Actu Chômage

jeudi
12 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Zoom sur le “sous-emploi”

Zoom sur le “sous-emploi”

Envoyer Imprimer
Depuis longtemps, le sociologue Robert Castel nous alerte sur la progression du "sous-emploi de masse". Aujourd'hui, l'INSEE recence 1,2 million de personnes dans ce cas, soit 5% des actifs ayant un travail. Une situation dont les victimes sont les jeunes, les non-diplômés, les étrangers et, surtout, très majoritairement les femmes. C'est dans le secteur tertaire qu'on en recense le plus.

Le sous-emploi regroupe l'ensemble des personnes qui travaillent à temps partiel mais souhaitent travailler davantage et sont disponibles pour le faire, qu'elles recherchent ou non un autre poste. L'année dernière, 1.197.000 personnes soit 4,8% des actifs en emploi étaient dans cette situation, selon l'Insee.
Les femmes représentent près de 80% des salariés sous-employés. Le taux de sous-emploi est en outre particulièrement élevé chez les jeunes : il est maximal pour les 20-24 ans (9,5% des actifs) puis décroît avec l'âge, pour atteindre 4,8% chez les 25-49 ans et 3,5% chez les plus de 50 ans. La nationalité "semble également être un facteur discriminant", selon l'Insee. Les étrangers sont en effet beaucoup plus souvent sous-employés que les Français : 7,6% contre 4,7%.

Les deux tiers des personnes en sous-emploi ont un diplôme inférieur au baccalauréat, son taux diminuant globalement lorsque le niveau de diplôme s'élève.

Le sous-emploi sévit essentiellement chez les salariés et presque exclusivement dans le secteur tertiaire (93% des personnes sous-employées). Au sein de ce secteur, les situations sont cependant assez hétérogènes : les secteurs "éducation, santé, action sociale" et "services aux particuliers" concentrent à eux seuls la moitié des personnes sous-employées. A l'inverse, certaines activités du secteur tertiaire comme celles relatives aux transports ou encore les activités financières sont peu touchées par le sous-emploi.

Contrats temporaires

Quel que soit le secteur d'activité, la majorité des personnes sous-employées occupent trois grands types de fonction : nettoyage, entretien ménager, gardiennage (28%), enseignement et soins aux personnes (17%) et commerce, technico-commercial (14%).

Les personnes sous-employées sont bien plus fréquemment que les autres sur des contrats temporaires de type contrat à durée déterminée (CDD) ou contrat saisonnier (32% des personnes en sous-emploi, contre 7% de l'ensemble des actifs). Le taux de sous-emploi est également très fort pour les contrats aidés, qui concernent 18% des hommes en sous-emploi et 26% des femmes.

En moyenne, les personnes en sous-emploi travaillent 20 heures pas semaine et souhaiteraient augmenter "de façon conséquente" leur temps de travail", note l'Insee. Alors que plus de la moitié déclarent travailler à mi-temps ou moins, les trois quarts des personnes en sous-emploi souhaiteraient travailler au moins 35 heures (un temps complet), soit 13 heures de plus en moyenne par semaine.

Mais les personnes en situation de sous-emploi ne sont pas les seules à vouloir travailler davantage. En effet, 11% des actifs ayant un emploi et travaillant à temps complet (soit 2,8 millions d'entre eux) voudraient effectuer des heures supplémentaires avec une augmentation correspondante de leur rémunération. A l'opposé, 3% des actifs ayant un emploi souhaiteraient voir diminuer leur temps de travail, majoritairement des femmes dans les professions non salariées.

Au total, près d'un actif sur cinq a "un temps de travail qu'il juge insatisfaisant", souligne l'Insee.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 21 Octobre 2005 17:22 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...