Actu Chômage

vendredi
23 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Baisse des RMIstes de 5,2% sur un an

Baisse des RMIstes de 5,2% sur un an

Envoyer Imprimer
Fin juin, selon les derniers chiffres de la DREES, le nombre des allocataires du Revenu minimum d'insertion s'établissait à 1,14 million, soit une diminution de 5,2% depuis juin 2007.

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques estime que leur nombre s'est «stabilisé» au deuxième trimestre 2008, en raison d'un ralentissement du marché du travail.

Tout comme celle du chômage, la baisse des RMIstes, amorcée en 2006 après quatre années de hausse ininterrompue, marque elle aussi le pas : grâce à l'application de mesures de plus en plus coercitives à leur encontre, alignées sur les méthodes que le service public de l'emploi applique aux chômeurs, ils étaient 1,26 million fin décembre 2006, puis 1,15 million fin décembre 2007 (- 8%). Au 30 juin 2008, ils sont 1,14 million.

Fortement incités à signer des contrats aidés (type CAv et CI-RMA) précaires et sans avenir afin de les sortir des statistiques, le nombre de RMIstes sous ce régime a légèrement fléchi : pour des raisons budgétaires, le gouvernement a souhaité lever le pied sur la promotion de ces emplois subventionnés, ce qui explique le recul de 3,1%. Mais ils sont encore quelque 179.000 (dont 93.000 continuent à percevoir le RMI) à bénéficier du système d'intéressement incitatif à la reprise d'activité créé en 2004, et appelé à se fondre bientôt dans le dispositif RSA. A noter qu'au 30 juin 2008, ils étaient environ 13.000 foyers à bénéficier du Revenu de solidarité active dans les départements qui l'expérimentent.

On se souvient d'Ernest-Antoine Seillière, ex patron du Medef au cynisme légendaire, qui ne cachait pas qu’il préférait que la CAF paie des “érémistes” à ne rien faire plutôt que d’embaucher ou créer des emplois pour faire baisser concrètement le chômage : cela lui revenait moins cher ! En clair : il faut des chômeurs pour faire baisser le coût du travail, et de l'assistanat pour faire faire des économies aux patrons. Ce que Martin Hirsch, avec son RSA, a fort bien compris.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 12 Septembre 2008 14:19 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-09-12 13:28 Fin 2007, Martin Hirsch avait commandé une enquête qualitative sur les RMIstes et l'emploi auprès de la TNS/Sofres pour le Haut commissariat aux Solidarités actives.

Elle a d'abord montré que les RMIstes sont totalement insérés dans la vie civique, 87% ayant l'intention d'aller voter aux municipales malgré une forte défiance envers les politiques.

Pour 39% d'entre eux, l'absence de proposition d'emploi est considérée comme l'obstacle majeur au retour au travail tandis que 15% travaillent, mais pas suffisamment pour sortir du RMI (contrats aidés). Seulement 10% de ceux qui travaillent estiment que cela va leur permettre d'en sortir bientôt, ce qui est peu.

Loin de l'idée reçue du RMIste refusant l'offre de travail ou "difficile à insérer", le sondage montrait que seuls 9% d'entre eux "ne pensent pas qu'ils retravailleront un jour" et 21% qu'ils ont "de nombreux problèmes à régler" avant de pouvoir travailler (logement, situation familiale, santé, etc…).

Interrogés sur les "freins" à l'emploi, 32% des RMIstes sans emploi répondent qu’on ne leur propose rien, 27% que les emplois proposés ne leur conviennent pas (horaires, qualification ou salaire). Viennent ensuite les problèmes de santé (8%), d'âge (6%) et seulement ensuite les problèmes de distance (moyens de transport), de handicap, ou les candidatures non retenues.

Suite à cette enquête, Martin Hirsch avait alors déclaré : «Une grande partie de ces personnes ne sont pas éloignées de l'emploi, c'est l'emploi qui s'est éloigné d'elles»…

Ce sondage a été réalisé du 29 novembre au 5 décembre 2007 auprès d'un échantillon de 1.000 allocataires du RMI représentatifs de la population de l'ensemble des bénéficiaires du RMI depuis au moins un an.
Actuellement, 67% des RMIstes ne sont pas inscrit à l’ANPE (de toutes façons, elle n'a rien à leur proposer…)
et 25% sont à la rue.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-09-12 13:33
Des méthodes qui expliquent aussi la baisse amorcée depuis 2006.

Le Conseil général de la Drôme liquide ses RMIstes

La Drôme, qui s'inspire des Bouches-du-Rhône : lire en commentaire de cet article…
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...