Actu Chômage

dimanche
20 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Copé exalte "la rupture avec la logique de l'assistance"

Copé exalte "la rupture avec la logique de l'assistance"

Envoyer Imprimer
Bon toutou de Thierry Breton et Nicolas Sarkozy, le ministre délégué au Budget Jean-François Copé a exalté hier soir, à l'ouverture d'un débat au Sénat sur les prélèvements obligatoires, "la rupture avec la logique de l'assistance" qu'entend marquer la réforme fiscale engagée par le gouvernement.

Dénonçant les "combats de chiffres" auxquels se résument souvent les discussions autour des prélèvements obligatoires, M. Copé a insisté sur l'idée qui sous-tend la politique de l'emploi du gouvernement : "Creuser l'écart entre les revenus du travail et ceux de l'assistance, et renforcer le pouvoir d'achat des Français qui travaillent".

Réagissant aux critiques de la gauche contre le budget 2006, il s'en est pris à "la pratique combinée de l'injure et de l'amnésie qui a fait florès en cette période de préparation du congrès socialiste". "Il n'a jamais été question de parler de suppression de l'impôt sur le patrimoine", s'est exclamé le ministre, qui a rappelé les mesures prises par la gauche en 1982 pour exonérer les oeuvres d'art de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), puis en 1988-1989 pour en exonérer les biens professionnels.
Il a inscrit dans le prolongement de ces mesures la décision du gouvernement d'exonérer de l'ISF à hauteur de 75% "les parts ou actions détenues par les anciens dirigeants (d'entreprise) sous réserve de leur conservation pendant six ans", ainsi que "la détention de parts ou d'actions minoritaires dans le cadre de pactes d'actionnaires". "Etait-il normal, a-t-il demandé, que les dirigeants qui détiennent des parts de leur entreprise soient exonérés et pas les salariés ? Non, évidemment : et c'est pour cela que nous avons étendu aux salariés la mesure prise par la gauche à l'avantage des seuls dirigeants."

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 27 Octobre 2005 14:40 )  

Commentaires 

 
0 # ac82 2005-10-27 17:18 faisons comme lui ou plutôt comme eux :
Passons nous de LEUR assistance !
allons vers l'Anarchie qu'ils nous proposent !!!

Je sais, elle est facile, mais lorsque l'on me tend une telle perche, c'est difficile d'y résister ;)



Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Verdi 2005-10-27 20:05 Copé a insisté sur l'idée qui sous-tend la politique de l'emploi du gouvernement : "Creuser l'écart entre les revenus du travail et ceux de l'assistance, et renforcer le pouvoir d'achat des Français qui travaillent".

S'il en est un qui va écoper en 2007, c'est (entre autres) celui-là! Il semble être né avec une cuillère en argent dans la bouche et ne connaît manifestement pas grand chose à l'économie. Du haut de son mépris, sous des manières rieuses (déconeuses), il sort là une ânerie qui ferait presque rire si ce n'était aussi grave de conséquence.
D'abord il confond deux notions : l'emploi source de revenu et le travail. Les exclus de l'emplois peuvent très bien travailler sans en tirer des revenus.
Ensuite, il passe sous silence l'évolution vers une baisse régulière et inéluctable des emplois industriels et même technologiques dans les décennies à venir.
Conclusion de sa brillante démonstration : de moins en moins de gens auront un emploi et gagneront énormément, tandis que les autres devront se satisfaire de la charité des premiers s'ils se montrent dociles. (J'ai respecté autant que possible l'esprit de M. Copé).
Bref, il faut nous armer de patience, il reste (seulement!) 17 mois à tenir. Il ne fait aucun doute désormais que ces gens de l'UMP vont connaître une Bérézina mémorable! Ce qui fera enfin taire Copé et les autres!

Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...