Actu Chômage

lundi
24 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique 275.000 chômeurs de plus d'ici fin 2011

275.000 chômeurs de plus d'ici fin 2011

Envoyer Imprimer
Tel est le chiffre avancé hier par l'OFCE dans ses dernières projections alors que le gouvernement et Pôle Emploi prévoient une amélioration dès l'année prochaine.

«Le chômage augmenterait de 275.000 en deux ans, portant à plus de 900.000 le nombre de demandeurs d'emploi supplémentaires depuis le début de la crise, soit la plus forte progression observée au cours des 25 dernières années», estime l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Motif de ce scénario noir : «L'emploi n'ayant pas baissé aussi vite que l'activité pendant la crise, les entreprises n'ont pas encore achevé leur ajustement»... Si cela se vérifie, le chômage restera durablement à un niveau élevé, se stabilisant à un taux de 10,6% (en métropole, au sens du BIT) fin 2011. «Nous verrions alors arriver en fin de droits de nombreux chômeurs, ce qui augmentera le nombre de pauvres», déplore Eric Heyer, directeur adjoint du département Analyse et Prévision.

Au programme, entre 174.000 et 244.000 destructions de postes encore cette année (alors que Bercy n'en anticipe que 71.000), et le reste des réjouissances en 2011. L'OFCE n'attend donc pas de baisse du chômage avant 2012. Ce qui aura des incidences notables sur la consommation des ménages et la croissance du PIB. Pour en savoir plus, lire ici.

L'OFCE avertit : la rigueur budgétaire va menacer la reprise. Toute réduction des dépenses publiques «amputera immédiatement la croissance et infléchira les anticipations de croissance future, ce qui pèsera en retour sur les perspectives des finances publiques, annulant en partie l'effet bénéfique initial». Mais on doute que notre gouvernement, particulièrement anti-social et obsédé par "la dette", en tienne compte.

Et pendant ce temps, l'Unedic devrait accuser un déficit de 4,1 milliards d'euros cette année et 3,5 milliards l'an prochain. Compte tenu du passif antérieur, le déficit cumulé se monterait à 10,3 milliards d'euros fin 2010 et à 13,8 milliards d'euros fin 2011. Pour en savoir plus, lire là.

En 2009, l'économie française a perdu 311.000 emplois tous secteurs confondus (600.000 depuis le début de la crise), et le régime d'assurance-chômage a indemnisé 338.000 personnes supplémentaires.


Mis à jour ( Mardi, 27 Avril 2010 14:22 )  

Commentaires 

 
+1 # Yves 2010-04-23 19:23 J'adoooooooore !

Ces institutions qui prévoient au millier près la croissance (ou la baisse) du chômage.

+275.000 prévoit l'OFCE. Pourquoi pas 276.000 ? Ou 235.875 ?

Sur le fond, il est - malheureusement - probable que la tendance évoquée soit juste (augmentation du chômage).

Pas besoin de pousser les études plus avant pour l'affirmer. Suffit de regarder ce qui se passe autour de nous pour l'apprécier : nombre d'offres disponibles toujours en déclin et poursuite des licenciements massifs dans l'industrie.

Sur la forme (les chiffres précis), c'est une autre histoire.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Denis21 2010-04-23 22:07 L'OFCE estime que l'économie détruira encore 244.000 postes.
C'est pas n'importe qui qui va supprimer des postes , c'est l'économie !
J'ai une solution : si on tuais l'économie.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...