Actu Chômage

vendredi
18 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Chez l’Abbé Pierre, les candidats sont traités comme des chiens !

Chez l’Abbé Pierre, les candidats sont traités comme des chiens !

Envoyer Imprimer
Nous sommes contraints d’en remettre une seconde couche ! Nous avions appliqué la première il y a une dizaine de jours en vous relatant les péripéties d’une procédure de recrutement menée par la Fondation Abbé Pierre. Nous y revenons ici…

Contexte : Le 7 mai dernier, la Fondation Abbé Pierre pour le logement passait une annonce en vue de recruter un Responsable de la communication. L’un de nous y postulait le 10 mai (par mail et par courrier) et s’étonnait, le 14 juin, de n’avoir reçu aucune réponse, pas même l’accusé réception e-mail de son dossier. Notre candidat malheureux s’enquit de cette bizarrerie auprès du Directeur de la Fondation Abbé Pierre. La personne chargée du recrutement s’empressa alors de l’appeler pour «justifier» la longueur de cette procédure, en lui assurant que «les réponses négatives personnalisées sont au parapheur».

Un mois et demi sans la moindre nouvelle !

Mais onze jours après ce coup de fil, pas l’ombre d’une réponse écrite, pas un mot, pas un mail, rien ! En d’autres termes, les candidats ayant répondu à l’annonce passée par la Fondation Abbé Pierre le 7 mai n’ont, à ce jour et à notre connaissance, reçu aucune réponse de la part de l’organisme caritatif, pas même l’accusé réception e-mail de leur dossier de candidature. Et quand l’un d’entre eux s’étonne de ce «dysfonctionnement» auprès de la personne chargée du recrutement, on lui en fait le reproche, on lui assure qu’une «réponse négative personnalisée» est à la signature, laissant ainsi entendre qu’il la recevra prochainement. Pour autant, un mois et demi après l’envoi de son dossier, notre candidat reste toujours sans nouvelle.

Charité bien ordonnée commence par soi-même

Nous nous voyons une nouvelle fois contraints de rappeler à la Fondation Abbé Pierre que tout candidat est en droit d’obtenir une réponse dans un délai raisonnable, plus particulièrement ceux qui sont au chômage et qui doivent JUSTIFIER de leurs recherches actives auprès de l’ANPE, des Assedic ou de la Direction départementale du travail et de l’emploi (DDTE), faute de quoi leurs allocations chômage peuvent être suspendues. Est-il admissible qu’une Fondation qui se réclame de l’éthique et des engagements de l’Abbé Pierre en faveur des exclus et des mal-logés se comporte avec une telle légèreté alors qu’aujourd’hui les moyens techniques, notamment les réponses automatiques e-mail (accusés réception de dossiers, courriels-types…), permettent de gérer ces procédures dans les meilleurs délais, sans occasionner le moindre frais postal ? Est-il admissible qu’une personne vous assure qu’une «réponse négative personnalisée» va vous être prochainement adressée et que, 11 jours plus tard, aucun courrier n’a été déposé dans votre boîte aux lettres ?
Le titre de ce billet de mauvaise humeur est sans doute excessif, mais l’Abbé Pierre, bien connu pour ses coups de gueule retentissants, n’y aurait-il pas souscrit… finalement ?

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 25 Juin 2007 13:08 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...