Actu Chômage

dimanche
25 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les mauvais titres du Figaro

Les mauvais titres du Figaro

Envoyer Imprimer
Michel Rocard vient d'annoncer sa démission de la commission Pochard sur le métier d'enseignant à laquelle il participait. Motif : la Une racoleuse du Figaro d'hier, dont il dénonce l’«exploitation politique mensongère et manipulatrice».

L'ancien Premier ministre socialiste avait accordé un entretien au Figaro du 31 janvier qui, pour appâter ses lecteurs libéraux, avait titré en Une «Rocard propose de payer les profs au mérite» alors que le rapport de la commission «n'évoquait en aucun cas une rémunération au mérite», selon l'intéressé qui accuse le journal d'avoir déformé ses propos. Michel Rocard parle de «malversation», d'un procédé «indélicat» et «inadmissible». Et il a bien raison.

A deux doigts de la diffamation

Car ce n'est pas la première fois qu’à Actuchomage nous remarquons que Le Figaro n'y va pas de main morte quand il s'agit de détourner la réalité au profit de ses doctrines. Dernier exemple en date : cet article du 28 janvier intitulé «Un SDF multipliait les identités pour toucher des RMI». Encore une fois, un titre totalement mensonger puisqu’en réalité il s'agissait d'un escroc faussaire (expert en écritures) qui se faisait passer pour des SDF afin de toucher des RMI. Et non d'un SDF qui arnaquait la CAF. Car la fraude aux écritures, contrairement à ce que veut faire croire Le Figaro, est un passe-temps qui n'est pas à la portée de n'importe quel gueux. Mais Le Figaro adore faire croire à ses lecteurs que les pauvres sont des voleurs et que les chômeurs sont des tricheurs. Surtout quand il faut justifier un décret scélérat qui fait passer tous les RMIstes pour des rentiers qui fraudent.

Si les SDF et les chômeurs n'ont pas les moyens de protester (j'avais, d'ailleurs, posté un commentaire à la suite de cet article sur lefigaro.fr pour dénoncer leur malhonnêteté, réaction que le modérateur s'est bien gardé de publier…), Michel Rocard, lui, a plus de poids. Non seulement sa démission fracassante est un camouflet pour la "politique d'ouverture" de Nicolas Sarkozy, mais elle servira peut-être momentanément de leçon à un journal qui use un peu trop de calomnie envers certaines catégories de la population, qu'ils soient professeurs, fonctionnaires ou privés d'emploi.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 01 Février 2008 10:07 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-02-05 13:02 La direction du Figaro a présenté mardi, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire, un projet de 60 à 80 départs volontaires au quotidien dans le cadre d’un plan d’économies. Selon une source syndicale, la direction du titre a indiqué que le groupe avait été légèrement bénéficiaire en 2007, mais que le quotidien avait perdu 10,5 millions d’euros.

Un plan d’économies de 12 millions d’euros a été présenté pour ce dernier. Sur ces 12 millions d’euros, 7 proviendraient d’un plan de départs volontaires touchant 60 à 80 salariés sur environ 600, selon les syndicats. La direction n’a pas précisé la répartition des suppressions d’effectifs entre journalistes, cadres et employés. Le reste des économies serait réalisé sur la gestion.

Dans un communiqué, le Syndicat général des journalistes FO (SGJ-FO) dénonce un «plan social déguisé». Le plan présenté par la direction «désigne les services concernés (tous sauf la politique et l’économie), les personnes (critères d’âge et d’ancienneté)» et est donc «discriminatoir e», estime le syndicat. «Les erreurs de stratégie de la direction mise en place par Serge Dassault (propriétaire du groupe, ndlr) sont supportées par les seuls salariés du Figaro quotidien», déplore le syndicat.

Le SGJ-FO affirme que la direction a déjà engagé une «réorganisation de la rédaction (suppression du cahier Sports, suppression de la rubrique "oui/non", réaffectation du service Débats-opinions et du service Etudes au Figaro littéraire)», qui «vise en particulier des salariés protégés qui sont toutes des femmes syndicalistes». Le syndicat prévient que cette «réorganisation prématurée» est «susceptible de caractériser un délit d’entrave».

Fait exceptionnel, la direction du Figaro a décidé de réunir tous les salariés du groupe, ce mardi en fin de matinée au Palais Brongniart à Paris, pour leur présenter les perspectives du groupe pour 2008. Un nouveau comité d’entreprise extraordinaire est prévu mardi 12 février, afin d’ouvrir les discussions sur le plan de départs volontaires.

Le Figaro, racheté en 2004 par Serge Dassault, est un groupe de presse comprenant, outre le quotidien, des magazines (Le Figaro Magazine, Madame Figaro, Melle Figaro…) et des sites Internet.

(Source : Libé)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...