Actu Chômage

mercredi
20 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Sanctions aux chômeurs : les rencontres commencent

Sanctions aux chômeurs : les rencontres commencent

Envoyer Imprimer
La ministre de l'Emploi, Christine Lagarde, et son secrétaire d'Etat, Laurent Wauquiez, entament leurs rencontres bilatérales avec les leaders des organisations syndicales et patronales représentatives sur la réforme de l'assurance-chômage. Au menu : le durcissement des sanctions et la suppression de la DRE.

L'UPA, la CGPME et la CGC sont reçues aujourd'hui (lire en commentaire). Les autres suivront la semaine prochaine. Bien que ces consultations ne font que commencer et que la conférence Etat-partenaires sociaux (qui devra traiter de l'évolution du régime d'indemnisation du chômage, de la fusion ANPE-Assedic et de la réforme de la formation professionnelle) aura lieu le 6 mai à Bercy, tout semble joué d'avance pour Christine Lagarde et Laurent Wauquiez qui annoncent d'ores et déjà un projet de loi d'ici la fin de l'année.

Outre les premiers «droits et devoirs» déjà révélés, la ministre de l'Emploi se déclare prête à lever la dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs de plus de 57 ans et demi (55 ans s'ils ont leurs 160 trimestres), estimant qu'à cet âge-là «on n'est pas fichu, on peut retrouver un emploi»...
Ce qui est vrai dans le milieu où elle évolue : avec une moyenne d'âge des parlementaires relativement élevée, à 53 ans Nicolas Sarkozy passe pour un "jeune président" ; mais sur le marché du travail qu'on réserve à «la France qui se lève tôt», c'est déjà trop vieux. On est habitués aux sorties de «Marie-Antoinette» ou «Madame la Marquise», dont le bêtisier s'étoffe plus elle ouvre la bouche. Si elle est gratinée, elle n'est pas la seule : la méconnaissance des réalités est le signe distinctif de ces gens qui nous dirigent et qui n'ont ni problème d'emploi ou de retraite, ni souci de pouvoir d'achat.

A fin décembre 2007, selon l'Unedic, 383.117 privés d'emploi étaient officiellement dispensés de recherche (ou, plutôt, du suivi ANPE et du pointage mensuel) et non comptabilisés dans les statistiques officielles. En les remettant au goût du jour, Christine Lagarde prend le risque d'augmenter considérablement le nombre de chômeurs de catégorie 1. Affaire à suivre...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 17 Avril 2008 15:41 )  

Commentaires 

 
0 # michael 2008-04-17 15:49 Après nous avoir déjà sorti qu'il est "à la tête d'un pays en faillite" (avec ses 20.000 € par mois minimum et sa retraite assurée, lui n'est pas en faillite), le voilà qui pousse d'un cran et nous dit maintenant que la France est "un pays moralement faible, économiquement vulnérable et socialement suicidaire"… Tout ça pour nous faire avaler ses réformes où les Français doivent se serrer la ceinture mais pas lui et ses amis, non mais on rêve !!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # St-Dumortier 2008-04-17 23:59 Bonjour,

A cet âge là, on n'est pas fichu
si l'on arrive à planquer son CV correctement.
Que faisiez vous il y a trente ans ? Rien pourquoi ?

Des historiens dénoncent un projet de loi visant à limiter l'accès aux archives
LE MONDE | 16.04.08 | 17h21 • Mis à jour le 16.04.08 | 19h19
A l'instar de Sonia Combe, nombreux sont les historiens qui considèrent le texte du Sénat comme une immense régression : "Avec une telle loi, Benjamin Stora n'aurait pas pu réaliser ses travaux sur la guerre d'Algérie, déplore Denis Peschanski. Idem pour nous, historiens de la seconde guerre mondiale. On ne peut pas nous faire la leçon sur le devoir de mémoire et empêcher le citoyen d'avoir accès aux archives. Par exemple, les politiques souhaitent qu'on rende compte de ce qu'ont vécu les harkis. Si on recule les limites d'accès aux documents, comment faire cette histoire-là ?"

Le Monde

Il restera la "lettre de Guy Mocquet" …
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-18 05:55 Christine Lagarde et Laurent Wauquiez ont reçu Pierre Martin (UPA, patronat de l'artisanat), Jean-François Roubaud (CGPME) et Bernard Van Craeynest (CFE-CGC, cadres), qui ne sont pas des défenseurs des chômeurs…

La CGPME a fait valoir son souhait d'une indemnisation "plus élevée qu’aujourd'hui durant les premiers mois de chômage, mais qui baisserait au bout de six mois, par exemple de 15% ou 20%, pour inciter les gens à reprendre un emploi", a expliqué M. Roubaud. En revanche, "l’idée de deux heures de transport, évoquée dans Les Echos, serait malvenue car en Ile-de-France c'est souvent déjà le cas mais le problème n'est pas forcément le même dans les campagnes ou en province", selon lui.

L'UPA, pour sa part, serait favorable à un dispositif plus dégressif. "Nous ne sommes pas sûrs qu'il faille attendre six mois. D'ailleurs, en Allemagne il existe un premier régime pendant les trois premiers mois, un deuxième de trois à six mois", a précisé son secrétaire général.

La CGPME et l'UPA ont toutes deux insisté sur leur attente d’"un vrai accompagnement" des chômeurs mais aussi des entreprises qui recrutent, notamment les petites, insistant sur l'existence de "500.000 offres" non pourvues.

De son côté, la CFE-CGC a mis l'accent sur la nécessité de prendre en compte la difficulté particulière des salariés à retrouver du travail autour de la cinquantaine, même lorsqu'ils acceptent d'être mobiles ou de perdre en salaire, et elle a trouvé la ministre et son secrétaire d'Etat "attentifs" à cet argument. De même, M. Van Craeynest a soulevé la question de la qualité des offres d'emploi disponibles à l'ANPE : "C'est bien joli, mais seulement 25% des offres passent par l'ANPE, et encore faut-il qu'elles soient de qualité". Selon lui, Mme Lagarde et M. Wauquiez "étaient tout à fait d'accord pour dire que cela mérite réflexion". La CFE-CGC est par ailleurs d'avis de "mettre un maximum de moyens" dans l'accompagnement des chômeurs dès le premier mois.

Ces consultations se poursuivront d'ici au 6 mai, date de la conférence entre Etat, patronat et syndicats. Le Medef doit être reçu mardi.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...