Actu Chômage

vendredi
15 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Chômeurs, on n'est pas plus bêtes qu'eux !

Chômeurs, on n'est pas plus bêtes qu'eux !

Envoyer Imprimer
Suite à la mise en ligne de notre coup de gueule «Les chômeurs, boucs émissaires de Sarkozy», Laurent - membre utilisateur d'Actuchomage - nous fait parvenir le sien. Il y développe quelques arguments "discutables", d'autres plus intéressants, voire même pertinents. Nous profitons de l'occasion pour rappeler que ce site est avant tout le vôtre. N'hésitez pas à exprimer vos points de vue sous la forme d'articles, de commentaires et d'interventions diverses sur nos forums.

LAISSEZ SARKOZY FAIRE !

1) Sarkozy veut engager un gigantesque plan contre les fraudeurs. Chiche ! Poussons-le dans ce sens : c'est la seule réponse qu'il n'attend pas. Plus le plan sera grand, plus la taille de la souris dont il va accoucher sera ridicule. Nous ne pouvons pas répondre à la provocation par la provocation. Sarkozy est un primaire : il n'attend que les réactions de rejet pour affirmer : «Vous voyez bien que j'avais raison, puisqu'ils protestent». S'opposer, c'est faire du sarkozysme. Laissez-le faire. Il faut au contraire l'interpeller tous les mois pour savoir où il en est. Il veut des résultats. Nous aussi !

2) L'Assedic est une association privée. L'État n'a pas à y mettre les pieds. Le gigantesque plan n'aura aucun résultat financier. Ce n'est que de la provocation sans lendemain. Raison de plus pour pousser Sarko dans l'ornière dans laquelle il s'est jeté. Raison de plus pour qu'il rende des comptes. Tous les mois ! On n'a pas fini de rire de la «farce de Maître Nicolas».

3) Ça ne sert à rien d'interpeller les politiques. Nous sommes en démocratie et c'est la loi du nombre qui joue; pas toujours celle du plus fort. Or l'opinion publique ne connaît rien au chômage massif hormis les quelques chiffres mensuels balancés par les gouvernements successifs. Cela reste très abstrait.

4) L'ANPE ne sert à rien et elle le sait fort bien. Le marché de l'emploi n'existe pas : personne ne vend de l'emploi, personne n'achète de l'emploi. L'emploi n'est pas un produit marchand. C'est un concept pour crâne d'œuf œuvrant dans les ministères.

5) Le seul produit marchand, c'est le Travail : du travail à fournir par les chômeurs, des contrats à signer, des salaires à payer pour ces contrats... Le seul marché qui existe est le marché du travail. C'est aux chômeurs de faire leur promo aux entreprises et aux embaucheurs potentiels.

6) Les CV sont des outils idiots : ils ne sont pas «formatés», on ne peut donc pas les comparer, ils comportent beaucoup trop d'informations différentes pour en faire une synthèse utile… Le CV n'est utile qu'en fin de recrutement : un argument comme un autre pour trier les deux ou trois candidats qui restent. Mais pas le seul argument.

7) La bonne solution technique et politique est de faire des offres de services, sous forme de petites annonces, publiées dans des gratuits et distribuées partout. Quand l’opinion publique verra des pages entières d’annonces de chômeurs qui proposent leurs services, compétences, savoir-faire…, elle commencera à prendre conscience de l'étendue du problème et à se remuer. Ce jour-là les politiques commenceront à bouger… et à trouiller.

8) La France a un vrai problème de formation : celle des patrons. Il faut le dire haut et fort : les patrons ne sont pas compétents pour embaucher (notamment les petits patrons qui n'ont pas de DRH). C'est pour cela qu'ils ne recrutent pas. L'autre raison que tout le monde connaît est la peur des petits patrons devant les élus du personnel. Ils sont trop incompétents pour faire face, et donc ils ne recrutent pas. Les petits patrons sont incompétents. Il faut le dire et le répéter (il n’est pas sûr que ce soit beaucoup mieux dans le grand patronat…). Il faut culpabiliser les patrons, les faire descendre de leur piédestal virtuel. Les petits patrons français, contrairement aux allemands par exemple, ne sont pas compétents pour diriger une boîte. Il faut le dire ! Si quelqu'un doit travailler plus pour gagner plus, c'est d'abord le patron !

9) Il faut arrêter de nous bassiner avec la création d'entreprise. Ce n'est pas la bonne solution. La bonne solution s'appelle le portage pour tout le monde. Le portage, ça permet de se lancer dans une activité à son compte, sans s'emmerder avec tout le fatras administratif et financier. Une fois l'affaire bien lancée par voie de portage, l'entreprise est beaucoup plus facile à créer; et les banquiers vont se précipiter.

10) L'avenir des chômeurs est dans le collectif. Individuellement ils n'ont aucune chance. Toute action commune des chômeurs fera trembler les patrons et bouger les politiques. Le potentiel révolutionnaire est chez les chômeurs. Tous les politiciens un peu intelligents le savent fort bien. Que les chômeurs montent des projets communs et la France qui pense (ou fait mine de penser) va trembler !

On n’est pas plus bêtes qu'eux. Mais on est beaucoup plus nombreux. Et donc beaucoup plus forts si nous le voulons ! Courage, on va gagner.

Laurent, membre utilisateur d'Actuchomage

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 10 Septembre 2007 17:42 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...