Actu Chômage

jeudi
13 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse L'inexorable et très prévisible hausse des allocataires du RSA

L'inexorable et très prévisible hausse des allocataires du RSA

Envoyer Imprimer
Suivant la courbe du chômage, deux fois plus rapide qu'en 2011 et «plus dynamique» depuis juin, elle est surtout liée à l'augmentation des bénéficiaires du RSA socle (+6% en 2012).

Fin décembre 2012, le Revenu de solidarité active était versé à 2,14 millions de foyers de France métropolitaine et des départements d'Outre-mer, soit une hausse de 5% par rapport à décembre 2011, indique la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) dans sa publication «RSA-conjoncture» diffusée mercredi.

Le RSA comprend deux parties : le RSA "socle", revenu minimum pour les personnes sans ressources qui a remplacé le RMI et l'API en 2009, et le RSA "activité", prestation qui complète un petit salaire.

La hausse du nombre de bénéficiaires, «plus dynamique» depuis juin 2012, est surtout liée à l'augmentation des allocataires du RSA socle. Ainsi, le nombre de foyers bénéficiant de cette composante progresse d'environ 6% entre décembre 2011 et décembre 2012 pour atteindre 1,7 million. Selon la CNAF qui souligne que la hausse est deux fois plus rapide qu'en 2011, le «contexte moins favorable du marché de l'emploi explique l'augmentation plus dynamique des bénéficiaires du RSA socle» dont la courbe suit de près celle du chômage, avec un décalage dans le temps.

Les travailleurs pauvres touchant le RSA activité étaient 476.000 fin 2012, soit une hausse de 2,5%. Cette prestation, peu connue et peu demandée par ceux qui y auraient droit, doit faire l'objet d'une réforme dans le prochain Budget 2014.

(Source : Libération)


NDLR : Autre conséquence de l'explosion du chômage, la population qui touche des allocations de solidarité-état sous conditions de ressources augmente fortement elle aussi : 462.000 personnes à fin février 2013, soit 8,4% de plus en un an. Il s'agit surtout de bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) pour les chômeurs en fin de droits, mais aussi, dans une moindre mesure, de bénéficiaires de feu l'allocation équivalent retraite (AER, en extinction) et de l'ATS (allocation transitoire de solidarité, tellement restrictive qu'elle ne concerne que 500 personnes) pour les chômeurs âgés qui ont suffisamment cotisé mais ne peuvent pas toucher leur retraite, faute d'avoir atteint l'âge légal.

Par ricochet, le nombre de bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU-C) progresse lui aussi, mais moins vite. Ils étaient un peu plus de 4,5 millions fin 2012, selon les statistiques du Fonds CMU. Ce chiffre augmente presque sans discontinuer depuis trois ans.

Enfin, en août 2011, avec un déplorable décalage de deux ans, l'Insee avait publié ses chiffres sur la pauvreté en 2009. Nous en étions à 8,2 millions de personnes vivant sous le seuil communément admis et à un taux de pauvreté de 13,5%. A l'heure où vous lirez ces lignes, les 9 millions de pauvres sont dépassés et nous atteignons 14,5%...


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 11 Avril 2013 16:15 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...