Actu Chômage

lundi
16 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Economie européenne : les mauvais signes s'accumulent

Economie européenne : les mauvais signes s'accumulent

Envoyer Imprimer
De la France au Danemark, de l'Italie à l'Allemagne, les indicateurs d'inflation et de ralentissement de l'activité se multiplient. Le Royaume-Uni est lui aussi à la peine.

Alors que l'on attend cette semaine l'annonce des chiffres de la croissance des deux principales économies de la zone euro, la France et l'Allemagne, les données qui tombent ce lundi matin ont de quoi inquiéter sur la santé de l'économie européenne, prise en tenaille par un ralentissement de la croissance et une accélération de l'inflation. De quoi nourrir le spectre de la "stagflation", assassine pour l'économie.

Ainsi, la France a affiché un recul de sa production industrielle en juin (- 0,4%) ce qui donne une baisse de 1,4% sur l'ensemble du deuxième trimestre, soit son plus bas niveau depuis le 1er semestre 2006. On peut quasiment parler de récession industrielle. La création d'emplois dans le secteur marchand a reculé de 0,1% au deuxième trimestre, et notre produit intérieur brut (PIB) de 0,3%.

De son côté, l'Allemagne subit une envolée des prix de gros, + 9,9% en juillet, soit le taux de progression le plus élevé depuis novembre 1981. En juin, la hausse avait atteint 8,9% après 8,1% en mai.

L'Italie constate directement ce choc inflationniste avec une hausse des prix qui a encore accéléré en juillet, à + 0,5% sur un mois et + 4,1% en un an, selon l'Institut national de la statistique Istat. C'est son plus haut niveau depuis juin 1996. En juin, elle avait atteint + 4%. L'Italie a annoncé la semaine dernière avoir subi un recul de 0,3% de son PIB au second trimestre. Elle fait ainsi un pas vers la récession qui se définit par deux trimestres consécutifs de croissance négative.

La Grèce, elle, n'est pas en récession mais voit se ralentir sa croissance, jusque là très soutenue. Elle passe en rythme annuel de 3,6% à 3,4% entre le premier et le deuxième trimestres, selon une première estimation, ce lundi, du service grec de la statistique (Esye). [...]

Egalement en Europe mais hors de la zone euro, le Royaume-Uni est lui aussi en situation économique fragilisée avec la crise de l'immobilier, longtemps moteur de sa croissance. Les prix à la production y ont augmenté de 0,4% en juillet, selon l'Office des statistiques nationales (ONS). La hausse atteint 10,2% sur l'année. En outre, son déficit commercial se creuse et passe de mai à juin de 7,4 à 7,7 milliards de livres.

Le Danemark est lui déjà en récession. C'est le premier pays européen à avoir basculé, et sa situation ne s'améliore pas. L'inflation y a atteint 4% en rythme annuel en juillet, soit son niveau le plus élevé depuis décembre 1989. Elle était de 3,8% en juin. Selon l'indice harmonisé (HICP) de l'Union européenne, la hausse des prix en rythme annuel a atteint 4,4% en juillet contre 4,2% en juin. Par ailleurs, la production industrielle, hors navires, a baissé pour le deuxième mois consécutif de 3,2% en juin par rapport à mai. En mai, elle avait reculé de 3,6%. En outre, l'excédent commercial du Danemark a reculé de 4,5% en juin à 2,64 milliards de couronnes danoises (353 millions d'euros).

(Source : La Tribune)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 11 Août 2008 15:21 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...