Actu Chômage

jeudi
17 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chômage : la politique de l'autruche

Chômage : la politique de l'autruche

Envoyer Imprimer
Après des années de déni et de mépris cultivés par nos gouvernants UMPistes à l'encontre du chômage de masse et, surtout, de ses victimes, en tant que représentant de ce gouvernement irresponsable, le dernier secrétaire d'Etat à l'Emploi en date s'est collé au pénible exercice de l'aveu...

Visiblement abandonné par sa consœur Christine Lagarde, dont la boule de cristal n'a jamais fonctionné et la méthode Coué semble avoir atteint ses limites, Laurent Wauquiez a admis ce matin au micro de France Inter : «On a une dégradation du climat économique et ça pèse nécessairement sur l'économie de la France. [...] On va rentrer dans une période qui va être délicate en terme d'emploi. [...] Je pense qu'on entre dans une phase qui va être difficile et qui va durer au minimum un an».

Ce qui est vrai. D'ailleurs, tous les économistes et autres organismes officiels (Unedic, INSEE, OFCE, BIT, OCDE…) le disent depuis au moins six mois : le chômage va remonter, et même plus que prévu; aucune amélioration n'est à attendre avant 2010. Mais, à part ça, le bon petit soldat Laurent Wauquiez continue à professer la politique de l'autruche chère à son parti en jugeant encore possible le retour au «plein emploi» pour 2012, promesse de campagne de Nicolas Sarkozy !

Et son collègue Eric Woerth, ministre croupion du Budget invité ce matin sur LCI, fait pire en réitérant le souhait du gouvernement, malgré cette remontée qui va durablement se traduire par de moindres rentrées vers les caisses de l'Unedic, de voir ses gestionnaires baisser les cotisations-chômage au profit d'une hausse des cotisations-vieillesse... «Vous avez aujourd'hui à l'Unedic des comptes très positifs, avec un excédent très important, et il n'y a pas de raison de penser que les choses se dégraderont plus vite. Donc il faut basculer ces cotisations : il faut cette solidarité entre les régimes», a-t-il autistement insisté.

Cet optimisme de façade, cette minimisation systématique des faits et cette obstination dans l'erreur sont totalement insupportables !

Depuis qu'Actuchomage existe, nous n'avons cessé de le dire :

• En matière d'emploi, le bilan de la droite au pouvoir depuis 2002 est absolument affligeant
=> LIRE ICI
Son incapacité à mener une véritable politique industrielle qui soutienne l'investissement, l'innovation et la recherche est prégnant. Par contre, elle a encouragé la précarisation du travail, sa dérèglementation et la modération salariale à grands coups de «réformes» régressives et de subventions, défiscalisations et autres allègements de «charges» aux entreprises : la réactivation des contrats aidés, parfaits symboles de la promotion de l'emploi de mauvaise qualité financé par l'argent public, en est l'une des nombreuses facettes.

• Pour pallier son incompétence — qui n'en est pas une, puisque le chômage et la précarité sont des composants indispensables au bon fonctionnement du libéralisme économique — et à son immoralité — contre laquelle Nicolas Sarkozy prétend désormais vouloir lutter —, l'UMP a largement pratiqué la désinformation économique, mentant à l'opinion comme un arracheur de dents
=> LIRE ICI
Par exemple, les fameuses 360.000 créations de postes de 2007 (piètre score vanté comme un exploit) étaient, à 80%, composées d'emplois précaires et sous payés. Et le «boom» des créations d'entreprises dont elle se gaussait ne peut plus cacher l'explosion inquiétante des faillites.

• Pour parachever ce bel écran de fumée, l'UMP, de tout temps, a adopté la stratégie du bouc émissaire en montant l'opinion contre les chômeurs, aisément érigés en uniques responsables du marasme économique qu'elle contribue en réalité à entretenir. Ainsi, elle détourne les Français de son implication active contre l'emploi et ceux qui en ont besoin.
Outre les mensonges (le chômeur plaquiste de Nicolas Sarkozy qui a refusé 67 offres) et nombreuses diffamations qu'elle s'est permise d'employer à l'encontre des privés d'emploi et des RMIstes (du député Auclair en février 2005 à Simone Veil en avril 2007, sans oublier le sénateur Dassault en juin dernier), elle a développé un contrôle social visant à les stigmatiser en tant que fraudeurs, profiteurs et fainéants, puis pondu des lois répressives visant à accentuer la pression pour les contraindre à accepter des emplois dégradés, sous couvert de leur couper tout moyen de subsistance.

Longtemps, et encore il y a peu, on nous a fait croire que «l'emploi, ça va mieux» à grands renforts de manipulation de chiffres, de culpabilisation et de discours fallacieux. De cette arrogance, les Français en ont fait les frais. Et cela est parti pour continuer.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 30 Septembre 2008 17:39 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-09-30 17:24
Pour conclure ce pitoyable constat, Laurent Wauquiez a confirmé qu'une enquête administrative était en cours pour déterminer l'origine de la fuite sur le nombre de chômeurs dévoilé en premier par le site internet Rue89, qui avait annoncé jeudi un chiffre compris entre 30 et 40.000 demandeurs d'emplois en plus en août.

LIRE ICI
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2008-09-30 19:18 41.000 nouveaux chômeurs en août = 41.000 fainéants, profiteurs et fraudeurs de plus, si on en croit toutes les "saloperies" qui ont été répandues sur ces "intouchables sans emploi".

Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, lui-même et les membres de son gouvernement ne cessent d’affirmer que les chômeurs sont les principaux responsables de leur situation. Parce qu'ils ne se bougent pas les fesses, parce qu'ils refusent plein d'offres raisonnables, parce qu’ils préfèrent buller que bosser…

Le Gouvernement a lancé sa "chasse anti-chômeurs" alors qu'il savait pertinemment que la situation économique allait se dégrader (l’affaire des subprimes date de plus d’un an maintenant) et que des milliers, des dizaines de milliers de nouveaux chômeurs viendraient sous peu grossir les rangs de l'ANPE (il est à craindre qu'il s'agisse en réalité de plusieurs centaines de milliers sur un an).

Voilà à quoi mène l'arrogance gouvernementale !

On discrédite une frange de la population. On la rend "responsable" de son sort… Mais le problème c'est que cette population gonfle, gonfle, car il n'y a pas de réelle politique d'emploi en France et aucune dynamique de création d’activités.

C'est le nouveau sport en vogue à l'UMP : On tire sur celles et ceux qu'on jette à la rue !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-10-01 02:46
La brusque poussée des demandeurs d'emplois en août n'est pas passagère. Tout montre que le chômage va continuer d'augmenter en France : les explications de L'Expansion

Le projet de loi de Finances 2009 diminue le budget alloué à l'emploi et à la lutte contre le chômage (- 5,2% l'année prochaine et - 9,1% en 2010) et n'octroie que 50 millions d'euros à la fusion ANPE-Assedic (commanditée par le gouvernement) alors que l'ANPE verse 1 milliard et l'Unedic 3 milliards. Ce gouvernement a demandé davantage de "devoirs" aux chômeurs contre plus d'accompagnement : or, financièrement, le compte n'y est pas !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-10-03 12:24
L'INSEE table sur une forte dégradation de l'emploi au second semestre cette année.

Sur le champ de l'emploi salarié marchand non agricole, qui représente le cœur de l'activité (industrie, construction et secteur tertiaire), l'économie détruirait 89.000 postes entre janvier et décembre.

Le gouvernement, lui, table sur 34.000 créations d'emplois…
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...