Actu Chômage

mercredi
17 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte

Chère rentrée !

Envoyer Imprimer
Alors : + 0,9% ou - 0,44% ? De Familles de France à la Confédération syndicale des familles, les évaluations du coût de la rentrée scolaire différent pour un résultat commun : c'est bien le porte-monnaie des parents qui se fend d'une rentrée toujours aussi chère.

D'après Familles de France, l'équipement d'un élève de 6ème s'élève à 186 € (+ 0,9% par rapport à 2004). La facture peut aller de 166 € si les fournitures sont achetées en hypermarché à 253 € si les achats sont faits en magasin spécialisé. Mais le chariot de supermarché atteint pour sa part les 174 € soit 2,16% de plus qu'en hyper : la hausse des prix dans ce circuit de distribution contribue au renchérissement général de la rentrée, avec l'inflation de la pâte à papier et l'envolée des étiquettes des articles griffés, selon Familles de France. Autre tendance observée : les professeurs demandent des cahiers plus grands et plus épais - et donc plus chers. Jamila El Moussati, du département vie quotidienne de l'association, a constaté que les cahiers 24x32 fleurissaient sur les listes cette année.

La Confédération Syndicale des Familles (CSF), elle, estime de son côté que la rentrée 2005 coûte en moyenne 0,44% de moins qu'en 2004. La facture s'élève à 45 € en maternelle, 123 € en CP, 330 € en 6ème, 590 € en seconde générale, et 772 € en seconde technologie industrielle. La CSF attribue cette "légère diminution" à la baisse des prix des produits manufacturés (habillement, équipements sportifs, sacs) et des calculatrices... Mais cette baisse est en partie compensée par la longueur croissante des listes de fournitures exigées : "Il peut y avoir 50 articles à acheter pour un élève de CE1 par exemple, ce qui finit par peser très lourd dans le budget", souligne Josette Rollin, responsable du secteur éducatif à la CSF.

Plus de trois millions de familles modestes ont perçu l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) qui s'élève cette année à 263,28 €. L'aide a été versée automatiquement samedi dernier pour chaque enfant âgé de 6 à 16 ans. Pour les adolescents âgés de 16 à 18 ans, elle le sera en octobre, une fois que les parents auront envoyé un certificat de scolarité.
Comme les dépenses sont moins importantes en maternelle et au primaire qu'au collège et au lycée, Familles de France et la Confédération Syndicale des Familles demandent toutes deux une modulation du montant de l'ARS en fonction du niveau de classe de l'élève. La CSF souhaite aussi que la TVA sur les fournitures scolaires passe de 19,6% à 5,5% afin d'alléger la facture de la rentrée pour les familles : cela représenterait une économie d'environ 35 € en 6ème ou de 60 € en BEP industriel.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 23 Août 2005 16:08 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-08-25 12:27 24-08 (AFP) 17:50:57
La rentrée universitaire 2005 va coûter aux familles environ 6% de plus que l'an dernier, selon la Fage, organisation étudiante qui dénonce, mercredi dans un communiqué, "cet élément supplémentaire de sélection sociale".

Un mois avant la rentrée, la Fage établit son coût (droits d'inscription, frais de bibliothèque, sécurité sociale, achat de matériel pédagogique, caution du loyer) à 1.754 euros en moyenne pour un étudiant parisien et à 1.356 euros pour un étudiant de province. Elle y ajoute les dépenses mensuelles (loyer, repas, transports…) qu'elle fixe à 900 euros pour un parisien et 675 pour un provincial.

L'augmentation sera de 5,82% pour un étudiant parisien et de 6,51% pour un provincial, déclare la Fage qui souligne que l'inflation n'est que de 1,5%, "ce qui prouve que les étudiants sont victimes d'autre chose qu'une simple répercussion de l'augmentation du coût de la vie".

L'organisation étudiante dénonce essentiellement la hausse des frais d'inscription à l'université (156 euros cette année, soit 5,11% de plus qu'en 2004, 45% d'augmentation en dix ans) et celle du ticket universitaire (70% de plus qu'il y a quinze ans, dit-elle). Elle ajoute que les droits de sécurité sociale passent de 180 à 186 euros, "dépassant largement la valeur symbolique attribuée initialement à la participation étudiante".
Enfin, la Fage dénonce des frais d'inscription complémentaires "illégaux" exigés par certaines universités qui peuvent atteindre, dit-elle, 1.200 euros.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...