Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les cadres et leur management

Les cadres et leur management

Envoyer Imprimer
Une enquête de l'APEC (Agence pour l'emploi des cadres) révèle qu'une "forte proportion" de cadres français "porte un regard critique" sur le management pratiqué dans leur entreprise, et que ce malaise vis à vis de leur hiérarchie augmente avec l'âge.

L'APEC se base sur deux types de management : le "participatif" et le "directif". L'étude montre que le mélange des deux s'applique pour 35% des cadres interrogés. Le mode "plutôt participatif", minoritaire, n'est relevé que chez 24% d'entre eux alors que l'immense majorité (86%) le souhaiterait. Et le mode "plutôt directif" est constaté chez 41%, alors que c'est la méthode de travail que 77% d'entre eux supporte le moins bien...

35 ans, âge fatidique. Actuellement, 24% des cadres ont moins de 35 ans, 50% ont entre 35 et 49 ans, et 26% ont 50 ans ou plus.
Plus un cadre est jeune, plus il perçoit sa hiérarchie comme une "protection" et un "stimulant". C'est encore plus vrai en dessous de 30 ans : seulement 26% d'entre eux se déclarent "pas ou pas du tout à l'aise" avec le type de management de leur entreprise, alors que cette proportion grimpe à 42% chez les cadres de 55 ans et plus. C'est vers 40 ans que le supérieur commence à être ressenti plutôt comme un "frein" ou une "contrainte".

Le «supérieur idéal». L'APEC relève douze qualités, la plus importante étant de "communiquer clairement", juste devant "motiver" et "assumer ses responsabilités en cas de difficultés". Hélas à peine 40% des cadres estiment que leur supérieur actuel correspond à ce profil, une insatisfaction qui augmente avec l'âge.
Or, on est toujours le supérieur hiérarchique (et le con) de quelqu'un : 76% des cadres ont plus de 35 ans et gravitent dans les hautes sphères de leur société. On peut se demander dans quelle proportion ils ne contribuent pas à leur propre malheur en reproduisant eux-mêmes des méthodes qu'ils réprouvent, "culture d'entreprise" oblige ?

Cette étude est révélatrice du chômage des seniors. Car celui-ci n'est pas lié qu'au "jeunisme". Le mode de management des entreprises, essentiellement directif et donc peu démocratique, tend à déposséder les individus de leur esprit d'initiative et de leur jugement. S'il convient à des personnes jeunes - moins expérimentées et plus malléables -, il devient pesant pour certains la maturité venue. Pourtant, la hiérarchie n'a pas l'intention de s'adapter : elle continue à pratiquer un management souvent infantilisant voire autoritaire et se débarrasse volontiers de ceux qui, passé 40 ans, souhaitent qu'on les traite comme des adultes.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 13 Juillet 2007 11:52 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-07-13 11:54
«Valeur travail» : l'envers du décor
"Un niveau de frustration élevé" et une motivation "en perte de vitesse" : c'est ce que révèle le troisième baromètre Accor/Ipsos sur le bien-être et la motivation des salariés. Par effet compensatoire, la rémunération arrive en tête des préoccupations professionnelles pour 52% d'entre eux (soit 13 points de plus qu'en 2003), et ils ne sont que 33% à se dire "heureux dans leur travail" (- 7 points en 2 ans).

De l'archaïsme des relations sociales en France
Les Français n'ont aucune allergie particulière au travail, au contraire : ils sont, dans les pays développés, parmi ceux pour qui le travail est le plus important. Pourtant, tout indique que l'archaïsme des relations sociales en France a un impact direct sur l'organisation et donc les conditions de travail puis, in fine, sur la performance des entreprises.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...