Actu Chômage

lundi
17 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pire que celui des soldes, le marronnier de la fraude sociale

Pire que celui des soldes, le marronnier de la fraude sociale

Envoyer Imprimer
Avant, la fraude des pauvres était pointée du doigt deux fois par an. Maintenant, c'est tous les deux mois ! Et le gouvernement se garde bien de souligner que les plus gros fraudeurs sont les entreprises.

Logique : mai 2012 approche et pour mener campagne, l'UMP a remplacé sa traditionnelle lutte contre l'insécurité, vaguement éculée, par la lutte contre l'«assistanat» avec un zèle acharné.

Or, ces millions d'«assistés» ne sont que les victimes d'un système économique qui génère des crises à répétition, du chômage, de la précarité et de la misère. Inutile de dire que l'UMP adoube ce système qui accentue les inégalités : tandis qu'elle fait la guerre aux pauvres afin de détourner l'attention des Français sur sa vocation première — servir les riches —, elle continue en toute discrétion d'adopter des mesures qui exemptent les plus aisés, comme sa récente réforme de la fiscalité du patrimoine...

Ainsi, jusqu'au bout, l'UMP donne à croire aux plus crédules que les «assistés» sont les chômeurs et les pauvres, de surcroît accusés d'être responsables de leur situation alors qu'en réalité, les vrais «assistés» sont ses amis les nantis => voir le paragraphe 2 de cet article. Les montants qui leur sont octroyés donnent le vertige. Sans compter les avantages accordés à certains, qu'on appelle des «fromages» pour garder un peu d'humour.

Et revoilà la fraude sociale !

A peine éteinte une odieuse polémique sur le RSA, un deuxième angle d'attaque ressurgit via le rapport parlementaire de la Mission d'évaluation des comptes de la Sécurité sociale (Mecss) publié aujourd'hui, remettant sur le tapis la petite fraude aux prestations sociales. Bien sur, les médias relaient l'information sans difficulté alors qu'ils passent sous silence les petits détails honteux de la réforme de l'ISF ou expédient les décisions de Bruxelles contre des plus démunis.

Rien de nouveau sous le soleil : ce rapport évalue à plus de 20 milliards d'euros par an la fraude aux prestations et aux cotisations sociales (sur un total de 600 milliards de versements Sécu). Or, si l'essentiel de cette fraude est lié aux employeurs — travail illégal ou dissimulé : entre 8 et 16 milliards de cotisations patronales et salariales non versées à l'Urssaf —, ce sont pourtant les fraudeurs aux prestations — arrêts maladie, allocations familiales ou RSA : 2 à 3 milliards — qui sont ouvertement montrés du doigt.

Pas plus tard qu'en avril, nous avions publié un article sur le sujet qui disait exactement la même chose. On le répète : avec l'UMP, la lutte contre la fraude est inversement proportionnelle aux montants qui sont en jeu. Plus les pertes sont volumineuses et préjudiciables pour l'économie (45 milliards rien qu'avec la fraude fiscale…), moins la lutte est vigoureuse; plus les sommes sont modestes, plus l'arsenal répressif est renforcé. Ainsi Mamie Zinzin, les voleurs en col blanc et les patrons indélicats peuvent, eux, continuer à dormir tranquille.

L'UMP rêve d'un FBI anti-pauvres

Rien de tel pour les pauvres et les assurés sociaux que l'on insulte. Les préconisations du rapport de Monsieur Tian les cible particulièrement, à l'image du Projet 2012 de l'UMP où la création d'un «FBI» de la lutte contre les fraudes, consistant à accroître le contrôle envers les plus fragiles, est avancée au nom de la «justice sociale». Alors qu'il y a cinq fois plus à récupérer dans la fraude patronale, une multiplication des contrôles de l'Urssaf ou de l'Inspection du travail n'est pas au programme. On préfère lutter contre les malades imaginaires.

On n'a pas fini d'en entendre parler puisque ces points seront rediscutés lors du prochain Conseil des ministres, avec des communications de François Baroin (Budget), de Xavier Bertrand (Travail et Santé) et de Roselyne Bachelot (Solidarités).

Faut-il enfin rappeler que la petite fraude des pauvres relève de la survie et non de l'avidité ? En conclusion, nous renvoyons vers ce billet qui nous propose de méditer sur la légitimité de la fraude des pauvres, que l'on peut considérer comme un acte de désobéissance civile au vu de nos textes fondateurs. Car, «dans un pays regorgeant de richesses et de moyens matériels ou humains pour les produire, ceux qui privent une frange de plus en plus importante de la population des moyens financiers suffisants pour satisfaire ses besoins vitaux élémentaires se délégitiment eux-mêmes et délégitiment les lois qu’ils prétendent faire appliquer». CQFD.

SH





Une excellente enquête sur les patrons qui fraudent :



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 23 Mars 2012 10:51 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2011-06-23 00:39 Les banques et les profiteurs qui spéculent contre nos vies ont mis des centaines de milliers de gens en France (et ailleurs) dans des difficultés graves (voire les ont fait sombrer dans la misère) et pourtant personne n'a été poursuivi , jugé et mis en prison.
Beaucoup de gens ont eu leur vie brisée et personne à qui demander des comptes.
A une autre époque, le peuple aurait été moins placide et il aurait fait payer les responsables.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-06-23 11:01 Vu hier soir au JT de Canal+ : la présentatrice évoque les 20 milliards de fraude et précise que 3 milliards constituent de la fraude aux allocs. Silence total sur tout le reste qui constitue de la fraude patronale. Et hop! on passe au sujet suivant… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2011-06-23 12:11 Même chose sur Europe 1 hier matin. les journalistes annoncent le sujet des fraudes et disent qu'elles proviennent en premier des fraudes fiscales. Quelques minutes après dans le développement du sujet : silence sur ces fraudes fiscales et lumière sur les fraudes sociales. Tour de passe-passe ! Si on n'est pas attentif, on continue d'avaler des couleuvres ! Flagrant délit de désinformation ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Mona 2011-06-25 05:08 Oui et les journaleux trouvent que travailler 5 heures hebdo c'est déjà bien, que ça redonnerait de la dignité et blablabla

Moi je suggère que les RSAstes jouent les débiles profonds puisqu"on les prend pour des c…

Chez popol, avec les con-seillers, répondre à côté des questions, chanter, rire, se déchausser, aller regarder par la fenêtre…

Ce serait d'un drôle je trouve :)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-06-26 12:01 Fraude aux allocs par des Eurodéputés

Le Parlement européen a finalement mis en ligne un rapport qu'il tentait d'étouffer depuis trois ans. On comprend qu'il n'ait pas été pressé de le rendre public : on y découvre que des députés européens ont tranquillement détourné les fonds publics destinés à payer leurs assistants. Les sommes en jeu étaient importantes : plus de 15.000 euros par mois pour chaque élu en 2006. Soit, au total, 10% du budget annuel du Parlement.

www.rue89.com/2011/06/24/comment-des-eurodeputes-detournaient-le-salaire-de-leurs-assistants-210669
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2011-06-27 12:30 Ces mêmes zéros députés , pardon eurodéputés sont les mêmes qui demandent de faire des efforts aux peuples. De qui se moque-t'on ? Ces " fraudeurs " doivent être traduit devant la justice. C'est un détournement de fond public . Où l'on voit que les véritables fraudeurs sont en col blanc et près des grosses sommes ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-06-28 17:09 Les allocataires du RSA sont les plus contrôlés !

Alors que le gouvernement présentait, lors du Conseil des ministres, le bilan et les perspectives de la lutte contre la fraude et que la mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (Mecss) de l'Assemblée nationale présentait ses propositions de lutte contre la fraude sociale, c'est au tour de la délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) de publier son bilan d'activité 2010.

Si celui-ci balaie un champ plus vaste que la seule fraude sociale (fraude fiscale et douanière, fraude sur internet…), il apporte néanmoins des informations intéressantes sur ce secteur. Il apparaît ainsi que les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) sont les plus contrôlés parmi tous les allocataires de prestations sociales ou de minima sociaux gérés par la branche famille. Près de la moitié des contrôles sur place concernent en effet des bénéficiaires du RSA, alors que ceux-ci ne représentent que 16,7% des allocataires des CAF.

www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250262046379&cid=1250262043637
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-07-31 04:36 La fraude sociale est d’abord celle des patrons, mais le contrôle concerne plus les assurés sociaux :

alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2011/07/30/la-fraude-sociale-est-dabord-celles-des-patrons-mais-le-controle-concerne-plus-les-assures-sociaux/
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...