Actu Chômage

mardi
20 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les chômeurs sacrifiés sur l'autel de la rigueur

Les chômeurs sacrifiés sur l'autel de la rigueur

Envoyer Imprimer
Alors que les prévisions sur le front de l'emploi sont toujours plus inquiétantes, le gouvernement réduit les dépenses de l'Etat destinées à la lutte contre chômage.

Affichant son souci de réduire les déficits publics, le gouvernement a fait le choix de la rigueur budgétaire. Dans une période de fort chômage, les politiques de relance sont pourtant les mieux à même de combattre le chômage : en soutenant la consommation, elles permettent à l'activité de repartir et aux entreprises de créer des emplois.

Ce n'est pas du tout l'option retenue aujourd'hui. Le projet de loi de finances pour 2012 prévoit ainsi une baisse générale des dépenses de l'Etat, y compris en matière d'emploi : les crédits de la mission Travail & Emploi du budget de l'Etat seront en diminution de 1,39 milliard d'euros en 2012 par rapport à 2011, soit une baisse de 12,1% ! Un paradoxe total dans un contexte où le chômage continue d'augmenter (+4,3% de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en un an), et en particulier le chômage de longue durée.

Les prévisions pour 2012 ne sont pas bien meilleures : le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en catégories A, B et C devrait atteindre près de 4,2 millions fin 2011 et 4,3 millions en 2012, selon les prévisions de l'Unedic. Des chiffres inégalés depuis le début des séries statistiques actuelles du chômage, en 1997.

Les chômeurs en souffrance

Les chômeurs seront-ils sacrifiés à l'autel de la rigueur ? Plusieurs indices peuvent déjà le faire penser… Ainsi, alors qu'un nombre croissant de demandeurs d'emploi ne perçoivent aucune indemnisation :

le plan «Rebond pour l'emploi» en faveur des chômeurs en fin de droits n'a pas été reconduit;
• le financement par les pouvoirs publics du dispositif de chômage partiel a été réduit;
l'accès à l'allocation équivalent retraite (AER), réservée aux seniors au chômage, a été fortement restreint;
• le nombre de contrats aidés programmés pour 2012 est en baisse : 400.000 selon le PLF, contre 520.000 réalisés en 2011;
• les crédits accordés aux structures de l'insertion par l'activité économique (IAE) stagnent depuis deux ans, alors qu'un nombre croissant de chômeurs s'adressent à elles pour accéder à l'emploi et être accompagnés dans leurs difficultés;
• l'AFDEF, prestation accordée aux chômeurs qui épuisaient leurs droits en cours de formation, a été remplacée par la R2F, dont le montant forfaitaire s'élève à… 652 €/mois.

Quant aux allocataires du revenu de solidarité active (RSA) qui ne travaillent pas, ils sont montrés du doigt par l'UMP. Pourtant, personne n'a d'emplois à leur proposer, en dehors de contrats aidés de 7 heures par semaine dont on peut difficilement estimer qu'ils satisfont à une norme minimale de qualité de l'emploi.

Dans un tel contexte, non seulement les systèmes d'indemnisation des chômeurs mériteraient d'être repensés, mais les politiques de lutte contre le chômage également. […] Le chômage n'est pas une fatalité, et il peut être combattu efficacement. Mais encore faut-il s'en donner les moyens.

(Source : Alternatives Economiques)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 17 Novembre 2011 15:14 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...