Actu Chômage

samedi
24 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les «vieux» devront chercher le travail qu’on leur refuse

Les «vieux» devront chercher le travail qu’on leur refuse

Envoyer Imprimer
Chez Fillon/Sarkozy, la machine à inverser les responsabilités tourne à plein régime. Dernier épisode : Christine Lagarde confirme que les chômeurs de plus de 57 ans et demi, actuellement dispensés «de recherche d’emploi» (DRE), devront prochainement s’y remettre… à chercher ce boulot qu’on leur refuse.

Tout le monde au turbin, même celles et ceux qui, chaque jour, sont foutus à la porte des entreprises à cause de leur âge ou se voient refuser un poste… pour la même raison. Dans l’esprit de la majorité au pouvoir, une fois de plus, ce sont les victimes du système qui endossent l’entière responsabilité de leur situation… ô combien enviable. Après les chômeurs de tous âges qui refusent en bloc et massivement les offres «valables» qu’on leur fait et qu’il est grand temps d’obliger à accepter le premier job venu, ce sont les «vieux» chômeurs, ces fainéants, qui devront se bouger les fesses pour retrouver du travail après 57 ans et demi.

La mal nommée «DRE»

Les seniors «doivent pouvoir chercher du travail» a affirmé la ministre de l'Emploi, «parce que tout simplement on est dans un monde qui vieillit mieux, qui vieillit bien et qui va travailler plus longtemps». Donc, dans l’esprit de nos gouvernants aussi privilégiés qu’ignares, si ces «vieux» chômeurs ne travaillent plus, ce n’est pas parce que les entreprises ne veulent plus d’eux, non... C’est parce qu’ils sont «dispensés de recherche d’emploi» et qu'ils se la coulent douce en attendant la retraite. Ben voyons ! Christine Lagarde ignore que la DRE est en réalité une dispense de pointage mensuel et de suivi ANPE, pas de recherche : ainsi, beaucoup de «dispensés» - qui n'ont jamais compté sur l'ANPE et refusent de se résigner - continuent à postuler. En vain. Mais ils le font !

Les «vieux» contrôlés… et sanctionnés

Et c’est ainsi qu'une ministre dilettante justifie son salaire (mais elle n'est pas la seule : Laurence Parisot semble ignorer tout autant ce qu'est la DRE). Et c’est ainsi qu’on inverse les responsabilités, en dédouanant les employeurs et en culpabilisant les chômeurs. Elle est pas belle la vie ? Ne nous faisons aucune illusion : la suppression de la DRE s’accompagnera immanquablement, pour les «vieux» chômeurs, du contrôle de leurs recherches forcément infructueuses, de harcèlement et de sanctions s’ils ne mettent pas assez de cœur à retrouver le chemin de l’usine, de l’atelier ou du bureau, voire de radiation (avec suppression des allocations) si ces odieux récalcitrants se découragent.

Les discriminations toujours impunies

Et pour les entreprises qui pratiquent ouvertement ou de façon déguisée la discrimination à l’embauche sur des critères d’âge, quelle sanction est prévue par madame Lagarde ? Aucune !!! Et nous sommes bien placés pour en parler, ici sur Actuchomage, nous qui avons porté plainte en 2005 contre 40 entreprises pour cette raison. Alors que nos plaintes, soutenues par la HALDE (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), étaient fondées sur des preuves IRRÉFUTABLES (des offres d'emplois laissant apparaître des critères d'âge prohibés par le Code pénal et le Code du travail), 90% d’entre elles ont été classées sans suite, notamment par le Procureur de la République de Paris. Seules quatre entreprises ont été poursuivies et condamnées en 2007 : lire en commentaire...

Une fin de vie professionnelle réjouissante !

Une précision quand même. Christine Lagarde assure que la mesure ne sera pas rétroactive : les chômeurs qui bénéficient actuellement de cette dispense ne seront pas concernés (les petits veinards !). S'il passe, son projet de loi n'entrera en vigueur qu'au 1er janvier 2009. Seuls les «nouveaux arrivants» âgés de plus de 55 ans ou 57 ans et demi seront soumis à la double peine : celle de se retrouver au chômage, et dans l’obligation de rendre des comptes sur la quête de cet emploi qu’on leur refuse en raison de leur âge. Voilà une fin de vie professionnelle qui promet d’être réjouissante ! Sans parler de l'espoir compromis de toucher une retraite à taux plein.

383.000 DRE non comptabilisés dans les chiffres officiels

Pas folle, la guêpe. L'Unedic recense 383.117 DRE au 31 décembre 2007 : ces privés d'emploi ne sont nullement inclus dans les statistiques servies chaque fin de mois aux médias. Lagarde va donc bien se garder de faire basculer du jour au lendemain tous ces chômeurs âgés en catégorie 1, le baromètre officiel du chômage en France. Ils resteront dans l'ombre, puisque la mesure n'est pas rétroactive et que seuls les nouveaux seront concernés !

Pas folle car, du jour au lendemain, le chômage augmenterait de près de 20% !!! Ce qui aurait un effet catastrophique sur l'opinion qui, évidemment, ignore que ces 383.000 personnes sont escamotées des chiffres officiels et pense que «le chômage baisse». Le tour est joué !


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 01 Juillet 2011 12:39 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2008-04-19 00:44 Notre article du 20 septembre 2007

En 2005, 7 membres d’APNÉE/Actuchomage saisissaient la HALDE (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) de 40 annonces de recrutement présentant des critères d’âge restrictifs et illégaux. Si le Procureur de la République de Paris a classé sans suite les plaintes relevant de sa juridiction, quelques Procureurs de province ont décidé d’engager des poursuites contre les entreprises incriminées. Résultat : 4 procès gagnés en 2007 !

À notre initiative, le 13 février dernier, le Tribunal de grande instance de Lyon (TGI) condamnait pour la première fois en France une entreprise pour discrimination à l’embauche sur des critères d’âge. Le 5 mars, une société bordelaise écopait à son tour de 3.000 € d’amende. Le 5 juin, le TGI de Lyon récidivait en condamnant un cabinet de recrutement à 1.000 € d’amende (dont 500 «ferme» et 500 avec sursis). Et, pour la première fois, la Justice accordait des dommages et intérêts - 100 € - au plaignant, notre ami Gérard Plumier.

Aujourd’hui, jeudi 20 septembre, le Tribunal correctionnel de Niort a condamné une consultante en ressources humaines à 1.000 € d’amende avec sursis, et le plaignant, notre ami Vincent de Rocher, touchera 300 € de dommages et intérêts. Ainsi, notre association – par l’intermédiaire de ses membres – a gagné 4 procès depuis le début de l’année 2007. Gageons que ces décisions de Justice contribuent à faire évoluer les mentalités archaïques en matière de recrutement.

Les principales étapes de nos démarches depuis mars 2005 :

7 membres d’APNÉE/Actuchomage portent plainte.

La HALDE donne raison aux 7 chômeurs discriminés.

Le Procureur de Paris classe sans suite nos plaintes.

Discriminations : le Premier ministre, le ministre de l’Industrie, les Présidents de la SNCF et d'EDF doivent se justifier !

Procès de Lyon : La sélection par l'âge reconnue comme une discrimination.

Discrimination à l'embauche : Procès en correctionnelle le 2 août à Niort.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-19 10:59
Ces procès ont été dissuasifs : notre action ayant été médiatisée et des recruteurs inculpés, aujourd'hui les sites-emploi (dont le plus friand de mentions d'âge illégales était Monster) ne se risquent plus à indiquer ces fourchettes d'âge humiliantes dans leurs offres.

Par contre, si la loi est respectée, la discrimination demeure, larvée. Une discrimination qui bafoue non seulement les candidats seniors mais aussi femmes, handicapés, issus de l'immigration… Cette discrimination est intimement liée à la pénurie d'emplois dont souffre notre pays. Les employeurs n'ont que l'embarras du choix !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2008-04-19 01:21 Un extrait de notre article du 17 avril : "Sanctions aux chômeurs : les rencontres commencent ".

(…) Outre les premiers «droits et devoirs» déjà révélés, la ministre de l'Emploi se déclare prête à lever la dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs de plus de 57 ans et demi (55 ans s'ils ont leurs 160 trimestres), estimant qu'à cet âge-là «on n'est pas fichu, on peut retrouver un emploi»…
Ce qui est vrai dans le milieu où elle évolue : avec une moyenne d'âge des parlementaires relativement élevée, à 53 ans Nicolas Sarkozy passe pour un "jeune président" ; mais sur le marché du travail qu'on réserve à «la France qui se lève tôt», c'est déjà trop vieux. On est habitués aux sorties de «Marie-Antoinette» ou «Madame la Marquise», dont le bêtisier s'étoffe plus elle ouvre la bouche. Si elle est gratinée, elle n'est pas la seule : la méconnaissance des réalités est le signe distinctif de ces gens qui nous dirigent et qui n'ont ni problème d'emploi ou de retraite, ni souci de pouvoir d'achat.

A fin décembre 2007, selon l'Unedic, 383.117 privés d'emploi étaient officiellement dispensés de recherche (ou, plutôt, du suivi ANPE et du pointage mensuel) et non comptabilisés dans les statistiques officielles. En les remettant au goût du jour, Christine Lagarde prend le risque d'augmenter considérablemen t le nombre de chômeurs de catégorie 1. Affaire à suivre…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-19 10:54
On nous dit qu'à fin décembre 2007, l'Unedic recensait 383.117 DRE, contre 405.800 fin 2006 et 408.703 fin 2005.

Or, à fin novembre 2006, on nous annonçait partout 415.593 DRE !

D'où vient cet écart ? Sont-ils bien tous comptabilisés ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-21 18:03 Alors que des centaines de milliers de chômeurs âgés aimeraient déjà avoir un emploi, Xavier Bertrand, lui, songe à faciliter le travail de ceux qui veulent arrondir leur retraite ou qui s'ennuient chez eux…

Le gouvernement ne présentera ses propositions sur les retraites qu'à compter du 28 avril. «C'est au début de la semaine prochaine que je vais proposer de recevoir à nouveau l'ensemble des partenaires sociaux», a déclaré Xavier Bertrand sur Canal+. Le ministre du Travail va insister sur l'emploi des seniors, afin de contrebalancer le passage à 41 ans de la durée de cotisation : «C'est la priorité des priorités. Nous sommes en train de préciser des mesures simples et efficaces», a-t-il assuré, en excluant de nouveau un relèvement de l'âge légal de la retraite (60 ans).

Xavier Bertrand insiste sur la «vraie simplification» à venir du dispositif permettant de cumuler un emploi et une retraite. Il a critiqué des plafonds «incompréhensib les et illisibles» (le cumul ne doit pas dépasser le dernier salaire, ou 1,6 SMIC pour les bas revenus), de même que l'obligation d'attendre 6 mois après avoir liquidé sa retraite pour retravailler avec le même employeur.

Selon nos informations, le gouvernement veut supprimer tout plafond et tout délai au-delà de 65 ans, assouplir fortement les règles entre 60 et 65 ans et, inversement, interdire le cumul avant 60 ans pour éviter que des salariés ne soient incités à liquider trop tôt leur retraite. Par ailleurs, Xavier Bertrand a de nouveau plaidé pour que «les retraites soient versées au tout début du mois, le 2 ou le 3», au lieu du 8 ou du 9 actuellement.

(Source : Les Echos)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-30 06:01
Emploi des seniors : «On se moque de nous depuis longtemps», estime notre ami Gérard Plumier dans Libération.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...