Actu Chômage

mardi
14 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chronique d'une catastrophe budgétaire annoncée

Chronique d'une catastrophe budgétaire annoncée

Envoyer Imprimer
Décidément, c'est l'euphorie ! L'Unedic prévoit un taux de chômage ramené à 7,5% en 2008 alors que les chiffres actuels sont déjà faux, et le ministre du Budget Eric Woerth expose une croissance à 3% pour un retour à l'équilibre des finances publiques en 2010. Un objectif totalement irréaliste non seulement pour l'opposition, mais aussi pour la plupart des économistes.

En ce début de législature, le mensonge bat son plein. Si Christine Lagarde nous roule dans la farine avec l'accent américain en prime et nous "assure" constamment de sa "vigilance" "très attentive", le nouveau ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique, lui, n'a pas froid aux yeux : «Si la croissance est au rendez-vous et atteint 3%, le double objectif d'une dette inférieure à 60% du PIB et d'un équilibre des finances publiques pourra être atteint dès 2010», a déclaré Eric Woerth lors du débat d'orientation budgétaire hier, à l'Assemblée nationale. «Sinon il sera décalé, mais au plus tard en 2012, pour peu que la croissance atteigne 2,25%»...
Alors que l'Union européenne voit d'un très mauvais œil la politique économique engagée par la France et que Nicolas Sarkozy s'est même fait remonter les bretelles lundi 9 juillet au cours de la réunion des ministres des Finances de l’Eurogroupe à Bruxelles, en cette période estivale où, plus que d'habitude, les Français ont la tête ailleurs, la méthode Coué est de rigueur et tout est bon pour dédramatiser la question de notre endettement, pourtant dangereusement menacé par les réformes fiscales du gouvernement.

Il y a encore peu, celui-ci tablait sur une croissance de 2,25 à 2,5% en 2007, et de 2,5% en 2008 : atteindre les engagements communautaires dès 2010 semble donc très hypothétique. D'autant plus que l'INSEE prévoit une croissance de seulement 2,1% pour 2007 et que l'OCDE, plus optimiste, avance 2,2% pour 2007 et 2008. Dans le meilleur des cas, pour qu'un niveau de croissance de 3% se maintienne sur les trois prochaines années, il faudrait qu'il n'y ait «pas de flambée des prix du pétrole, pas d'augmentation trop forte de l'euro, pas de politique trop restrictive de la part de la Banque centrale européenne», explique l'OFCE. Or l'euro et le pétrole surfent à des niveaux inégalés, et la BCE prévoit de poursuivre son tour de vis monétaire, sans compter l'inquiétante montée des taux d'intérêt.
La plupart des économistes tablent sur une croissance toujours molle (de 1,8 à 2,1% entre 2007 et 2008), voire pronostiquent… une détérioration. Certains estiment que le "paquet fiscal" est destiné à stimuler la demande alors qu'en France, c'est l'offre qui pose problème. De ce fait, d'autres craignent même que son coût et son inefficacité ne provoquent une dégradation des finances publiques et de la dette.

Le retour à l'équilibre en 2012 au plus tard pourrait bien ne jamais être atteint. Le rapporteur général du budget à l'Assemblée, Gilles Carrez (UMP), a lui-même admis la semaine dernière qu’«à 2,5% de croissance, on passe; à 2% on aura des problèmes». On aura donc des problèmes, et même de sérieux, quand d'ici cinq ans ce gouvernement aura fini de vider les caisses de l'Etat.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 17 Juillet 2007 03:35 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-07-18 21:53 Notre article du 29 Avril 2007 :

Sur les traces de François Bayrou, qui l'a critiquée sur ce point samedi lors de leur «rencontre événement», les porte-parole de Nicolas Sarkozy qui se sont succédés dimanche dans les débats télévisés ont tous utilisé le même argument massue : Ségolène Royal mise tout sur l'Etat !

Que ce soit sur le plateau de "Ripostes" (France 5) par la bouche de Jean-Pierre Raffarin ou à "France Europe Express" (France 3) par celles de Jean-François Copé ou Nicolas Baverez, la ligne d'attaque de la droite consistait à mettre en avant la fâcheuse tendance de la candidate socialiste à prendre l'Etat pour une vache à lait alors qu'il est déjà endetté.

Mais qu'a fait le gouvernement UMP depuis 2002 ???

Outre le fait qu'il a, lui aussi, augmenté la dette publique de 8 points de PIB soit 144 milliards d'euros [1], il a mis en place (entre autres) :

une pléthore de contrats aidés - tant vantés par Jean-Louis Borloo - qui maintiennent les chômeurs aux minima sociaux dans l'assistanat, tout en déresponsabilisant les employeurs à qui l'on fournit par ce biais une main d'œuvre bon marché et jetable… aux frais de l'Etat !
l'augmentation de la prime pour l'emploi (PPE) - ce "13e mois pour les Smicards" tant vanté par Dominique de Villepin - qui consiste aussi à déresponsabiliser les employeurs sur les rémunérations qu'ils pratiquent, puisque l'Etat file un "complément de salaire" à ces travailleurs pauvres…
l'attribution de 65 millards d'euros d'aides publiques aux entreprises en 2005 - on ne connaît pas le montant de 2006… - sans contrôle sérieux ni impact notable sur la création d'emplois [2], alors que le coût du RMI ne dépasse pas 6 milliards d'euros par an.

Les arguments de l'UMP, c'est l'hôpital qui se fout de la charité. Avec Nicolas Sarkozy, l'Etat continuera à servir les plus riches en dépouillant habilement les plus démunis [3], qu'on se le dise !

[1] Nicolas Sarkozy est "le recordman de France, toutes catégories, de la dette publique" et est "comptable de son bilan", estime Didier Migaud, membre de la commission des finances à l'Assemblée nationale. "C'est sous Sarkozy, ministre de l'Economie et des Finances, que la dette a atteint le record historique de 66,6% du PIB", dénonce le député socialiste pour qui le candidat UMP à la présidence de la République "est malheureusement un dangereux récidiviste : entre 1993 et 1995 déjà, lorsqu'il était ministre du Budget, le poids de la dette avait augmenté de plus de 9 points de PIB, un record jamais égalé".
[2] Même le très libéral Jacques Marseille déclare qu'il faut en finir avec ces subventions qu'il qualifie d’"effets d'aubaine" et de "gaspillage". Bien qu'il le soutienne, il estime que "Sarkozy ne dit pas assez qu'il faut réduire la dépense publique pour le plus grand bénéfice d'une nouvelle forme d'équité sociale".
[3] Lire dans notre revue de presse => Impôts 2006 : questions d'abattement
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-07-24 20:54 L'Etat devra obtenir une économie de 16 à 20 milliards d'euros par an pour atteindre un équilibre financier à la fin de la législature avec une croissance de 2,5 à 3%, a annoncé lundi 23 juillet la commission des Finances du Sénat dans un communiqué.

La commission rendait compte d'un rapport du sénateur Philippe Marini (UMP) publié à la veille du débat d'orientation budgétaire pour 2008. La commission sénatoriale estime que le coût du "programme présidentiel" s'élève à 30 milliards d'euros. Elle souligne ainsi "l'ampleur de l'effort de consolidation budgétaire nécessaire pour atteindre l'équilibre des comptes publics en 2010-2012".

Réduction de la dépense publique. "Avec une croissance économique de 2,5% (…), l'effort d'économie total à atteindre d'ici 2012 est de plus de 80 milliards d'euros, soit un rythme annuel de réduction de la dépense publique de l'ordre de 16 milliards d'euros par rapport à la tendance spontanée de la dépense", note Philippe Marini. "Pour atteindre l'équilibre budgétaire en 2010, en faisant l'hypothèse d'une croissance économique de 3% par an, le chiffrage des économies nécessaires, (…) est de 60 milliards d'euros, soit un effort annuel en matière de dépenses d'environ 20 milliards d'euros", ajoute le rapporteur général du budget.

"Ces projections sont faites à niveau de prélèvements obligatoires inchangé, à l'exception des mesures issues du projet de loi en discussion relatif au travail, à l'emploi et au pouvoir d'achat", précise le communiqué.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...