Actu Chômage

mercredi
18 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique RSA : le tissu de mensonges de l'Insee

RSA : le tissu de mensonges de l'Insee

Envoyer Imprimer
Après les soi-disant bons chiffres du chômage, la soi-disant efficacité du RSA. Décidément, retour de vacances du gouvernement rime avec… boniments.

L'Institut national de la statistique est l'incontournable étalon de l'économie française, bien que nous ne lui fassions pas toujours confiance (notamment en ce qui concerne sa façon d'élaborer le taux d'inflation ou de considérer "le moral des ménages").

Le voici qui s'est lancé dans des "simulations" autour du RSA : simulations dont on se demande si elles sont au sens propre… ou au sens figuré. Car ses conclusions sont tellement ahurissantes, tellement éloignées de la réalité que vivent les RSAstes (dont nous recueillons les témoignages sur nos forums), qu'on se demande si l'UMP n'a pas racheté l'Insee avec les enveloppes de Mme Bettencourt pour en faire son officiel vecteur de propagande, à l'heure où le RSA "activité" est loin d'attirer les foules de travailleurs pauvres...

Spectaculaire ?

L'Insee estime que "l’efficacité du RSA en termes de gains du retour à l’emploi apparaît spectaculaire". Pourtant, c'est tout le contraire !

Avant la mise en place du RSA, le 1er juin 2009, il existait pour les allocataires du RMI et de l'API un système d'intéressement au retour à l'emploi, qui a été supprimé. Certes, ce dispositif était limité à douze mois et avait des allures d'usine à gaz, mais il était plus avantageux que le RSA "activité".

Car le RMIste qui reprenait un emploi pouvait cumuler intégralement durant les trois premiers mois son allocation et son salaire (sans critère de montant), puis, les neuf mois suivant, recevait une prime mensuelle de 150 €. Sous certaines conditions, certes restrictives voire injustes, il pouvait demander la "prime exceptionnelle de retour à l'emploi" de 1.000 € au bout du quatrième mois. Enfin, s'il perdait son job (ce qui est le lot des précaires, les emplois "durables" de plus de 6 mois et les CDI n'étant plus la majorité des offres sur le marché) et restait sans activité durant plus d'un semestre, les compteurs étaient mis à zéro et l'intéressement reconduit dès la reprise d'activité suivante.

Aujourd'hui, le RMIste qui retravaille (et dont la rémunération autorisée pour en bénéficier est désormais plafonnée à 1,04 Smic pour une personne seule) perçoit, sans bonus, un complément de revenu mensuel moyen de 157 €, celui-ci étant fixé à hauteur de 62% du salaire : pour 100 € gagnés, le RSA "socle", devenu "activité", est déduit de 38 €. Effectivement, le versement de ce complément n'est plus limité dans le temps. Mais, convenez que le gain n'est pas "spectaculaire" ! Si l'on compare avec ce qui existait avant, la réputation de "subvention aux bas salaires" collée au RSA semble, hélas, plutôt justifiée.

Droits connexes

L'Insee dit : "Les droits connexes diminuent de façon progressive lorsque les revenus d’activité s’accroissent" alors qu'ils chutaient "de manière brutale lors de la sortie du RMI". C'est une vérité de La Palice, puisque que le gain de la reprise est nettement moindre !

Il n'empêche que les RSAstes qui reprennent un emploi — parce qu'on leur force davantage la main sous menace de leur couper les vivres — sont confrontés aux mêmes problèmes : nombreux sont ceux à qui on suspend illico le RSA dès le trimestre suivant. Ils sont obligés mendier à la CAF la "neutralisation" de leurs ressources en cas de fin de contrat pour qu'on leur rétablisse un RSA à taux plein, sinon justifier leurs revenus quasiment en temps réel. Les incidences sur leur APL et autres droits connexes (CMU, taxe d'habitation, réduction transports…) sont immédiates, alors que pour les chômeurs en ASS ou d'autres bénéficiaires de prestations sociales, ces droits ne sont révisés que d'une année sur l'autre, au rythme de la déclaration d'impôt.

Enfin, si l'Insee évoque l'aspect inégalitaire du RSA — effet de la décentralisation où les modalités peuvent varier plus ou moins sensiblement selon les départements —, il occulte son aspect particulièrement répressif. Les allocataires doivent se soumettre, tous les trois mois, à une fouille en règle par le biais d'un formulaire intrusif (la DTR) où même votre épargne disponible ou les dons (famille, associations caritatives) pèsent aussitôt dans son attribution et son rognage. Les recours pour faire valoir ses droits et obtenir gain de cause en découragent plus d'un.

Pour cette "simulation" plus que sommaire, l'Insee mérite un carton rouge.

Amis lecteurs RSAstes, n'hésitez pas à poster vos commentaires.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 26 Août 2010 13:15 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2010-08-26 13:39 Lire ce que Christian Favier, président du Conseil général du Val-de-Marne, pense du bébé de Martin Hirsch…

«Le RSA n’a pas sorti de la précarité les personnes qui étaient au RMI»
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # laurent 2010-08-31 13:43 du passage RMI -> RSA, moi je n'en vois qu'une régression spectaculaire des aides alouées, pratiquement divisé par 2.

imaginez tout les salariés licencié apres 50 ans obligé d'attendre la retraite, généralement ayant reçu une prime de licenciement pour patienter, et parfois des petites économies acquises au cours de leurs vie professionelle, ceux la sont essentiellement pénalisés du fait de leurs avoirs.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # cécile8 2010-09-09 14:27 Autre exemple de précarisation au rsa:
-celui sans reconnaissance travailleur handicapé par ignorance de ses droits, (déjà y a un blâme là pour les services sociaux et pourtant c'est fréquent)
Lorsque dans ce cas précis le rsaste abandonne une session de formation car trop contraignante pour sa santé, il sera radié(voir témoignages sur le forum)
- le rsa pour les gens malades est un enfer.lIl est un accompagnement obligatoire, une mise sous tutelle de son argent, de sa vie, une culpabilisation totale de la personne qui est déjà en situation difficile!
-le rsa est précarisant car il est un système rabaissant, il met des chaînes là où les gens devraient être encouragés, on leur retire leur pouvoir décisionnel et le risque est de voir leurs enfants enchainés à leur tour! le rsa ampute aussi l'épargne des enfants
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pyrogalol 2010-11-15 10:13 Je me suis fait braquer par la XXXX lors du passage RMI-RSA pour des motifs délirants de "fraude sociale", initiés par le voyou W. et executés par une imbécile qui a géré mon dossier avec ses pieds pendant 4 ans.

Je voudrait la faire plonger pour faute professionnelle grave et négligence: elle n'a pas respecté son devoir d'information prévu - à l'époque- par la CNIL sur les conditions de ressources et les pensions alimentaires… En gros, elle a gardé sa place, en me faisant payer ses négligences.

Les fonctionnaires rendus XXXXX par des hiérarchies XXXXX, je connais bien; mais trop, c'est trop !

Je demande l'aide de @BataviaChoucho u, le Vilain… Il me doit bien ça !

XXXXX Modérations effectuées par un responsable du site.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2010-11-15 14:10 Bonjour Pyrogalol.

Veillez à ne pas user dans vos écrits de mots et expressions qui pourraient se retourner contre vous.

Vous pouvez contacter BataviaChoucrou te directement par notre option MP (message privé) via nos forums.

Merci.

La modération
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...