Bon heureusement que je suis allée voir ton blog - fort intéressant sur le langage des médias notamment - sinon j'aurais pu te déclasser ;) Faut faire attention à l'humour décalée qui peut mal se prendre - y en a tellement qui pensent que «y a qu'à» être entrepreneur-e.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...