Actu Chômage

jeudi
29 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse L'Unedic remet le gouvernement à sa place

L'Unedic remet le gouvernement à sa place

Envoyer Imprimer
Suite à la série d'interventions de Nicolas Sarkozy et ses sbires au sujet des orientations de la prochaine convention Unedic, les partenaires sociaux de l'assurance-chômage ont tenu aujourd'hui, par une déclaration commune, à réaffirmer leur «autonomie» sur les discussions qui vont s'engager ainsi que leur issue.

Nicolas Sarkozy a proposé, la semaine dernière à Rethel (Ardennes), qu'une «filière unique» d'indemnisation chômage, au lieu de quatre aujourd'hui, soit instaurée lors de ces négociations qui doivent, a-t-il dit, «impérativement» se conclure «avant la fin de l'année». Précédemment, François Fillon avait plaidé pour une diminution des cotisations chômage d'un niveau équivalent à l'augmentation annoncée des cotisations retraite, et le ministre du Travail Xavier Bertrand avait suggéré une exonération des cotisations chômage pour les plus de 60 ans.

Proposée par la CGT dès l'ouverture de cette deuxième séance de négociations, l'idée d'une déclaration commune a mis plus de deux heures et demi à se concrétiser par un court texte de compromis entre syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) et patronat (Medef, CGPME, UPA).

Qu'on nous laisse négocier !

«Dès décembre 2005, les partenaires sociaux ont décidé de remettre à plat le régime d'assurance chômage. Sur ces bases, ils ont entamé leurs négociations le 15 octobre en affirmant leur volonté de prendre leurs responsabilités. Ils entendent pouvoir poursuivre leurs discussions dans le cadre de l'autonomie de la négociation collective», indique la déclaration. Les partenaires sociaux «souhaitent qu'au cours de ces négociations soit respectée la place de chacun des différents acteurs dans l'esprit de la loi de modernisation du dialogue social du 31 janvier 2007».

«Face aux interventions répétées du gouvernement et du président de la République, ce texte vise à leur demander de rester à leur place le temps des négociations», a déclaré Maurad Rabhi (CGT).
«Le discours du président de la République était pour le moins inopportun. J'ai l'impression qu'une partie des politiques souhaiterait être à la table des négociations. On est encore dans un régime paritaire sur l'indemnisation, alors qu'on nous laisse négocier !», a renchéri Stéphane Lardy (FO).

Gaby Bonnand (CFDT) a noté que ce texte «non polémique exprime la volonté de ne pas être soumis en permanence à des pressions gouvernementales».

(Source : Les Echos)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 07 Novembre 2008 19:38 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...