Actu Chômage

dimanche
20 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le scandale Fanny Mae/Freddie Mac

Le scandale Fanny Mae/Freddie Mac

Envoyer Imprimer
Outre le fait que la première nation capitaliste du globe ne semble plus croire au «cercle vertueux» de son propre modèle économique, en optant pour la mise sous tutelle de ses deux géants du refinancement de crédit immobilier, en quasi-faillite suite à la crise des subprimes, elle résout — à grands frais — le problème trop tard, et surtout à l'envers.

Il faut dire que c'est une habitude : «L'élite n'est matériellement ni plus avisée ni meilleure que la masse», écrivait en 1849 le grand penseur américain Henry David Thoreau. L'aveuglement idéologique, l'éloignement par rapport aux réalités vécues par leurs concitoyens, l'absence de bon sens et d'anticipation malgré leur niveau d'études, puis les pansements sur une jambe de bois qui en découlent sont l'apanage de tous les dirigeants de la planète. Et tant pis pour les «dommages collatéraux»...

Privatiser les gains, mutualiser les pertes

A l'instar des Britanniques qui ont mis en œuvre la «nationalisation temporaire» de leur banque Northern Rock en février, pour sortir du marasme Fanny Mae et Freddy Mac, «victimes» de la crise des subprimes et qui, réunis, détiennent ou garantissent quelque 5.400 milliards de dollars de titres hypothécaires, soit 45% de l'encours des prêts immobiliers accordés aux Etats-Unis, le Trésor américain — donc, les contribuables… — va lâcher la somme colossale de 200 milliards de dollars [137 milliards d’€]. Ce sauvetage de sociétés privées sur fonds publics pourrait s'avérer le plus coûteux jamais mené dans le monde !

Rien de plus logique que le fonctionnement du capitalisme financier, par essence «innovateur» quand il s'agit de contourner les règles, tels les cafards qui s'adaptent aux insecticides (cela s'appelle la «dialectique réglementaire»). On privatise quand l'entreprise est profitable, on nationalise pour faire éponger les dettes par la collectivité... Quand il s'agit de réguler le marché afin de servir l'intérêt général, les ultralibéraux estiment toujours qu'il y a «trop d'Etat». Mais quand les dégâts du libéralisme économique nécessitent une bouée de sauvetage, heureusement que l'Etat est là, isn't it ? Yes, it is.

Les vraies victimes laissées sur le carreau

Le Fonds monétaire international (FMI) a salué l'initiative de l'administration Bush, estimant qu'elle allait «contribuer à soutenir les marchés et, par conséquent, les perspectives économiques et financières». Les «marchés» mériteraient donc qu'on les soutiennent malgré leurs comportements véreux. Il faut donc continuer à stimuler un système économique et financier sans morale ni avenir, axé sur la quantité pour une poignée au détriment de la qualité pour tous.

Par contre, tout le monde se fout des deux millions de homeless qui se sont fait arnaquer et ont été expulsés de leurs logements. Tout le monde se moque de ce drame social à grande échelle qui a provoqué l'effondrement de l'immobilier américain, la remontée du chômage, et une crise financière internationale.

Pourtant, une mesure radicale aurait pu être prise immédiatement : il aurait fallu moins de 200 milliards de dollars pour permettre à toutes ces familles de racheter leur bien, ce qui aurait évité cette grave crise immobilière, maintenu le système financier, et évité que des centaines de milliers de gens ne se retrouvent à la rue et deviennent des «assistés». Mais — pensez-vous — verser de l'argent aux pauvres pour préserver l'économie, ça ne se fait pas ! Impensable ! Pourtant, même prêtée à taux zéro, l'addition aurait été moins salée.

L'immoralité récompensée

C'est là qu'on mesure le fossé de plus en plus immense entre l’«économie réelle» et l'économie spéculative. L’«intérêt général», aux yeux de ces «pompiers» de la finance que sont la FED, la Banque d'Angleterre ou le Trésor américain, c'est que la machine infernale puisse continuer à tourner, pas que le petit peuple s'en sorte : c'est pourquoi ils portent secours aux incendiaires, pas aux incendiés (petits propriétaires, nouveaux chômeurs, et ménages-contribuables). On préfère céder des milliards à une poignée d'enfoirés qui, même s'ils ont été plus ou moins «vertueux» dans cette affaire, vont pouvoir, une fois la crise passée et jusqu'à la prochaine, continuer à jouer les apprentis sorciers — c'est-à-dire «innover» afin de dégager un maximum de profits en un minimum de temps — en toute impunité !

Ainsi, au lieu de protéger les citoyens, les policiers américains continuent de distribuer des avis d'expulsion à la pelle. Au lieu de permettre à tous les Américains d'avoir une couverture médicale, y compris les 30.000 sauveteurs qui ont participé au déblaiement du World Trade Center et qui sont devenus malades ou invalides, l'argent public est dilapidé. Et après, on va s'étonner que les peuples ne croient plus aux bienfaits de la mondialisation, de l'économie de marché, et fassent même preuve de défiance envers leurs élites et leurs instances dirigeantes ?

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 08 Septembre 2008 16:42 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-09-09 09:30 (…) Autres acteurs, autres mœurs. Alors que Fannie Mae et Freddie Mac se limitaient à accorder des crédits aux ménages les plus sûrs, les nouveaux émetteurs privés allaient «innover» en prêtant à des emprunteurs moins solvables (et en titrisant ces emprunts). C’est ce qu’on appelle les crédits "subprime". Ces crédits, par ailleurs, faisaient l’objet d’un taux d’intérêt variable et de niveau élevé. De quoi entamer la solvabilité des ménages. Donc danger ? Au contraire, l’opération était, parait-il, dénuée de risque d’après les officines de crédit qui émettaient des crédits subprimes. Examinons leur raisonnement d’un peu plus près.

Puisque, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, on n’avait pas enregistré de baisse des prix dans l’immobilier aux Etats-Unis, les acteurs privés comptaient sur une hausse des valeurs immobilières US. Et donc, si un emprunteur ne pouvait plus rembourser, on pouvait toujours revendre la propriété en enregistrant du même coup une plus-value. La martingale semblait infaillible. Et on a assisté à une véritable explosion des crédits dits "subprimes" aux Etats-Unis tout au long des années 2000. "En 2006, les crédits "subprime" ont représenté 24% des nouveaux crédits immobiliers octroyés aux Etats-Unis. En fin d’année, leur encours atteignait près de 13% du total des crédits hypothécaires aux Etats-Unis (10.200 milliards de dollars) contre 8,5% en 2001". Depuis, comme chacun le sait, l’histoire a tourné court. Pourquoi ?

La hausse des taux d’intérêt décidée par la Federal Reserve (FED, banque centrale des Etats-Unis) conjuguée à la variabilité des taux des crédits subprime a entraîné celle des taux des crédits immobiliers. Ce qui a fragilisé les possibilités de remboursement des ménages concernés par les subprimes. Mais qui dit taux d’intérêt plus élevés dit, également, diminution de la demande pour des biens immobiliers. D’où, baisse des prix des valeurs immobilières. Bref, les agences de crédit ne pouvaient plus se rembourser grâce aux biens des clients insolvables. La descente aux enfers des marchés financiers pouvait alors commencer. Avec quels impacts sur Fannie Mae et Freddie Mac ?

A lire dans ALTERNATIVES INTERNATIONALES
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-09-09 14:07
Créées en 1938 par Roosevelt dans le cadre du New Deal, elles ont été privatisées en 1968 et en 1970.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...