Actu Chômage

mercredi
18 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique 35.000 créations de postes, dont 75% en intérim : Où est l'embellie ?

35.000 créations de postes, dont 75% en intérim : Où est l'embellie ?

Envoyer Imprimer
Christine Lagarde, éternelle ravie de la crèche et grande prêtresse de la méthode Coué, se "réjouit" des 35.000 créations d'emplois salariés enregistrées au deuxième trimestre.

Pourtant, il n'y a vraiment pas de quoi pavoiser...

Au premier trimestre 2010, 23.900 créations de postes ont été recensées par l'Insee, principalement dans le secteur marchand. Au deuxième, 35.000. Cela suffit à Christine Lagarde pour évoquer à nouveau l’"embellie", un de ses mots favoris.

Mais ce que Christine Lagarde ne dit pas, c'est que 75% de ces emplois sont des missions d'intérim; le reste, essentiellement des CDD. Ce ne sont donc pas des emplois de qualité qui permettent de vivre et de se projeter, mais des emplois précaires et non durables.

Ensuite, elle tait le fait que le nombre de créations de postes de ce premier semestre reste inférieur au niveau atteint un an auparavant. Et que les destructions d'emplois, notamment de CDI, se poursuivent, même si leur rythme est moindre qu'aux trimestres précédents. Il faudra attendre la fin de l'année pour connaître le solde net de ces créations/destructions, et en tirer les conclusions qui s'imposent.

Rappelons que plus d'un demi-million d'emplois salariés ont été détruits en France depuis le début de la crise dans le secteur marchand non agricole, dont 260.000 CDI.

Christine Lagarde se gargarise encore de "reprise économique" alors que la France affiche un ridicule +0,6% d'estimation de croissance au deuxième trimestre, "magnifique" selon elle, et nous prédit une progression de 1,4% du PIB pour l'année. Or, la majorité des économistes juge nécessaire une croissance annuelle entre 1,5% et 2% pour que l'économie commence à créer plus d'emplois qu'elle n'en détruit. De plus, si la croissance est un levier essentiel de la création d'emplois, elle n'influe pas systématiquement sur la réduction du taux de chômage.

Donc, cette grande jouisseuse de Christine devrait calmer un peu ses ardeurs.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 21 Septembre 2010 20:02 )  

Commentaires 

 
0 # M.Sébastien 2010-08-18 09:59 Hello
Pour l'étayer, j'ajouterai que les emplois disparus ne sont pas ceux nouvellement crées avec l'exemple de la société Arc où ;
* Un plan de départ volontaire aidé (PDVA) qui pourrait concerner 146 personnes
* Recruter 125 intérimaires en "remplacement"
http://interim.over-blog.com/article-arc-l-art-de-mettre-de-l-emploi-a-table-54677449.html

Même si l'économie fonctionne grâce à deux coeurs d'emploi, la montée en puissance de l'intérim au détriment d'emplois durables modifie le visage de notre société (http://interim.over-blog.com/article-le-double-coeur-de-l-emploi-39289067.html), l'intérim en devenant structurel - au lieu d'être par sa définition conjoncturel - accélère la précarité comme le souligne un dirigeant d'entreprise de travail temporaire qui a accepter de témoigner anonymement (http://interim.over-blog.com/article-l-interim-professionnalisme-plaisir-travail-52406530.html).
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...