Actu Chômage

mercredi
20 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Lagarde a reçu François Chérèque

Lagarde a reçu François Chérèque

Envoyer Imprimer
Après s'être entretenue jeudi avec l'UPA, la CGPME et la CFE-CGC, Christine Lagarde a reçu ce matin la CFDT.

Les rencontres bilatérales se poursuivent, en préparation de la grande conférence du 6 mai sur la réforme de l'assurance-chômage : les nouvelles règles d'indemnisation et de contrôle/sanction des demandeurs d'emploi devront être redéfinies pour le 31 décembre.

Jeudi, l'UPA et la CGPME ont demandé le rétablissement de la dégressivité des allocations et une réduction des cotisations (alors que le déficit cumulé de l'Unedic s'élève à 9,9 milliards d’€).

François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, a été à son tour reçu ce matin. Il a a jugé «stupide» de définir de manière «uniformément identique» et «rigide par la loi» l’offre valable d'emploi que tous les salariés au chômage seraient tenus d'accepter : «On ne met pas les mêmes contraintes pour un jeune célibataire qualifié et pour une femme seule avec des enfants», a-t-il expliqué. «Nous ne souhaitons pas que la loi donne une définition rigide de l'offre valable d'emploi. (...) On propose, comme depuis dix ans, que ce soit la rencontre entre le service public de l'emploi et le demandeur d'emploi qui définisse quel est le périmètre de recherches, quel est l'accompagnement donné. En fonction de ce contrat, on définit les devoirs du chômeur. La loi doit simplement prévoir ce dispositif», a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, doit être reçu cet après-midi (lire en commentaire), suivi par la présidente du Medef Laurence Parisot.

Jacques Voisin, le président de la CFTC, sera reçu jeudi. Bernard Thibault donnera son avis la semaine prochaine pour la CGT.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 22 Avril 2008 15:17 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-04-22 15:01 Aujourd'hui, plus d'un demandeur d'emploi sur deux (47,5%) n'est pas indemnisé par l'Assedic. Afin de corriger cette aberration, les syndicats (CFDT, CFTC notamment) et le Medef planchent sur l'idée d'une filière unique d'indemnisation, plus souple.

Aujourd'hui quatre filières existent (A, A+, B et C), qui conditionnent la durée du versement des allocations au nombre de mois travaillés. Mais ce système conduit à des aberrations liées aux effets de seuil.

Ainsi, une personne qui a travaillé douze mois sur les vingt derniers, bénéficie de 12 mois d'indemnisation. Mais une autre qui aura simplement travaillé onze mois et demi ne bénéficiera - à quinze jours près - que de 7 mois d'indemnisation. "On souhaite réfléchir à une harmonisation par le haut avec une durée d'indemnisation la plus élevée possible (24 mois), explique Séverin Prené, secrétaire confédéral CFDT. Tout en faisant attention au cas des plus de 50 ans, qui pourraient obtenir une prolongation si nécessaire."

Du côté du gouvernement, l'objectif est de pousser à un retour au travail le plus rapide possible. "Il y a clairement deux logiques qui s'opposent, constate M. Prené. La nôtre vise à une mutualisation des risques, celle du gouvernement à une individualisati on." Impossible de savoir aujourd'hui où la barre sera placée.

(Source : Le Monde)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-23 08:54 Le secrétaire général de Force Ouvrière, reçu hier par Christine Lagarde et Laurent Wauquiez, a dit tout le mal qu’il pensait d’un éventuel durcissement de la réglementation sur les «offres valables d’emploi» et des sanctions qui frapperaient les chômeurs.

D'abord, il considère que le gouvernement «traite le dossier à l’envers» en agitant la menace de sanction avant que les partenaires sociaux aient défini les conditions d’indemnisation . «Avant, on négociait l'assurance chômage, ensuite on discutait avec l'Etat sur le rôle réciproque de chacun. Là, on rentre dans une mécanique où l'on met la charrue avant les bœufs. Tout est sur la table, y compris l'offre valable d'emploi, c'est une manière de traiter les dossiers un peu à l'envers», a-t-il critiqué.

Il a répété qu'il était inacceptable qu'au bout de six mois on puisse forcer un chômeur à accepter tout emploi, même à deux heures de route (aller-retour) ou avec une baisse de salaire allant jusqu'à 30%. De même, «si un CDD de 6 mois c'est une offre valable d'emploi, ce serait inacceptable !»

Quant à la suppression de la DRE, il estime que ce serait «une erreur fondamentale».

Sur la situation financière du régime d'assurance chômage, il a fait valoir que «le régime redeviendrait certes excédentaire en 2009-2010, mais à paramètres constants. Or nous voulons essayer d'améliorer la situation des demandeurs d'emploi, ce qui coûtera donc un peu plus cher».
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...