Actu Chômage

mercredi
16 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique L'enfumage de «la dette»

L'enfumage de «la dette»

Envoyer Imprimer
Selon Jean-Luc Mélenchon, la dette publique de la France n'atteint pas 85% de son PIB mais plutôt 12% : une allégation qui mérite d'être largement relayée.

Si certains d'entre vous ont peut-être déjà eu vent de cette "révélation" émanant du candidat du Front de Gauche, gageons que la plupart de nos lecteurs n'en ont pas entendu parler...

En effet, cette énormité n'est proférée que par lui. Or, si elle était fausse, nombre de journalistes, d'économistes et de rivaux politiques s'en seraient joyeusement emparés pour le discréditer. Mais étrangement, quand Jean-Luc Mélenchon a l'occasion d'évoquer cette imposture, ses interlocuteurs ne le contredisent pas. On l'a vu pas plus tard que tout à l'heure, sur le plateau de Laurent Ruquier à «On n'est pas couché» sur France 2 : ni Natacha Polony, ni Audrey Pulvar, ni même François de Closets n'ont contesté cet incroyable "détail". Face à une telle absence d'opposition, sinon de réaction, on peut donc en déduire que cette allégation est véridique et que, justement, l'indifférence ou la discrétion qui l'accompagnent visent à l'escamoter.

Attention, nous ne sommes pas là pour faire du prosélytisme ! Mais nous estimons que le pavé dans la marre est suffisamment gros pour qu'on s'y attarde.

La chose est simple. On nous dit «notre pays atteint un record d'endettement à hauteur de 85% de son produit intérieur brut, soit 1.646 milliards d'euros»... On en déduit que le PIB de la France dépasse 1.900 milliards d'euros, ce qui se vérifie aisément.

1.640 milliards d'euros de dette contre 1.900 milliards de richesse produite, vu comme ça, c'est sûr que ça fait flipper !!! C'est le but.

Pourtant, l'imposture est énorme. Car 1.640 milliards, c'est le montant de la dette totale de la France qui — à tort et volontairement — est rapporté au volume de son PIB annuel, alors qu'il convient de rapporter le stock de dettes au volume total du PIB sur toute la durée de vie de celles-ci — soit plusieurs années —, comme cela se fait pour les ménages qui contractent des prêts.

En effet, imaginez un jeune homme qui gagne 24.000 € par an et décide de s'offrir à crédit un véhicule neuf qui coûte 12.000 €. Dit-on qu'il est endetté à 50% ? Que nenni. Imaginez ce même salarié qui, au lieu de s'offrir une Clio, décide plutôt d'investir dans un logement, par exemple un deux pièces en Seine-Saint-Denis à 240.000 €. Dit-on qu'il est endetté à 1.000% et hurle-t-on à la banqueroute ? Certainement pas, car la solvabilité d'un individu ne se mesure pas en rapportant le total de ses dettes (voiture, appartement, etc.) à ses revenus d'une seule année !

Il est pourtant d'usage de faire des parallèles douteux entre la dette publique de la France et celle d'un ménage afin de culpabiliser les Français, accusés de vivre au-dessus de leurs moyens et qui, à cause de la crise, devront plus que jamais se serrer la ceinture. Or, paradoxe : en matière de ratio/norme de calcul, ce qui est valable pour un ménage ne l'est pas pour l'Etat, dont on compare la dette totale au flux de richesses produites… sur un an seulement. N'est-ce pas totalement absurde, sinon malhonnête ?

Et Jean-Luc Mélenchon de préciser que la durée moyenne des titres de la dette française est de 7 années et 31 jours. Donc, il convient de multiplier notre PIB par sept et de rapporter les 1.640 milliards de dette totale aux quelque 14.000 milliards de richesses que produira le pays sur la période. Dans ces conditions, le stock de notre dette représente en réalité quelque 12% du PIB cumulé sur sept ans.

Quand le taux d'endettement d'un particulier dépasse la limite des 33%, on parle de surendettement. Un ménage endetté à hauteur de 12% est-il en situation de faillite ?

Je vous laisse méditer...

SH



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 21 Octobre 2011 11:21 )  

Commentaires 

 
0 # Pat-du49 2011-09-18 08:03 en attendant, je viens de voir que le Front de Gauche propose un SMIC à 1700€ … mais 1700€ BRUT.
soit - 22% de cotisations = 1326€ NET

je demande eclaircissement , dans la mesure ou aujourd'hui, un smicard seul tourne à :
smic 1073€ net
PPE 80€
APL 50€
SOIT TOTAL 1203€ NET de revenus.

différence 1326 - 1203 = 123 €
si jamais donc les barèmes PPE et les barèmes APL ne sont pas revus à la hausse.

ce qui serait complètement déconnecté de la réalité du cout de la vie.
même en conservant et l'APL et la PPE, on arriverait à un revenu mensuel de 253€ de mieux qu'aujourd'hui, ce qui resterait hélas toujours déconnecté du cout de la vie.

je dirais même + indécent.

démo :

suffit de reprendre mon exemple d'ici :
www.lepost.fr/article/2011/06/07/2516343_comparatif-rsa-socle-smic-plein-temps-rsa-chapeau-10-heures-par-semaine.html
resterait au mieux avec smic à 1700€ brut (soit 1326€ net ) 230€/mois ou au pire (si pas APL ni PPE 100€) pour :

- nourriture, boissons
- tabac, journaux, timbres, papeterie, consommables
- renouvellement électroménagers , multimédias, ameublement, etc ..
- épargne coups durs ou projets
- linge de maison ( draps housses qui se déchirent tout ça .. )
- hygiène corporelle et domestique, coiffeur ..
- sous-vêtements, vêtements, chaussures
- vie sociale, cadeau noel, anniversaire, pas arriver mains vides, ou pouvoir recevoir, apporter bouquet de fleur à un proche à l'hosto etc ..
- sorties, sport, culture, vacances changer d'air ..
- payer une pension alimentaire si jamais il est divorcé ou séparé avec des mômes, recevoir ses enfants etc ..

je suis déçu par le front de gauche.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Glemos 2011-09-18 11:23 Ce serait vrai si, comme un ménage, la France n'empruntait qu'une seule fois cette somme sur les 7 ans, et la remboursait au fur et à mesure, comme un ménage le fait pour son appartement, sans prendre d'autres crédits chaque année qui remplaceraient ceux qu'il rembourse. Dans le cas de la France, c'est un montant glissant, cela veut dire que la France est obligée de réemprunter en permanence ce qu'elle rembourse. Je vous laisse imaginer la panique si la France se mettait à rembourser sa dette comme un ménage sans réemprunter chaque année la somme remboursée !!! C'est pourtant simple à comprendre. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-18 21:27 Oui, on a bien compris que le stock de dette est glissant.
C'est presque pareil pour un ménage : quand on a fini de payer la voiture, on change le frigo, le micro-ondes et la télé… Nombre de foyers s'équipent ainsi à crédit des années durant.
Mais il n'en demeure pas moins que le niveau d'endettement réel de la France est d'environ 12% sur 7 ans en moyenne, et pas 85% (sur un an !) comme on veut nous le faire croire.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lobozo 2011-09-18 11:43 La dette n'est qu'un prétexte pour justifier la casse sociale qui se prépare. Par exemple le gouvernement s’apprête à s'attaquer au statut des cheminots: si ils se mettent en grève, ils seront aussitôt jetés à la vindicte populaire comme des salopards creusant la terrible dette qui pèse sur les frêles épaules de nos pauvres z'enfants… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Naoy 2011-09-18 15:12 C'est 1700 net dans le programme. KTHXBYE Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-09-18 18:11 non BRUT en 2012

et net, en fin de législature, donc fin 2016 début 2017.

il font le même coup, qu'à la dernière présidentielle de 2007, au PS, ou ils parlaient de 1500€ sans préciser brut ou net, et sans préciser que là encore, c'etait pour la fin de la législature, soit 2012.
en réalité c'etait donc 1500 brut en 2012 soit 1170€ net.

donc même chose qu'aujourd'hui PPE inclue à 20€ près, et ça se disait déjà de gauche ..
bien que cette année c'est encore pire au PS, là ils n'abordent carrement même pas le sujet.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Gastlag 2011-09-19 00:05 Hum… bien vu et bravo !

Mais… continuons à clarifier le débat :
1646 milliard ce n'est pas la dette de La France, mais de l'État français. Donc il ne faut pas prendre en compte le revenu de La France (le PIB) mais de l'État français (ses recettes fiscales). Si on prend les revenus de cet État (donc sans les impôts locaux, et sans les cotisations sociales), on obtient un revenu annuel de :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Imp%C3%B4t_en_France#Composantes_de_la_fiscalit.C3.A9_en_France

366 milliards € x 7 = 2 562

Donc l'endettement est de : 1 646 / 2 562 = 64%

Je me trompe ?

Ceci étant dit, je continue de penser que la terreur sur la dette est un enfumage, car elle ne prend en compte ni les stocks de richesse de l'État, ni la particularité de l'État (moins mortel qu'un ménage, souverain etc.)…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-19 00:29 Intéressant ! Sauf que…

Dette publique = Dette brute de l’ensemble des administrations publiques françaises, soit l'ensemble des engagements financiers, sous formes d'emprunts, pris par l’État (y compris les ODAC), les collectivités territoriales et les organismes publics français (entreprises publiques, certains organismes de Sécurité sociale…).

fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

Donc, il me semble qu'on ne peut se limiter aux 366 milliards annuels que vous évoquez et qu'on doit rajouter les cotisations sociales, les impôts locaux, etc…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Gastlag 2011-09-19 17:06 J'ai fait une petite réponse ci dessous, nous sommes d'accord (me semble-t-il). Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-09-19 00:25 Ces arguments de sioux sont contreproductif s dans le sens qu'ils ne remettent pas en question la légitimité de cette dette et au contraire affirment en substance qu'on peut encore s'endetter davantage.

Que ce soit 12% ou 85% du PIB ne change rien au fait que cette dette est illégitime. Refusons de la payer, exproprions les banquiers et constituions un pôle public bancaire sous le contrôle des travailleurs.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-19 00:53 Il y a de la "bonne dette" (celle qui permet d'investir à long terme pour améliorer la vie de tous) et de la mauvaise (générée par les innombrables cadeaux fiscaux et sociaux faits aux plus riches qui ont privé la collectivité de marges de manœuvres, le service de la dette…).

Le calcul de la dette tel qu'il nous est présenté — rapporter son stock au PIB annuel sans tenir compte de la durée de vie des titres — est, lui, parfaitement illégitime.

Que notre taux d'endettement soit ainsi moins élevé que claironné par les néolibéraux révèle ce mensonge visant à élaborer par la peur une énième "stratégie du choc" (en référence au livre de Naomi Klein) à l'encontre des populations. Et sans vouloir défendre Mélenchon à tout prix, il me semble qu'il ne souhaite pas s'endetter davantage mais, au contraire, prendre l'argent là où il est, c'est-à-dire chez les riches et les rentiers, afin de rétablir le partage des richesses pour en créer de nouvelles. Ce qui va fortement déplaire aux marchés financiers, puisque ces vampires prospèrent grâce à l'endettement général.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # le pecheur 2011-09-19 15:30 Je suis désolé mais Melenchon raconte n'importe quoi aux français.
Les recettes de l'état c'est 200Mds et pas du tout le PIB des français qui est de 1900Mds , ce qui appartient aux français n'appartient pas à l'état , le salaire de l'état c'est donc 200Mds (avec toutes les taxes et impots).
Si votre salaire est de 200Mds et que votre dette est de 1600Mds , vous voyez que la dette est supérieur à 800% de votre salaire et si vous la comparez avec une maturité de 7 ans , ça represente toujours 220Mds d'euros de remboursement de dettes par an alors que le salaire de l'état n'est que de 200Mds d'euros par an, ce qui fait un ratio de dettes par rapport à votre salaire de 110% , vous etes dans la catégorie des surendettés !
Une personne qui a un salaire de 24000 euros par an , ne peut pas rembourser une maison de 192000 en 7 ans.
L'état fait vivre les français, retraite , fonctionnaire, aides, sécu ect.. que grace aux crédits, j'en suis conscient
L'état est bel et bien surendetté
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-19 16:25 Si Mélenchon raconte n'importe quoi aux Français, alors ce n'est pas le pire !

Dites-moi pourquoi, au vu de votre démonstration plutôt confuse, quand tout le monde (journalistes, économistes, hommes politiques…) s'entendent pour affirmer que la dette publique de la France s'élève à 85% de son PIB annuel, personne ne le conteste ?

Quand un banquier accorde un prêt à un particulier, il ne se limite pas à son seul salaire/revenu. Si ce particulier a d'autres atouts (patrimoine), la chose n'en est que plus facile.

Se limiter aux seules recettes fiscales de l'Etat est un non-sens. Quand un créancier lui prête de l'argent, il tient compte de tout : la valeur de son patrimoine, de ses infrastructures , de son activité économique, et de l'ensemble de la richesse collective produite. Rapporter l'endettement d'un pays à son PIB ne me semble pas être une hérésie.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-09-19 16:31 de toutes les façons l'argent ne s'evapore pas dans la nature.

les + de 1600 milliards d'euros sur les seuls comptes "assurance vie" c'est bien de l'argent de la richesse produite ( pour ne prendre que cette seule épargne ).

sans parler de l'argent en bourse, des jetons de présences, des stock-options etc, ou perso j'y comprend rien.

sans parler des multiples autres placements financiers ou immobiliers, ou marché de l'art ou que sais je, en France ou dans des pays + ou - exotiques appelés paradis fiscaux.

d'après le rapport d'un organisme financier suisse, la France, est le pays au monde, ou en concentration de millionnaires ( en millions de dollars fortunes et patrimoines ), on est classé NUMERO 1 au monde, devant les USA.
1 millionnaire pour 30 personnes en France, contre 1 pour 68 en Allemagne par exemple.

en tout perso, à ma connaissance, y en a pas un seul dans ma famille, même la + éloignée, qui dispose d'un patrimoine de + de 750 000 €
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Gastlag 2011-09-19 17:04 Multi-citer superuser:
Intéressant ! Sauf que…

Dette publique = Dette brute de l’ensemble des administrations publiques françaises, soit l'ensemble des engagements financiers, sous formes d'emprunts, pris par l’État (y compris les ODAC), les collectivités territoriales et les organismes publics français (entreprises publiques, certains organismes de Sécurité sociale…).

fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

Donc, il me semble qu'on ne peut se limiter aux 366 milliards annuels que vous évoquez et qu'on doit rajouter les cotisations sociales, les impôts locaux, etc…
Effectivement :-)

Le taux de prélèvement obligatoire est de 45% depuis 10 ans (probablement en baisse depuis 2006)
www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1136/graphiques.html#graphique7

0,45 x 1 900 = 855
855 x 7 = 5 985
1646 / 5 985 = 27,5%
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-19 17:11 Eh ben voilà !

Donc, même en partant de votre postulat, on reste en dessous de 33% qui, pour un particulier, sonne le glas du surendettement.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Gastalg 2011-09-19 18:12 Oui !

Et si on faisait le même calcul pour la Grèce ? Genre avant que les marchés deviennent fous et lui demande de ré-emprunter à des taux d'intérêts fous et après leur folie et les exigence de l'UE et du FMI.

Problème, je ne sais pas trop où trouver les statistiques.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Zep 2011-09-19 17:31 Et en même temps, si personne ne contredit Mélanchon, c'est peut être parce qu'on en a rien à foutre… Non pas de cette "révélation" mais surtout du personnage. A force de construire son identité / programme autour de provocations, d'invectives contre le "système" (comme Le Pen, tous les populistes sont contre le système !) et de promesses démesurées, il a fini par se mettre lui-même hors jeu.
Je suis de gauche, profondément. Mais j'essaie d'être de gauche avec réalisme. Pas inonder les gens de promesses intenables, en jouant sur leur mal de vivre. A ce jeu là, je veux bien proposer le smic à 1900 euros nets et la tête d'un patron sous le sapin tous les 25 décembres.
La droite nous considère comme inconséquents et dépensiers, ce qui est faux : la gauche est bonne gestionnaire. Mais arrêtons de vendre n'importe quoi juste pour exister !
En plus, parti comme il est, il va diviser la gauche et on va se retaper du Sarko pendant 5. Merci Mémélanchon !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-09-19 17:42 Je vous arrête tout de suite : il n'est pas question ici de nous lancer sur une polémique autour du "personnage" Mélenchon. L'objet de cet article, c'est la dette, son contenu et son calcul. Point. Ce qui nous intéresse, c'est de décrypter les rouages économiques.

Les écharpages politiques ne nous intéressent pas. Quand chacun sera dans l'isoloir, il votera en son âme et conscience.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-09-19 23:43 Cet été ATTAC a initié une campagne pour un audit de la dette, j'espère qu'elle va se développer pour que les gens se saisissent du problème et comprennent ce qu'il y a derrière.

Personnellement , pardon de me répéter, je pense que cette dette est illégitime et que nous n'avons pas à payer leur crise bien qu'ils feront tout pour nous la faire payer.

Voyez ce qui se passe en Grèce, les plans d'austérité se succèdent pour rassurer les très riches et les agences de notation au détriment du peuple qui va devoir en supporter le poids et on peut prédire sans se tromper que la pauvreté va faire un bond dans ce pays.

Nous n'avons pas à payer leur dette.

Il faudra attendre de se voir infliger la même rigueur budgétaire (elle est déjà en cours depuis 2005 ici mais cela va empirer sans nulle doute) pour que les gens se réveillent?

Il sera sans doute trop tard car trop de gens seront absorbés par les taches nécessaires à leur survie. 2012 sera une année très noire, c'est à craindre.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Flavien 2011-09-20 13:10 Cette crise qui dure depuis 2008 nous la payons déjà et nous allons encore la paye, je m'explique :

La crise dite des subprimes c'est traduit par une crise économique donc grosse augmentation de chômeur qui sont pris en charge par la collectivité donc in fine nous tous à travers nos impôts et taxes.

Et pour le moment il n'y a que cette catégorie de population qui ont concrètement perdu quelque chose dans l'histoire… pour le moment.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-09-21 07:53 Citer:
Et pour le moment il n'y a que cette catégorie de population qui ont concrètement perdu quelque chose dans l'histoire… pour le moment.


Parce que tu crois que la (contre)réforme des retraites ne s'inscrit pas dans les efforts demandés par les agences de notation pour que la France montre sa bonne volonté de payer la dette?

Et les mesures de rigueur prise par le gouvernement, par exemple, augmentation des cotisations des mutuelles (ce sera bientôt effectif) elles touchent seulement les plus pauvres?

Et ce ne sont que quelques exemples.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Encore Un Pseudo 2011-09-22 12:13 Par delà cette remarque de Mélenchon pourtant évidente (une dette se rembourse en plusieurs années), le fond du problème de l'endettement de l'Etat, c'est…

1. le sauvetage des banques en 2007-2008, qui a encore allourdi l'endettement publique

2. une politique de défiscalisation depuis les années 80 qui profite bien sûr aux plus riches… ce qui mène à la récession par manque de demande solvable et donc un manque de débouchés pour les entreprises (en France aujourd'hui les ménages représentent 70% des débouchés des entreprises)

Solution? Augmenter très sérieusement les impôts payés par les riches et les entreprises, et redistribuer cet argent aux pauvres et classes moyennes, qui eux, consomment et font tourner la machine au lieu de jouer avec cet argent sur les marchés et provoquer des bulles qui finissent toujours par éclater.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Encore Un Pseudo 2011-09-22 12:20 Pour les anglophones, trois ouvrages très intéressants sur l'histoire de l'argent et des crises financières

"This Time Is Different: Eight Centuries of Financial Folly"
Carmen M. Reinhart , Kenneth Rogoff

www.amazon.fr/This-Time-Different-Centuries-Financial/dp/0691142165

"The Ascent of Money: A Financial History of the World"
Niall Ferguson

www.amazon.fr/Ascent-Money-Financial-History-World/dp/1594201927

"Manias, Panics, and Crashes: A History of Financial Crises"
Charles P. Kindleberge

www.amazon.com/Manias-Panics-Crashes-Financial-Investment/dp/0471389455
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # gnarf 2012-01-17 09:35 On compare la dette d'un menage ou de l'Etat avec ce qui rentre dans leurs caisses, et leur patrimoine.
Le PIB n'est pas ce qui rentre dans les caisses de l'Etat et le patrimoine des Francais n'est pas le patrimoine de l'Etat…ou sinon vous acceptez que Sarkozy saisisse votre salaire ou votre maison pour payer ses depenses? Certainement pas et vous avez bien raison.

La dette de l'Etat Francais correspond bien a plus de 8 annees de ses recettes. Et comme cette dette n'est pas remboursee mais reconduite en moyenne a 2% d'interets elle grossit mecaniquement de 2% par an.
2% de 800% ca fait une augmentation annuelle de la dette d'un montant de 16% des recettes annuelles de l'Etat.

Or, les recettes annuelles augmentent de 3% maximum…ca fait 13% qu'il reste a trouver ailleurs. Donc l'Etat Francais est en train de vendre le patrimoine national pour payer ses dettes. Et bientot le votre…parce que Melenchon considere deja votre maison comme le patrimoine de l'Etat.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...