Actu Chômage

mercredi
17 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pour sauver les retraites, il faut diminuer la durée de cotisations !

Pour sauver les retraites, il faut diminuer la durée de cotisations !

Envoyer Imprimer
Pour "sauver" les retraites, Medef et gouvernement préconisent une augmentation de la durée de cotisations, donc d’activité professionnelle. Le problème, c’est que celle-ci diminue d’année en année. Pour pérenniser le système, il faut donc faire le contraire : réduire la durée de cotisations ! Faute de quoi les retraités pauvres seront "la norme" dans les 20 prochaines années.

Prolonger la durée d’activité professionnelle donc de cotisations, voilà la principale mesure que le Medef et le gouvernement proposeront pour "sauver" notre système de retraites.

Sur le papier, l’équation semble s’imposer d’évidence.

L’espérance de vie augmentant, il convient de repousser l’âge légal de départ et d’augmenter la durée de cotisations (entre 160 et 164 trimestres actuellement, soit 40 ou 41 ans d’activité, pour faire simple).

Les faits vont malheureusement à l’encontre de cette solution simpliste qui ne garantit en rien la pérennité du système et, moins encore, le niveau des pensions. Car une tendance majeure se confirme d’année en année : la diminution de la durée d’activité.

D’abord, les jeunes éprouvent de plus en plus de difficultés à s’installer pour de bon dans la vie active. Après des études supérieures parfois longues (3 ans et plus) qui les amènent à 21, 22 ou 23 ans, ils enchaînent les stages (non rémunérés), les boulots précaires et les périodes de chômage, avant de décrocher le sésame CDI pour ceux qui y parviennent.

Au mieux, ces jeunes devront travailler jusqu’à 61 ans, 62 ans ou 63 ans pour bénéficier du régime de base à taux plein (dans le cadre retenu actuellement).

Mais d’ici-là, les modalités auront évidemment changé, et les 160 à 164 trimestres requis aujourd’hui seront portés à 170, voire 180, soit 42 à 45 années de cotisations.

Pour nombre d’entre eux, la retraite Sécurité Sociale à taux plein sera accessible à 65 ans ou plus.

Et après tout ! Si l’espérance de vie passe de 80 ans (actuellement) à 90 ans dans les 20 prochaines années, cette projection arithmétique paraît cohérente. Sauf que dans les faits, c’est beaucoup plus compliqué.

Certaines activités ne peuvent être raisonnablement exercées au-delà d’un certain âge. Verra-t-on des peintres en bâtiment, des maçons, des couvreurs, perchés sur leurs échafaudages à 65 ans ou à 70 ans, 8 heures par jour ?

Les syndicats estiment donc que la durée de cotisations doit "être indexée" sur la pénibilité du travail.

Nous pourrions ainsi imaginer qu’un ouvrier à la chaîne ou qu’un professionnel du bâtiment ne cotisent "que" 160 trimestres (soit 40 années) pour bénéficier d’un taux plein, quand un directeur marketing ou une assistante de direction devront cotiser 170 ou 180 trimestres (soit 42,5 à 45 années). Ceci pour tenir compte du facteur pénibilité.

Admettons !

Mais le problème est que si les jeunes éprouvent de plus en plus de difficultés à s’installer dans la vie professionnelle, avec de vrais statuts et de vrais salaires, les travailleurs expérimentés, eux, ont de plus en plus de difficultés à s’y maintenir.

Il y a une vingtaine d’années, retrouver un emploi (ou le conserver) devenait problématique à 55/57 ans (donc après 35 à 37 années de cotisations pour une personne ayant entamé son activité à 20 ans).

Il y a 10 ans, cet «âge critique» est passé à 53/55 ans. Et aujourd’hui, les grosses difficultés commencent dès 50 ans.

Conséquence : le taux d’emploi des 55/64 ans en France est de 37,8% et de 13% sur la tranche 60/64 ans. (Source : Conseil d’Orientation des Retraites - 2005).

Ces paramètres rendent donc insoluble l'équation "Sauver les retraites = Allonger la durée de cotisations".

Et le chômage de masse, qui touche aujourd’hui 10% de la population active (2,6 millions de chômeurs en catégorie A), accentue plus encore les difficultés pour les jeunes d’accéder à un vrai emploi et celles des travailleurs expérimentés à le garder.

Une "carrière-type" peut aujourd’hui ressembler à ça : Sortie d’études à 20/22 ans, stages pendant 1 ou 2 ans, entrée effective dans la vie active à 22/24 ans, 30 à 35 années d’activité plus ou moins morcelée par des périodes de chômage, et une sortie probable entre 53 et 57 ans.

C’est la tendance qu’on observe aujourd’hui. Et le "pragmatisme" dont se prévalent nos dirigeants devrait les inciter non pas à augmenter la durée de cotisations mais à la diminuer (en cherchant ailleurs les financements correspondants) !

Car, si on passe à 170 trimestres cotisés (ou plus) pour bénéficier du régime de base, peu d’entre nous y parviendront.

On sauvera alors le système des retraites, mais pas les retraités ! Dès lors, des millions de personnes âgées se retrouveront sans le sou.

Rien de plus logique en définitive, puisqu’il y a de plus en plus de travailleurs pauvres en France.    

Yves Barraud

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 30 Août 2010 13:48 )  

Commentaires 

 
-1 # BattaviaChoucroute 2010-04-08 22:24 Citer:
Les syndicats estiment donc que la durée de cotisations doit "être indexée" sur la pénibilité du travail effectué.

Ah que Moi j'estime donc que la durée du travail doit être indexée sur la pénibilité de la cotisation effectuée.
Pour que ceux qui aiment travailler à un emploi qui leur est agréable puissent cotiser jusqu'à la fin de leurs jours heureux.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # superuser 2010-04-09 01:40 Pour sauver les retraites, 400 personnalités appellent à TAXER LES REVENUS FINANCIERS

Dans un appel, près de 400 économistes, syndicalistes ou personnalités politiques dénoncent les graves conséquences sociales qu’entraînerait un allongement de la durée de cotisations. Pour pérenniser le système de retraite, ils proposent un nouveau partage de la richesse produite.

=> LIRE ET SIGNER L'APPEL
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-04-09 03:42 A lire également sur le site de la Fondation Copernic :

10 CONTREVÉRITÉS SUR LES RETRAITES

Pour tordre le cou aux mensonges de l'idéologie dominante.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Conscience 2010-04-24 19:57 Je vous remercie pour cet excellent article sur un sujet qui nous préoccupe tous. Je rejoints votre analyse sur le fait qu'il faille diminuer la durée de cotisation.
A lire aussi 2 idées qui peuvent apporter une réponse aux problèmes :
blog.conscience-politique.com/general/les-retraites-une-idee-de-solidarite/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2010-04-25 02:18 Ce qui est écrit plus haut est la réalité, ni plus ni moins. Une réalité que refusent d'admettre le gouvernement, le patronat et les syndicats.

Aujourd'hui, qui cotise RÉELLEMENT 40 ou 42 ans aux caisses de retraites ?

Personne ou quasiment !

Entre les entrées de plus en plus tardives sur le marché du travail, les sorties "prématurées" (retraites anticipées) et les périodes de chômage qui ponctuent de plus en plus les parcours professionnels, je ne vois pas comment les gens peuvent RÉELLEMENT cotiser autant d'années.

Donc, augmenter la durée de cotisations ne sauvera pas le système, c'est certain.

Les augmenter (les cotisations) peut y contribuer.

Mais une chose est d'ores et déjà acquise : la réforme des retraites ne sera qu'un pansement posé sur une jambe de bois.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...