Actu Chômage

mercredi
18 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chômage de juillet : + 9.500

Chômage de juillet : + 9.500

Envoyer Imprimer
Une fois encore, si la catégorie A affiche un deuxième mois de baisse consécutive, c'est toujours l'inverse pour les autres catégories. Dans ces conditions, prétendre que le marché du travail se stabilise est un mensonge éhonté.

Quand on épluche la publication mensuelle de la Dares/Pôle Emploi, on note que si la catégorie officielle enregistre 14.400 inscrits de moins en France métropolitaine, soit 2.676.600 chômeurs pour la façade, la catégorie B — activité réduite <78 heures — compte 2.700 inscrits supplémentaires (+0,5% sur un mois et +7,3% sur un an), et la catégorie C — activité réduite >78 heures — 17.000 de plus (hausse mensuelle : +2,3% ; hausse annuelle : +19,4%).

Donc, si l'on considère l'ensemble des privés d'emploi "tenus d’accomplir des actes positifs de recherche" (ABC), qu'ils n'aient exercé aucune activité ou se soient contenté de petits boulots, leur nombre a, en réalité, crû de 5.300 personnes rien qu'en métropole.

Le total des inscrits de ces trois catégories, DOM inclus, s'élève donc à 4.208.300 (soit +0,2% sur un mois et +8,2% sur un an).

Et si, en France métropolitaine, les effectifs de la catégorie D — chômeurs en formation ou en maladie/maternité, licenciés économiques en CRP ou CTP… — ont reculé de 7.400 à 251.300 personnes (-2,9% sur un mois mais +9,6% sur un an), ceux de la catégorie E — chômeurs en contrats aidés — ont augmenté de 11.600 à 358.600 (+3,3% sur un mois et… +45,5% sur un an, fruit juteux de la politique du gouvernement !). Pour ces deux catégories d'inscrits "non tenus d'accomplir des actes positifs de recherche" car en situation particulière, mais 609.900 chômeurs tout de même ainsi escamotés, le solde est également positif : +4.200.

Donc, en juillet, le solde des catégories ABCDE en métropole affiche un score de +9.500.
Le total des inscrits à Pôle Emploi en France métropolitaine s'élève à 4.573.700, soit une hausse mensuelle de 0,2% et une hausse annuelle de 10,4%. Le tiers d'entre eux — 1.436.200 personnes — est à la recherche d'un emploi depuis plus d'un an (+27,6% en douze mois). On compte aussi 707.300 chômeurs de + de 50 ans (en hausse de 1,1% sur un mois et de 17,1% sur un an), ce qui va autoriser le gouvernement à instaurer son dispositif "zéro charges seniors", véritable aubaine pour les employeurs.

Avec les 217.000 chômeurs des DOM (dont on ne parle pas) et les 300.000 seniors de + 58 ans "dispensés de recherche d'emploi" (qui ne figurent dans aucune catégorie), on dépasse les 5 millions d'inscrits.

Même si la tendance est au ralentissement, qu'on ne nous dise pas que le chômage baisse !!!

Et qu'on cesse de nous dire qu'il a reculé "pour le deuxième mois consécutif" ! En juin, c'était pareil : la catégorie A avait baissé (-8.600), mais pas les catégories C et D (+15.600) ni la catégorie E (+13.600) ! Cette allégation ne se vérifie que pour la catégorie D — celle, pourtant, des formations et conventions de reclassement… Que fait le gouvernement ? — dont les effectifs diminuent depuis mai (-10.900 sur deux mois).

Et qu'on cesse de vanter une progression des offres collectées par Pôle Emploi : ce sont, à 80%, des emplois temporaires (CDD, intérim ou saisonniers) et mal payés.

Qu'on arrête de nous bassiner avec les 59.000 créations de postes du premier semestre, dont 75% sont des missions d'intérim !

Et qu'on cesse, enfin, de parler de "stabilisation du marché du travail". C'est faux et archi faux ! Pour que cette allégation soit juste, à la fin du premier semestre 2010, il aurait fallu qu'en juin la catégorie A se leste de 38.000 chômeurs. Or, ce fut loin d'être le cas et le solde est resté dans le rouge. Si, en juillet, 14.400 inscrits sont sortis de la catégorie officielle, d'ici la fin de l'année il faudra mettre les bouchées doubles pour compenser les mauvais résultats des mois précédents. Ce qui n'est pas gagné, surtout avec une prévision de croissance à 1,4% en 2010 alors qu'il faut une progression de PIB annuelle entre 2% et 2,5% pour que l'économie commence à créer plus d'emplois qu'elle n'en détruit.

Mais pour parvenir à cette "stabilisation", tous les moyens sont bons : en juillet, quelque 292.000 personnes sont sorties des listes pour "défaut d'actualisation", "radiation administrative" ou "autres cas"...

L'espoir, c'est bien. Mais la vérité, c'est mieux.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 25 Septembre 2010 11:20 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2010-08-30 22:21 Lire cet article complémentaire publié sur Eco89 :

Chômage, quatre vérités que Lagarde ne vous dira pas
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # marie-christine83 2010-08-30 23:35 Bonsoir Sophie,
Je vois que vous citer un article de Pierre Larrouturou

Dans votre billet sur le rSa pour les jeunes de - 25 ans, je vous ais raconter ma distribution de tracts à la sortie d'un lycée pour les élections Européennes de 1999, et bien c'était pour une liste qui était présente à ces européennes de 1999 qui s'appelait "COMBAT POUR L'EMPLOI".
Et la tête de liste était Monsieur Pierre LARROUTUROU qui était, et je pense qu'il y est toujours, pour la réduction du temps de travail à
4 JOURS (LES 32 HEURES) il était à la tête d'une association qui s'appelait 4 JOURS NOUVEL EQUILIBRE, et moi "chercheuse d'emploi" déjà à cette époque là, j'étais seconde de liste car il voulait quelqu'un qui représentait les "chercheurs d'emplois", il a toujours dénoncé le cortège de mensonges qu'on déverse sur le dos du chômage et que c'était possible de faire autrement pour l'emploi mais qu'il fallait une bonne dose de volonté politique.
A l'époque il était au P.S. aujourd'hui Europe Ecologie
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-08-31 10:26 Oui !!! La semaine de 4 jours. Nous en avions parlé à l'époque…

«La semaine de 4 jours créerait 1,6 million d'emplois»

Larrouturou a aussi assisté/contribué aux Etats généraux du Chômage et de la Précarité qui ont eu lieu en mai 2009 à Bobigny.

C'est un mec bien !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # orwell 2020 2010-08-30 23:06 Il est évident que les chercheurs d'emploi (je déteste le terme "chômeur") devraient se mobiliser, s'unir surtout pour reveiller le public. Il ne faut pas compter sur un parti ou un mouvement politique pour le faire. Le problème: la pupart des ch.d'empl. n'ont pas une culture économique suffisante pour argumenter, pour mettre le doigt sur les dysfonctionneme nts au sein de notre système économique. Il faut argumenter, car simplement protéster contre le fait que l'on est au chômage ne sert à strictement rien. Il y a des sites qui le font, mais cela reste à un niveau marginal et parfois élitiste. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-08-31 10:24 J'espère que nous en parlons ici de façon abordable et pas trop élitiste…

Il est vrai que quand on perd son emploi et que la situation perdure, il vaut mieux s'initier à l'économie pour comprendre ce qui nous arrive (un peu comme on va chez le psy pour comprendre ses mécanismes internes afin de sortir d'une dépression). Sauf que le chômage n'est pas un dysfonctionneme nt personnel voire intime, mais un dysfonctionneme nt collectif. C'est un outil économique qui fait des victimes par millions. Ensuite, la société toute entière s'arrange pour leur faire croire qu'elles sont responsables, individuellemen t, de leur situation, ce qui est monstrueux.

Le chômage est le produit de choix économiques et politiques. Donc, pour connaître son ennemi, il faut se brancher économie et politique et pour lutter contre, il faut se tourner vers des solutions collectives.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # orwell 2020 2010-08-31 14:23 Actuchômage a raison de contester les chiffres officiels. Je vis en Suisse et en Allemagne (je suis un exilé économique, dû à la situation du marché de l'emploi en France, et j'en souffre); le marché de l'emploi en Allemagne est le mirroir de ce qui se passe France: beaucoup de trompe-l'oeil. Les chiffres ne disent pas tout: départs massifs en retraite, effets démographiques divers, émigration, ainsi que le fait que les chercheurs d'emploi qui sont suivis par des agences de pacement privées ne figurent plus dans chiffres offciels. Beaucoup de CDD, des postes líés aux effets saisonniers (tourisme, bâtiment). Je pense que le chômage ne baissera pas, pas en France ni dans d'autres pays européns, et les perspectives à moyen terme sont mitigés; l faut lutter pour trouver des solutions. La classe politique ne le fera pas, c'est aux citoyens de faire pression. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-09-08 14:38 2,567 millions de chômeurs indemnisés : -0,3% en un mois, +5,6% en un an

Source

Ce recul progressif s'explique par l'augmentation du nombre de chômeurs de longue durée qui basculent en fin de droits et passent à l'ASS (solidarité Etat) ou au RSA (CAF). Quant au nombre de ceux qui n'ont droit à rien du tout, on ne le connaît pas…

Détail : les bénéficiaires de la Convention de reclassement personnalisée (CRP) ont été 80.200 en juillet (+7,1% en un an), et les bénéficiaires du Contrat de transition professionnelle (CTP) 14.600 (+84,8% en un an).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-09-08 14:50 Baisse du chômage : pas avant mi-2011, selon l'Unedic

Le chômage en France va connaître «un plateau et commencer à baisser sur la seconde moitié de 2011», «une légère décrue pour des raisons démographiques» , puis «rebaisser sur 2012», a indiqué hier le vice-président de l'Unedic, Geoffroy Roux de Bézieux (Medef), sur BFM.

Par ailleurs, une réunion du bureau de l'Unedic, présidée par Gaby Bonnand (CFDT), est programmée vendredi pour «examiner l'équilibre financier de l'assurance-chômage», a indiqué l'Unedic.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...