Actu Chômage

vendredi
15 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique RSA : un «rapport d'étape» pour le moins incomplet

RSA : un «rapport d'étape» pour le moins incomplet

Envoyer Imprimer
Ça n'est pas sérieux !!!

Alors qu'on s'apprête à généraliser un nouveau système d’«intéressement» qui s'appuie, déjà, sur de grossières erreurs de diagnostic et qui n'apportera rien de vraiment plus favorable par rapport aux dispositifs de cumul déjà existants, voici qu'un «rapport d'étape» pondu à la va-vite nous vante la marchandise de Martin Hirsch comme permettant d'accroître de 30% le retour à l'emploi !

Hélas, silence total sur la nature des postes occupés (CDI, CDD, intérim, contrats aidés… temps plein ou temps partiel) et sur le possible effet d'aubaine que ce dispositif pourrait avoir sur les employeurs. Déplorant la précipitation politique et le manque de rigueur autour de ce projet, le président du Comité d'évaluation du RSA, François Bourguignon, l'a dit lui-même dans Les Echos : «Nous n'avons pas eu assez de temps pour évaluer les expérimentations».

Un autre «rapport d'étape» arrêté au 31 mars et, bizarrement, un peu plus précis, a montré que les emplois non durables et à temps partiel raflaient la mise.

Incompétence, ou cachotteries ? Comment les technocrates qui nous gouvernent osent-ils promouvoir un dispositif qui, bien qu'il soit en phase d'expérimentation, reste aussi mal évalué ? Ce manque de sérieux est pour le moins troublant. Il révèle qu'en réalité le RSA vise nettement au retour à l'emploi, peu en importe la qualité et la pérennité, afin d'influer sur les statistiques : la lutte — la vraie — contre le chômage et la pauvreté n'est pas sa priorité.

=> NOTRE DOSSIER sur le RSA

Le débats sur ce projet de loi commenceront le 22 septembre à l’Assemblée nationale.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 09 Septembre 2008 13:40 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-09-09 12:55 Par Jean GADREY, économiste, professeur à l’université de Lille.

Le revenu de solidarité active peut-il agir efficacement contre la pauvreté ? Depuis les années 1980, de nombreuses politiques publiques ont consisté à donner satisfaction aux entreprises cherchant à imposer petits boulots et temps partiel contraints aux salariés. Ces politiques ont été très «efficaces» puisque le nombre de travailleurs vivant dans la pauvreté a fortement progressé en France, pour atteindre 1,7 million. On pensait que la panoplie de ces politiques de flexibilité contrainte suffisait amplement. Eh bien, non. On en rajoute une couche avec le RSA au nom de la lutte… contre la pauvreté salariale !

Qu’est-ce que le RSA ? Lorsqu’un allocataire du RMI ou de l’API reprend un emploi, il existe déjà un système dit d’«intéressemen t» qui permet à cette personne de ne pas perdre, pendant un an, le bénéfice de son allocation. Il peut cumuler son nouveau salaire avec son allocation, intégralement pendant 3 mois, partiellement pendant les 9 mois suivants. Le RSA, c’est une sorte d’intéressement permanent, principalement réservé aux RMIstes reprenant un emploi à temps partiel et dont les revenus familiaux sont très bas. L’État leur verse, sans limite de temps, un supplément, plus important par exemple pour un quart-temps au SMIC que pour un mi-temps, et décroissant ensuite. Ce supplément est aussi calculé en fonction de la situation familiale.

On nous dit : d’une part, cela va réduire sensiblement le nombre de pauvres (13,2% de la population en 2006), d’autre part cela va contribuer à la création d’emplois, car les RMIstes auront plus d’intérêt financier qu’avant à reprendre un emploi.
Dans les deux cas, il n’en est rien.

Réduire la pauvreté ? L’effet sera très faible ou nul à court terme, et peut-être négatif ensuite. D’abord, rien n’est prévu pour les millions de bénéficiaires de minima sociaux qui ne sont et ne seront pas en situation de reprendre un emploi (à commencer par les personnes âgées pauvres), ni pour les 18-25 ans et les chômeurs non ou peu indemnisés. Or, on assiste actuellement à leur appauvrissement . Ensuite, avec le RSA actuel, on reste nettement en dessous du seuil de pauvreté (soit 882 € en 2006 pour une personne seule) quand on le perçoit en travaillant au SMIC à quart de temps ou même à mi-temps, ce qui va être le cas de la majorité des personnes concernées.

Une incitation à reprendre un emploi ? D’abord, l’idée que les chômeurs ont besoin d’incitation financière ne résiste pas aux faits. Ils ont avant tout besoin que l’économie crée des emplois décents, ce qui n’est pas le cas. Ensuite, s’agissant d’incitations, tous calculs faits, il apparaît qu’au cours de la première année, les «repreneurs» d’emplois à mi-temps ou moins gagnent un peu moins avec le RSA qu’avec le système actuel, et que ceux qui reprennent un emploi à plus d’un mi-temps y perdent beaucoup, jusqu’à 2.700 € sur l’année pour un emploi au SMIC à temps plein (et plus si l’on tient compte de la suppression de la prime de retour à l’emploi) ! Ce n’est qu’à partir de la deuxième année que le RSA améliore un peu les choses. Comme progrès il y a mieux, pour des RMIstes qui ne sont généralement pas en situation de faire des plans de carrière…

En réalité, le RSA produit bien une incitation, mais en direction des employeurs : une incitation à laisser les gens végéter sur des miettes d’emploi parce que l’État leur verse alors un complément de salaire pérenne. On subventionne (indirectement et indéfiniment) d’autant plus les emplois qu’ils sont à temps partiel plus court ! On instaure une prime aux plus petits boulots, qui les rend plus attractifs… pour les employeurs, alors qu’ils sont à l’origine de la pauvreté salariale qu’on prétend combattre. C’est une politique de pérennisation des petits boulots et du temps partiel subi.

Dans ces conditions, le RSA va sans doute jouer un (petit) rôle dans les créations d’emplois, mais il ne s’agira pas de vrais emplois. Le RSA va augmenter ce qu’on appelle le sous-emploi (1,4 million de personnes en 2007). Au même titre, par exemple, que les politiques d’encouragement aux «services à la personne» que Christine Lagarde montre en exemple, en oubliant de dire que la durée hebdomadaire moyenne de travail est de 10 heures.

Le temps partiel court comme horizon des politiques de l’emploi, le «travailler peu pour gagner peu», voilà ce qu’encourage et subventionne ce gouvernement, y compris avec le RSA.

(Source : L'Humanité)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-09-10 09:52 C'est une vidéo exclusive de VSD.fr : on y voit Martin Hirsch, Haut commisssaire aux solidarités actives, membre du gouvernement, se faire huer par des jeunes militants UMP, rassemblés lors de leur campus à Royan (Charentes-Maritimes) le week-end dernier, alors qu'il s'apprête à participer au dîner festif du samedi soir. Un peu surpris, Martin Hirsch demande alors à Patrick Devedjian, le secrétaire général de l'UMP, pourquoi ils se font huer. "C'est de l'admiration !" répond le patron de l'UMP.

Dans l'après-midi du samedi, Martin Hirsch était intervenu au cours d'un "chat" à Royan pour défendre le RSA (Revenu de Solidarité Active) dont les modalités de financement n'ont pas convaincu une partie de la droite.

Le soir, Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, s'épuisait sur les dance-floors de l'UMP. Toujours à Royan…

La vidéo à regarder ici
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...