Actu Chômage

mercredi
11 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Tabac, alcool, sodas : un coup de massue sur les pauvres

Tabac, alcool, sodas : un coup de massue sur les pauvres

Envoyer Imprimer
Tandis qu'une poignée de nantis contribuera symboliquement à l'effort national, les chômeurs et les plus modestes paieront un lourd tribut.

On a fait tout un foin autour de la taxation des super-riches. Résultat, la «contribution exceptionnelle sur les hauts revenus» concernera quelque 10.000 contribuables qui s'acquitteront d'une gentille ponction de 3% pour un revenu fiscal de référence dépassant 500.000 €... Une paille à côté des milliards de cadeaux prodigués depuis des lustres. Comme le dit très justement la sociologue Monique Pinçon-Charlot, c'est un écran de fumée (c'est le cas de le dire). «Nous, les riches, ironise-t-elle, on fait une opération de communication qui va peut-être nous décharger de 200  millions, et vous le peuple, vous payez le prix fort !»

Pour acheter la paix sociale à huit mois des présidentielles et éviter aux syndicats d'appeler les salariés à se mobiliser dès la rentrée, ils n'ont pas osé rogner encore sur leurs acquis, ni augmenter la TVA. Il fallait obéir à «un principe de justice, de cohésion sociale, un impératif moral», tout en opérant des frappes chirurgicales. Les riches ne sont pas nombreux et ont beaucoup d'argent. Les pauvres n'ont pas beaucoup d'argent, mais ils sont nombreux. Et en taxant les cigarettes, les alcools forts et «les boissons à sucre ajouté» au nom de la santé publique, ce n'est pas 200 millions d'euros mais 1 milliard qui va vite rentrer dans les caisses. Si visiblement, selon les micro-trottoirs du JT de TF1, des badauds issus des classes moyennes ne semblent pas dupes du discours sanitaire «hypocrite» tenu par M. Fillon, ils se résignent. Mais pour les classes modestes, l'impact de ces hausses sur leur budget déjà très serré sera conséquent.

Là où y'a de la géhenne, y'a pas d'plaisir

Certes, les Smicards et les pauvres ont depuis longtemps renoncé au Chivas Regal : ils boivent plutôt de la bière ou du vin — visiblement épargnés par la mesure — qui sont plus abordables. Mais ils devront être plus regardants sur les sodas et se rabattre sur les "light" (bah oui, hein, l'obésité touche davantage les pauvres que les riches : c'est ainsi que l'UMP compte les faire maigrir, c'est pour leur bien !).

Un chômeur sur deux fume, a dit Roselyne Bachelot. Et la hausse de la consommation de tabac en France serait liée à celle du chômage : c'est «un effet crise». Un chômeur sur deux contribuera donc à redresser les finances publiques : +6% immédiatement et rebelote l'année prochaine (notez, en comparaison, que la taxation des super-riches ne s'élève, elle, qu'à 3%…). Le paquet de blondes à 5,40 € passera à 5,75 €, puis à 6,10 € : un vrai coup de massue.

Pourtant, si Roselyne Bachelot avait pris conscience du lien entre précarité et addiction au tabac, ni elle ni ses amis de l'UMP n'ont daigné intégrer dans leurs petites cervelles que son prix ne freine pas l'addiction. En janvier 2009 dans Libération, le tabacologue Robert Molimard expliquait qu'en l'augmentant, on augmentait les conduites à risques, et on ne faisait qu'accentuer l'exclusion d'une partie des plus défavorisés. Il insistait sur le fait que ces êtres humains, stressés, angoissés, isolés et contraints aux privations (ça tombe bien : la cigarette coupe la faim) sont, tout simplement, à la recherche de détente et de plaisir.

De la rigueur à la rigor mortis

Mais la recherche de détente et de plaisir chez les pauvres, pour l'UMP, c'est franchement indécent. Et la seule addiction tolérée, c'est celle à l'argent qui obsède les fortunés.

Tous ces gueux qui ne paient pas d'impôt sur le revenu, quand bien même ont-ils du mal à régler leur facture de gaz ou à honorer leur loyer, doivent apporter leur concours à cette grande mascarade : pas de chichis ! Et si l'UMP sait qu'inciter les chômeurs et les pauvres à arrêter de fumer en les étranglant ne sert strictement à rien, elle sait, par contre, que plus ces gueux fument, picolent ou ingurgitent des sodas, moins longtemps ils survivent : de cette façon, on économise sur les retraites et le minimum vieillesse. C'est-y pas beau ?

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 17 Novembre 2011 15:15 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2011-08-25 15:49 Ce n'est pas taxer les boissons trop sucrées qui devrait être fait mais les interdire ainsi que les produits remplis de sel (le sel donne soif).

La consommation excessive de sel (alors que les besoins quotidiens en sel sont très faibles) accroit la tension artérielle et les risques de maladies cardio-vasculaires.
Il y a du sel même dans des produits sucrés !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # jacko 2012-05-24 19:52 si il n'y avait que sa,le monde serait deja plus fruite de peche,mais la toxicite de ces jus,c'est l'impact de leur prix,plus cher au litre que l'essence!!donc aller bosser (pas evident par ces temps de stress patronaux,quand la caille(le nanti du boulot) se derobe,le perdraux(le patron) prends l'arrosoir et nous inonde de produits tous aussi empoisonnes de misere syndicales et sociales!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-08-25 15:53 Selon un rapport qui avait été remis au résident du palais:
Citer:
«Depuis 1999, l’ensemble des mesures nouvelles prises en matière de prélèvements obligatoires ont ainsi réduit les recettes publiques de près de 3 points de PIB : une première fois entre 1999 et 2002 ; une deuxième fois entre 2006 et 2008.» L'ampleur des niches fiscales est impressionnante : «à titre d’illustration, en l’absence de baisses de prélèvements, la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd’hui qu’elle ne l’est en réalité générant ainsi une économie annuelle de charges d’intérêt de 0,5 point de PIB. » (page 18). Entre 2002 et 2008, les gouvernements de droite ont ainsi réduit les impôts (niches ou baisses) de 1,6 points de PIB, tandis qu'ils ne réduisaient les dépenses de l'Etat que de 1,3 point de PIB.


Source: www.marianne2.fr/sarkofrance/Finances-publiques-le-rapport-que-Sarko-n-a-visiblement-pas-lu_a72.html

Ainsi ce sont les cadeaux fiscaux aux plus riches qui sont la cause de l'endettement dont nos politiciens ne cessent de nous rebattre les oreilles pour nous culpabiliser afin de continuer à garantir les profits des nantis.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # willemijns2 2011-08-26 00:06 j'avoue que 200 millions sur 100 milliards a trouver c'est peanuts… mais je m'attendais à un tel pourcentage minable… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-10-20 07:51 Et si les cigarettiers étaient appelés à financer la Sécu ?

"Rien ne justifie que les cigarettiers, qui contribuent au développement de pathologies lourdes, ne contribuent pas eux aussi aux efforts d'équilibre des comptes de la sécurité sociale", une situation injuste comparé aux fumeurs qui supportent l'augmentation régulière du tabac ou les buralistes qui, de facto, risquent de voir leurs ventes se réduire. C'est cet argument qu'a défendu Yves Bur (UMP), rapporteur du budget de la Sécurité sociale, pour faire passer le principe d'une taxe. Avec succès pour l'instant puisque, débattue ce mercredi en commission des Affaires sociales à l'Assemblée nationale, l'idée a été votée.

L'amendement est passé dans le cadre de l'examen du projet de budget de la Sécurité sociale. Il prévoit donc une taxe d'un montant total de 50 millions d'euros (seulement) prélevée sur les cigarettiers et affectée à la Caisse nationale d'assurance maladie. "Seuls les cigarettiers ne sont soumis aujourd'hui à aucun effort particulier", a ajouté Yves Bur en demandant : "Quel secteur peut se vanter d'avoir accru le montant de son chiffre d'affaires de plus de 26% en quatre ans ?"

Qui dit taxe dit nouvelle augmentation, répond-on du côté des fabricants de cigarettes. Yves Trévilly, porte-parole de British American Tobacco France, est en effet radical et estime qu'une telle taxe "conduirait à augmenter encore le prix des cigarettes" pour les fumeurs. "Tous les ans, M. Bur fait adopter le même amendement en commission et tous les ans, il est retiré à la demande du gouvernement", tempère le porte-parole du groupe. A la demande du gouvernement… ou des lobbys ?

www.latribune.fr/actualites/economie/france/20111019trib000657938/et-si-les-cigarettiers-etaient-appeles-a-financer-la-secu-.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-12-26 04:33 Sodas : jusqu'à 35% d'augmentation en janvier

Comme prévu, l'Assemblée nationale a voté définitivement, ce mercredi, une hausse du droit d'accise à 7,7 euros par hectolitre sur les boissons sucrées mais aussi sur les «lights». Bilan : 280 millions d'euros de taxe supplémentaire pour la profession.

Reste à savoir s'il faut passer tout ou partie de la douloureuse aux consommateurs. Pour les fabricants de marques de distributeurs, la réponse est toute trouvée : «Nous passerons l'intégralité des hausses dès le 1er janvier, soit 25% pour les boissons plates aux fruits, et 35% pour les sodas gazeux», déplore le PDG de Refresco, Vincent Delozière. «Nous n'avons pas le choix, le montant de la taxe est supérieur à la marge brute de l'entreprise», ajoute le président de Laiterie Saint-Denis-de-l'Hotel, Emmanuel Vasseneix.

(…) Le gouvernement, qui n'a pas manqué de souligner une «mesure de santé publique» lors des discussions, les encourage d'ailleurs à taxer le consommateur. «Pour la grande distribution, c'est une porte ouverte à l'inflation autorisée alors que les enseignes l'avaient plutôt contenue jusque-là», observe Emmanuel Vasseneix.

(…) Vu l'enchérissement simultané du plastique, du sucre, des fruits, etc, tous passeront des hausses très significatives pour protéger leurs marges.

www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/20111226trib000673610/jusqu-a-35-d-augmentation-pour-les-sodas-en-janvier.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Elwing 2012-10-26 18:20 Et si le gueux veut mangé equilibré c'est son porte monnaie qui va en patir ! Parce que les produits frais sont extrémements chers, et le jus d'orange 100%pur jus donc sans sucres ajoutés est carrément plus cher que le jus trafiqué de toute part.

C'est dégueulasse
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-10-27 15:13 Le jus d'orange tu le trouves dans les oranges que tu peux acheter sur un marché ou ailleurs.
Manger en grandes quantités des trucs pas bons pour la santé "pas chers" n'est pas forcément plus économique que de manger des trucs plus sains mais en quantité bien moindre.
On mange pour vivre, on ne vit pas pour manger…

Puisqu'on parle de nourriture, pour rappel:
La baguette de pain ordinaire (même en boulangerie) contient de la graisse végétale (huile de palme) ainsi que souvent le chocolat.

Le pain de mie, les biscottes contiennent très souvent aussi de l'huile de palme (les maladies cardiovasculair es sont la première cause de mortalité en France sauf erreur et il n'y a pas que le tabac qui en est responsable)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...