Actu Chômage

jeudi
12 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte

L'ANPE a 40 ans

Envoyer Imprimer
C'est en toute discrétion et dans l'inquiétude que l'Agence nationale pour l'emploi, créée en 1967, fête son anniversaire. A l'image des salariés du même âge, "seniorisés" avant l'heure, va-t-elle finir au rebut ?

L'ANPE a eu 40 ans ce vendredi 13 juillet, jour réputé pour ne pas porter chance... C'est Jacques Chirac, alors secrétaire d'Etat aux Affaires sociales, qui l'a créé par une ordonnance le 13 juillet 1967. Toujours d'actualité, les missions de l'organisme étaient alors "la prospection des emplois disponibles", "le placement des travailleurs", "les opérations préalables aux formations professionnelles" et "la participation à l'établissement des statistiques relatives au marché de l'emploi".

Par la voix de Philippe Sabater, le syndicat du personnel SNU-Anpe évoque son "inquiétude sur l'avenir de l'Agence, le projet de fusion et des conditions de réception des demandeurs d'emploi dégradées". La direction n'a pas communiqué sur cet anniversaire, comme s’"il y avait un peu une honte à fêter les 40 ans de l'ANPE", a-t-il déploré, mettant cela sur l'actuel "contexte politique" et le projet du gouvernement de fusionner "sans tarder" l'ANPE avec l'Unedic. De plus, "le climat social n'est pas bon, la direction s'en rend compte et tente de rétablir le dialogue", explique-t-il, dénonçant "des conditions de travail et de réception des demandeurs d'emploi dégradées du fait d'une politique de l'emploi incohérente".

Des agents en passe de devenir des contrôleurs. Aujourd'hui, quelque 30.000 personnes travaillent à l'Agence, parmi lesquelles beaucoup sont embauchées… en contrats courts. Philippe Sabater revient aussi sur l'impression des agents de l'ANPE, qui se sentent amenés à devenir "des contrôleurs de la recherche d'emploi" alors que "leur mission d'origine était d'aider les demandeurs d'emploi à s'insérer durablement, et non pas à reprendre n'importe quel petit boulot". Une évolution qu'ils vivent très mal.

L'ANPE a connu une journée de grève et de manifestations historiquement suivie le 29 avril dernier (269 agences fermées sur 824). Mais celle du 8 juin fut un fiasco. Pourtant, avec un taux de syndiqués deux fois supérieur à la moyenne nationale (environ 15%), elle devrait pouvoir riposter efficacement aux attaques dont elle sera l'objet dans les mois à venir.

A voir et écouter absolument :
L'interview de Fabienne Brutus pour Regarde à vue
Pendant 39 mn, cette courageuse conseillère ANPE, auteur de "Chômage, des secrets bien gardés", témoigne du vécu et des réalités au sein de l'Agence.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 14 Juillet 2007 19:15 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...