Actu Chômage

jeudi
2 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Les chômeurs sont des «couilles molles» !

Les chômeurs sont des «couilles molles» !

Envoyer Imprimer
Initiée samedi 10 janvier, l’opération «Chômage Année Noire» (lire en commentaire) ne suscite pratiquement aucune réaction des intéressés, les exclus du travail, sur Actuchomage, un site qui accueille pourtant près de 10.000 visiteurs par jour. C’est à se demander si les chômeurs ne sont pas des couilles molles ! Coup de gueule d’un animateur du site.

Sur notre forum «Exprimez-vous», une discussion s'est engagée concernant l’organisation d’une action visant à assurer «un peu» de visibilité aux chômeurs dans les mobilisations nationales de ces prochains mois, et notamment dans la première, le 29 janvier. Cette visibilité consistant tout simplement à s’habiller tout en noir, à porter des accessoires noirs (parapluies, sacs à dos…) et à afficher sur ses habits et accessoires son statut infâmant : «Chômeuse», «Chômeur» ou «Chômage Année Noire», en prévision de l’hécatombe qui s’annonce sur le marché de l’emploi en 2009. Une initiative qui non seulement ne semble guère motiver les intéressé-E-s, mais, pire, s’attire le quolibet de «démagogie». Une raillerie qui n’a pas manqué de faire sortir un animateur du site de ses gonds. Une occasion aussi pour en remettre une couche sur la STUPÉFIANTE PASSIVITÉ des millions de chômeurs que compte notre pays :

La «démagogie», c'est de parler du chômage sans voir celles et ceux qui en sont victimes, à part en quelques rares occasions.

Le problème des chômeurs, c'est qu'ils sont invisibles alors qu'ils se comptent par millions !

Depuis le lancement de notre association, nous militons pour les rendre «visibles», pour leur donner des visages et des voix (ce que nous avons réussi en de multiples occasions).

Si les chômeurs étaient plus visibles, notamment dans les cortèges syndicaux, sans doute y trouveraient-ils la place qui leur revient (dans les syndicats). Ils n'en seraient pas exclus partout, sauf à la CGT ; pas exclus non plus des négociations sur l'assurance-chômage ; pas exclus des décisions — forcément défavorables — prises en leur nom !

Voilà le constat.

Mais — pardonnez mon exaspération — les chômeurs sont des «couilles molles» ! Ils se laissent écraser comme des merdes.

Dans les manifs auxquelles nous participions quand on était «jeunes», en 2003/2004, il y avait un copain qui scandait toujours le mot d'ordre : «Nous aurons le sort que nous méritons !»

Alain (c'est son prénom) avait (a) raison : Les chômeurs ont le sort que mérite leur résignation à accepter leur situation.

Je ne prône pas la «révolution» par ces mots, évidemment. Juste la «reconnaissance».

Le jour où 5.000 ou 10.000 chômeurs défileront dans les rues, ça ne changera pas la face du monde, mais ça changera le regard que porte la société sur ses parias : des femmes et des hommes comme les autres, votre conjoint, votre père, votre mère, votre gamin…

Mais, je le concède, nous avons échoué dans cette mission : rendre visibles — massivement — les chômeurs ; enfin, partiellement, car quelques-uns d'entre nous ont, en diverses occasions, osé ramener leur gueule devant les caméras, dans la presse écrite et sur les radios.

Et dès que nous avons ramené notre gueule (chômage des Seniors, plaintes contre les discriminations, affaire des Recalculés, enfants de chômeurs privés de cantine scolaire…), on a TOUJOURS réussi à faire bouger les lignes.

Là, on compte 2 millions de chômeurs de catégorie 1. Des dizaines de milliers de salariés vont grossir leurs rangs dans les prochains mois. Pendant ce temps, certains partenaires sociaux nous imposent une convention d'assurance-chômage moins favorable (raison pour laquelle ni FO ni la CGT ni la CFTC ne la signent), et personne ne bouge dans la rue.

Une mobilisation, même symbolique, serait un signe fort. Mais, non, en France, on a le sentiment — effectivement — qu'il n'y a pas de chômeurs !

Si seulement 1% d'entre eux se bougeait le cul, on aurait 20.000 personnes dans les rues. Mais sur les manifs, ce ne sont pas 20.000 chômeurs qu'on voit, pas 2.000, pas 200, MAIS 20 !!!!!

Le problème de fond se situe là !

Tant qu'on aura pas contourné l'obstacle — et ce n'est pas demain la veille, vu le peu de réactions ici — faut pas venir se plaindre ! (…)

Et là, franchement, moi j'ai les boules !

Yves

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 13 Janvier 2009 22:40 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, merci de le faire par mail en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le remplissant et en...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...