Actu Chômage

mercredi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les nouveaux avatars de Pôle Emploi

Les nouveaux avatars de Pôle Emploi

Envoyer Imprimer
Bientôt, une machine vocale pour remplacer les conseillers et des conversations automatisées pour guider les chômeurs.

Dans ce monde où le travail n'est plus une valeur à célébrer mais un coût à réduire en priorité, on n'arrête pas le "progrès" et, plus que jamais, l'automatisation a de l'avenir. Après les ouvriers puis les caissières remplacés par diverses machines, voici venu le tour des conseillers téléphoniques (à qui l'on demande, déjà, de parler comme des robots) ou Internet : de l'Amélie de la Sécu que l'on peut même draguer à la Laura d'EDF Bleu ciel en passant par la Lucie de chez SFR ou la Emma de chez MMA, il faut optimiser les gains et faire disparaître le peu d'humanité qu'il reste à grand renfort d'intelligence… artificielle. Des agents virtuels et autres "avatars grand public" prêts à vous satisfaire et disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 : bienvenue dans un monde parfait !

Prochaine étape : euthanasier proprement ces centaines de milliers d'êtres humains en trop qui croupissent de plus en plus longtemps au chômage et sombrent dans la misère ?

Une intelligence… de rentiers

Ironie du sort, ce sera bientôt au tour de Pôle Emploi - qui, totalement débordé, est en pourparlers avec la société VirtuOz, spécialiste de la technologie conversationnelle - de proposer ce type de services (avec, pour avatar, Paulette ?). «Nous pouvons effectivement contribuer à mieux guider les demandeurs d’emploi sur le site. Il y aurait énormément de choses à faire», commente Laurent Landowski, co-fondateur de cette start-up française qui vient de déplacer son siège à San Francisco.

Quel en est le prix ? «Il faut compter entre 50 et 150 K€ pour paramétrer l’agent conversationnel pendant une durée maximum de trois mois. Ensuite, nous facturons à la conversation traitée avec un coût unitaire qui varie selon la nature de l’échange. Cela va de quelques dizaines de centimes d’euro jusqu’à plusieurs euros», dit-il. C'est donc une opération lucrative à long terme.

Et les emplois ?

Mais en ce qui concerne l'impact de cette technologie sur l'emploi, Laurent Landowski ne voit pas plus loin que le bout de son nez. «L’agent conversationnel n’est pas un concurrent. Il travaille en équipe avec les conseillers. La mise en place de notre technologie ne s’est jamais traduite par des réductions d’effectifs sur les plateaux téléphoniques ou sur les équipes en charge de répondre aux courriels des utilisateurs, défend-il. À la Fnac, par exemple, les contacts ont été réduits de 40%, ce qui permet aux salariés de répondre mieux et plus vite aux demandes de contacts par courriel. Chez MMA, l’activité des téléconseillers du site internet a évolué. Ils font plus de vente et moins de soutien. Notre technologie conversationnelle évite de saturer des conseillers qui peuvent se concentrer sur des échanges à plus haute valeur ajoutée».

Alors, qui reste encore persuadé que le travail n'est pas près de disparaître ?

Post Scriptum : Au fait, avant de nous mettre ces joujoux pour réaliser des économies sur sa masse salariale, quand est-ce que Pôle Emploi investit sérieusement dans la maintenance de son pitoyable site Internet, constamment saturé et truffé de bugs ?

SH
Mis à jour ( Lundi, 03 Mai 2010 11:50 )  

Commentaires 

 
0 # SHINE 2010-04-27 16:16 A QUOI SERT LE POLE EMPLOI MAINTENANT ??? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-04-27 16:21 A quoi servait-il AVANT ??? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Denis21 2010-04-27 16:47 Multi-citer superuser:
A quoi servait-il AVANT ???

Avant, il y avait un service public de l'emploi. Dans une de ces antennes, dans mon petit village, un agent m' avait renseigné sur ce que je devais faire pour répondre à des offres d'emploi, me faire rembourser mes billets de train pour aller aux entretiens, etc… Et grâce à ces petits conseils et ces "gros" avantages, un ex-étudiant fauché et revenant du service militaire, pouvait trouver son premier job. Cela s'appelait le service public de l'emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # superuser 2010-04-27 17:42 Et maintenant on a une grosse machine infernale quasi inopérante, volontairement déshumanisée, et qui sert de bras armé à un gouvernement qui lutte contre les chômeurs au lieu de lutter contre le chômage. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2010-04-27 21:28 Tout est voulu.

La simplicité a un coût immédiat (donc on ne va pas la favoriser).

La complexité permet de perdre les bénéficiaires, clients et ayants droit, dans les arcanes de la virtualité.

C'est autant de temps gagné. Et le temps, c'est de l'argent.

On déshumanise tous les rapports (sociaux, commerciaux…) dans l'entreprise et la société pour individualiser plus encore les parcours, les requêtes et les revendications, et empêcher les "regroupements".

Cette politique du chacun pour soi dans un monde de "convivialité virtuelle" finira par exploser un jour.

J’espère ne pas être encore trop gâteux pour pouvoir y participer.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...