Actu Chômage

jeudi
18 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Méfaits du financiarisme : une voie sans issue

Méfaits du financiarisme : une voie sans issue

Envoyer Imprimer
Sur les 30 dernières années, en euros constants, le PIB et les salaires ont été majorés de 60%, le patrimoine non financier de 150% et le patrimoine financier brut de près de 330%. L’économie financière représente ainsi plus de 50 fois l’économie réelle. Une déconnexion dangereuse qui ne peut plus durer.

C'est encore ce diable d’Olivier Berruyer qui donne les clés du problème sur son site les-crises.fr : par quelque bout que vous le preniez, non, la finance internationale n'a aujourd'hui aucune chance de réchapper à la crise de la «Grande perdition». Regardez bien le graphique ci-dessous :




En rouge l’évolution de la production des richesses en France, en violet l’évolution du “patrimoine financier”. Vous avez vu le fossé ? Un abîme !

L’argent prétendument en circulation (les actifs financiers) représente plus de 23 fois la quantité disponible de richesses produites (PIB). Au niveau de la planète, le rapport est encore pire, franchissant allègrement les limites du délire !

Dans une économie saine, l’argent n’a de valeur que par les échanges de richesses qu’il permet. C’est-à-dire que la quantité d’argent en circulation doit à peu près être équivalente à la quantité de richesses produites.

Imaginez le taux de croissance qu’il faudrait pour que la petite barre rouge se hisse au niveau des actifs financiers en violet ? Ah oui, ils sont marrants ceux qui voient comme unique solution à la crise une relance de la croissance ! À ce niveau-là, ce n’est plus une relance, mais une explosion atomique qu’il faudrait !

Une bulle bien grasse

Tout ça est évidemment absurde. L’argent créé artificiellement lors de ces trente dernières années vraiment piteuses n’est que le produit obscène de la spéculation éhontée. Un jeu hautement suicidaire qui ne s’adosse à rien de concret, et danse sur un précipice de vide.

Joué par des crétins, défendu par des cornichons, gobé par des gogos (ceux qui croient encore que c’est en faisant payer la petite barre bleue riquiqui du graphique — les salaires — qu’on va combler le trou hallucinant), ce jeu imbécile ne peut évidemment avoir qu’un temps.

Voulez-vous pour finir que je vous en rajoute une couche (toujours grâce à cet animal de Berruyer) ? Regardez bien la grosse bulle bien grasse qui suit. Elle n’est pas le produit d’une imagination gauchiste enflammée, mais des doctes études du BRI et du FMI réunis :




A-t-elle besoin de commentaires, la grosse bulle ?
On sait tous ce qu’il advient des grosses bulles trop grasses, n’est-ce pas ? BOUM !

(Source : Le Yéti)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 19 Janvier 2012 17:09 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...