Actu Chômage

lundi
9 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte

Les salaires en 2006

Envoyer Imprimer
C'est sans surprise que l'INSEE nous annonce une hausse "modérée" des salaires dans les entreprises du secteur privé et semi-public en 2006, sérieusement entamée par celle des prix à la consommation.

En 2006, le salaire moyen pour les postes à temps complet a progressé de 2% pour s'élever à 2.583 € bruts, soit 1.941 € nets.

Déduction faite de l'inflation (+ 1,6%), selon l'INSEE, le salaire net moyen n'a augmenté que de 1% en euros constants entre 2005 et 2006 et le salaire net moyen de 0,4% seulement, la hausse de certaines cotisations sociales (vieillesse, chômage) étant aussi passée par là.

L'INSEE précise que si les salaires des cadres et des professions intermédiaires ont progressé un peu plus vite que le coût de la vie (+ 0,5%), ceux des employés ont stagné et pour les ouvriers, ils ont même baissé (- 0,2%) : en cause, selon l'Institut, une faible revalorisation du Smic (+ 2,4%).

En 2006, le salaire médian - qui sert de base au calcul du seuil de pauvreté (50% selon le critère national, 60% selon le critère européen) - s'est établi à 1.555 € nets par mois : ce qui signifie qu'une moitié des salariés a gagné plus, et l'autre moitié a gagné moins. Dans le détail, les 10% de salariés les mieux lotis ont perçu une rémunération nette mensuelle supérieure à 3.084 € nets, tandis que les 10% les moins bien payés se sont contentés d'un salaire net mensuel inférieur à 1.060 €.

Enfin, l'écart salarial entre hommes et femmes n'a toujours pas varié : une salariée à temps complet gagne en moyenne 18,9% de moins qu'un homme dans le même cas. Mais si l’on intègre les emplois à temps partiel qu'on réserve majoritairement aux femmes, cet écart monte à 37%.

Comme on l'a vu, l'INSEE ne tient compte que de l'emploi à temps plein pour établir ses données alors que 18% des emplois en France sont à temps partiel (ils n'en représentaient que 8% au début des années 80). Si l'INSEE devait tenir compte de cette réalité croissante du paysage salarial français, ses chiffres seraient encore moins reluisants.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 30 Janvier 2008 09:21 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...