Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Allocations chômage : la dégressivité à nouveau sur le tapis

Allocations chômage : la dégressivité à nouveau sur le tapis

Envoyer Imprimer
Jeudi, la ministre de l'Emploi et son secrétaire d'Etat ont reçu Pierre Martin (UPA, artisanat), Jean-François Roubaud (CGPME) et Bernard Van Craeynest (CFE-CGC, cadres) pour recueillir leur avis et leurs propositions sur les nouvelles mesures que le gouvernement entend instituer à l'encontre les chômeurs.

Ces rencontres bilatérales ont pour but la préparation de la conférence du 6 mai prochain, qui se penchera notamment sur la réforme de l'assurance-chômage. Les autres partenaires sociaux (Medef, CFDT, CFTC, CGT et FO) seront à leur tour «écoutés» dans les deux semaines à venir.

«La suppression de la dégressivité des allocations en 2000 [avec la mise en place du PARE sous le gouvernement Jospin] a été une erreur que les comptes de l'Unedic supportent encore», déclarait en juillet 2005 feu le négociateur en chef du Medef Denis Gautier-Sauvagnac. Pourtant, «le chômage baisse» et l'assurance chômage résorbe son déficit depuis deux ans, bien que la dégressivité des allocations n'ait pas été rétablie lors de sa dernière convention.
Cette convention Unedic 2006-2009 qui, rappelons-le, a drastiquement réduit les droits des chômeurs et instauré des sanctions accrues, avec l'impact que l'on connaît aujourd'hui sur les «bons chiffres» du chômage...

Baisser les allocations, réduire les cotisations

La sempiternelle question du retour à la dégressivité est revenue sur la table avec les deux organisations patronales reçues avant-hier par Christine Lagarde et Laurent Wauquiez. La CGPME a fait valoir son souhait d'une indemnisation «plus élevée qu’aujourd'hui durant les premiers mois de chômage, mais qui baisserait au bout de six mois, par exemple de 15% ou 20%, pour inciter les gens à reprendre un emploi» (c'est-à-dire n'importe quel emploi), a expliqué son représentant Jean-François Roubaud.
L'UPA, pour sa part, serait favorable à un dispositif encore plus dégressif : «Nous ne sommes pas sûrs qu'il faille attendre six mois. D'ailleurs, en Allemagne, il existe un premier régime pendant les trois premiers mois, un deuxième de trois à six mois». Selon son président Pierre Martin, avec ses millions de Hartzis et de salariés pauvres, l'Allemagne est un modèle ! L'UPA, qui a aussi demandé que les cotisations chômage soient revues à la baisse : lire en commentaire…

Le Medef, attendu mardi à Bercy, ne manquera pas d'en rajouter une couche. Suivront les syndicats de salariés, qui tiendront le discours contraire et tenteront ensuite, comme à chaque renégociation, de limiter les dégâts. Pour un résultat toujours plus défavorable aux victimes du chômage de masse, considérés comme seuls responsable du fléau.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 19 Avril 2008 13:16 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-04-19 14:51
(…) Bercy escompte aussi et surtout que les partenaires sociaux entérinent rapidement une baisse des cotisations chômage, avec une première étape au 1er janvier 2009, tout en reconnaissant qu'une telle décision relève des syndicats de salariés et des organisations patronales. Car c'est aussi début 2009 que le gouvernement entend commencer de relever le taux de la cotisation retraite, afin de réduire le déficit de l'assurance-vieillesse. Sur ce point, Christine Lagarde et Xavier Bertrand parlent d'une même voix. Pour l'UPA également, «il faut clairement commencer à diminuer les cotisations Unedic et relever celles pour la retraite dès 2009». Le Medef, qui doit être reçu mardi, ne retiendra que la première partie de la phrase.

(Source : Les Echos)

Pourquoi baisser les cotisations alors que le déficit de l'Unedic n'est pas suffisamment résorbé (il reste encore 9,9 milliards en cumul), et que le projet du gouvernement vise à permettre d'éliminer toujours plus de chômeurs, donc d'effectuer de nouvelles économies pour l'assurance chômage ?

Pourquoi ne pas rester sur le budget actuel afin d'améliorer, au contraire, les dispositifs de retour à l'emploi de ceux qui en sont privés ?


Tel est le tour de passe-passe envisagé afin de ne surtout pas élargir l'assiette de cotisation pour les retraites : d'un côté on baisse celles de l'Unedic, de l'autre on augmente celles de la CNAV, le tout permettant de réaliser une opération "sans douleur" sur les fiches de paie… et de ne pas taxer, notamment, les revenus financiers !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-23 11:35 Dans un communiqué, le Mouvement national des chômeurs & précaires fustige le projet du gouvernement de baisser les cotisations chômage pour augmenter celles des retraites alors que «la moitié des demandeurs d'emploi ne sont pas indemnisés».

Le MNCP a vivement réagi vendredi à l'annonce de Xavier Bertrand dans son entretien au journal La Croix. Interrogé sur de nouvelles sources de financement envisagées pour le système de retraites, le ministre du Travail a déclaré : «Nous constatons que les comptes de l'assurance-chômage reviennent à l'équilibre plus rapidement que prévu. (…) Nous allons donc baisser les cotisations chômage et augmenter à due concurrence les cotisations retraite de façon à ne pas créer de prélèvement nouveau». Le principe de ce transfert est évoqué dans l'exposé des motifs de la réforme des retraites de 2003, dite "loi Fillon", et justifié notamment par la baisse du taux de chômage.

«Si l'amélioration des comptes de l'Unedic devait se confirmer, l'objectif devrait être d'améliorer le niveau d'indemnisation actuel et de permettre l'accès du plus grand nombre de privés d'emplois à une indemnité décente et à une formation», estime l'association de défense des chômeurs qui juge ce projet «inacceptable alors que le déficit de l'Unedic n'est pas résorbé et que la moitié des demandeurs d'emploi ne sont pas indemnisés».

Le site du MNCP => http://mncp.mncp.free.fr/
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...