Actu Chômage

samedi
17 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Système U va créer 300 emplois en Indre-et-Loire

Système U va créer 300 emplois en Indre-et-Loire

Envoyer Imprimer
Le groupement coopératif Système U va investir 27 millions d'euros dans l'ouverture au printemps 2007 d'un entrepôt de produits frais en Indre-et-Loire, et créer dans un premier temps 230 emplois.

Super U va s'implanter à Avoine, près de Chinon (37), a précisé le directeur du magasin de Luynes près de Tours. Le dépôt ouvrira en même temps que le dernier tronçon de l'autoroute A85 Angers-Tours-Vierzon. Selon lui, à terme, le site pourrait employer 300 personnes.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 14 Octobre 2005 05:06 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-10-14 04:10 TARBES (AP) - Le groupe canadien d'aluminium et d'emballage Alcan a annoncé jeudi la fermeture progressive de l'usine de production d'aluminium de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) entre juin 2006 et 2008 au plus tard, a-t-on appris auprès de la direction à l'issue d'un comité central d'entreprise.

Les salariés de l'usine qui emploie 300 personnes, dont la très grande majorité était en grève depuis jeudi matin, se sont rassemblés devant l'usine dans l'après-midi alors qu'un comité d'établissement avait lieu avec les responsables syndicaux et Olivier Baud, président des usines d'aluminium en Europe et Afrique.

L'usine de Lannemezan, en activité depuis 1939, rachetée à Pechiney en 2003, produit 50.000 tonnes d'aluminium par an.
"Compte tenu de son âge, de sa technologie, de sa taille et de son emplacement géographique, l'usine présente des coûts d'exploitation élevés comparativement à d'autres usines", justifie le groupe dans un communiqué. "L'expiration, en juin 2006, du contrat d'énergie signé avant la hausse rapide des coûts énergétiques de ces dernières années sera pour l'usine une difficulté de plus pour demeurer compétitive", ajoute-t-il.

L'intersyndicale CGT-CFDT-FO, qui a réalisé un audit prouvant la viabilité de l'usine jusqu'en 2010, dénonce la logique boursière et financière d'Alcan et refuse la fermeture de l'usine.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-14 04:13 13-10 (AFP) 15:57:56
Quelque 200 salariés de l'usine de Meudon d'Aircelle (nacelles d'avions), filiale du groupe Safran, ont manifesté jeudi près de l'Hôtel Matignon à Paris pour protester contre la fermeture du site, prévue fin 2006, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une délégation du syndicat CGT du site d'Aircelle, où 620 postes doivent être supprimés et redéployés, a été reçue à la mi-journée par "un représentant de M. Villepin auprès des ministères de la Cohésion sociale et de l'Emploi", a précisé Alain Herembert, secrétaire CGT du comité d'entreprise, à l'issue de la rencontre.

Qualifiant le résultat de cette réunion de "mitigée", M. Herembert a précisé que le groupe Safran (ex-Snecma/Sagem), dont l'Etat est actionnaire à 31%, a "apporté sa réponse au Premier ministre, assurant qu'il n'y aurait pas de suppressions d'emplois et un redéploiement des postes en région parisienne, si les salariés ne veulent pas aller au Havre".

Les postes supprimés doivent être redéployés dans les établissements de Plaisir (Yvelines), du Havre et de Toulouse.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-14 14:14 14-10 (AFP) 11:49:55
Deux entreprises de l'Indre, Berry Tuft et Berry Tapis, appartenant au belge Beaulieu International Group et employant 320 salariés, sont menacées de fermeture, a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Lors d'un comité d'entreprise européen qui s'est tenu jeudi à Coudrai (Belgique), la direction a indiqué "son intention de fermer les deux usines et même si on s'y attendait un peu, cela fait un choc", a déclaré Evelyne Acier, secrétaire du comité d'entreprise de Berry Tapis et déléguée syndicale FO.

Les deux usines spécialisées notamment dans la moquette font partie d'une société, Beaulieu International Group qui emploie 5.000 salariés dans huit pays européens.

L'usine Berry Tuft située à Châteauroux emploie 220 personnes et Berry Tapis installé à Buzançais compte 100 salariés. Les deux usines qui souffrent de la désaffection du public pour les moquettes et de la concurrence internationale, ont déjà connu des réductions d'effectifs ces dernières années. A Berry Tuft, les salariés ne travaillent plus que trois jours sur cinq depuis plusieurs semaines, selon les syndicats.
En 2000, quand les deux entreprises fonctionnaient bien, elles comptaient 530 salariés, selon les syndicats.

Les deux usines font partie de la société belge Beaulieu International Group qui emploie 5.000 salariés dans huit pays européens.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-14 14:29
Je fais le bilan d'une année de revue de presse quotidienne pour Actuchomage.

Quand une entreprise recrute (comme récemment Toyota, Veolia Environnement, Ikea ou Grand Optical), je le mets toujours en article principal parce que c'est une bonne nouvelle.
Mais derrière, au même moment, il y a toujours une myriade de dépêches qui traitent de licenciements et de fermetures. Alors, je les poste en commentaires : c'est la (triste) face cachée de la lune.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-18 20:28 17-10 (AFP) 17:14:44
La CFDT de la filiale française du géant anglo-néerlandais Unilever a dénoncé lundi un projet de la direction d'externaliser plusieurs services, qui menace selon elle l'emploi des quelque "1.800 employés" des sièges sociaux.

"Le groupe a annoncé en comité central d'entreprise (CCE) sa volonté d'externaliser les services informatiques, comptabilité et ressources humaines chez deux prestataires américains, Accenture et IBM", a indiqué à l'AFP, Chantal Baunard, déléguée CFDT. Selon elle, "ce projet, qui est largement avancé met, en péril les emplois des quelque 1.800 salariés des sièges sociaux de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et de Saint-Ouen" (Seine-saint-Denis).

L'intersyndicale (CFDT,CGT,FO, CFE-CGC et CFTC) d'Unilever France a appelé "à un débrayage d'une heure (de 10H à 11H) mercredi" dans ces deux sièges "pour manifester notre désapprobation" à ce projet, a ajouté la déléguée CFDT.

Le géant anglo-néerlandais de produits de grande consommation Unilever emploie environ 234.000 personnes dans le monde et a réalisé un chiffre d'affaires de 42,9 mds EUR en 2003, dont près de 3,7 mds EUR en France pour environ 5.000 salariés.
Le groupe produit notamment les soupes Knorr, les glaces Miko, Magnum, Ben and Jerry's, la lessive Skip et les produits de toilette Dove et Signal.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-18 20:30 17-10 (AFP) 18:12:00
La direction de l'usine Outokumpu Heatcraft de Crémieu (Isère) réunit le 21 octobre un comité d'entreprise extraordinaire dont l'ordre du jour est la fermeture du site qui emploie 180 salariés, a indiqué lundi le secrétaire du comité d'entreprise, Aouch Adil (CFDT).

Spécialisée dans la fabrication de composants pour les échangeurs thermiques, l'usine a changé de propriétaire trois fois en trois ans. Elle a été rachetée en juin 2005 au groupe finlandais Outokumpu par le fonds d'investissements suédois Nordic Capital.

"A partir du moment où notre repreneur n'était pas un industriel, nous savions qu'on se dirigeait vers la fermeture de Crémieu. La moyenne d'âge des salariés est de 47 ans et nous allons nous battre pour obtenir les meilleures conditions de départ possibles", a expliqué M. Adil.

La direction a indiqué qu'elle publierait un communiqué à l'issue du CE extraordinaire.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-18 20:31 17-10 (AFP) 19:15:18
La direction des usines Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, a indiqué avoir annoncé lundi en comité d'entreprise extraordinaire un "plan de sauvegarde de l'emploi pouvant comprendre plus de 400 départs" sur près de 3.300 postes.

"La conjoncture nous conduit à envisager un projet de réorganisation, qui donnera lieu à une consultation du comité d'entreprise sur un plan de sauvegarde de l'emploi pouvant comprendre plus de 400 départs", a indiqué Alain Claus, président de Ford Aquitaine Industries dans une "déclaration" communiquée à la presse à l'issue d'un CE extraordinaire.

"Pour minimiser l'impact social de ce projet", M. Claus a précisé qu'une concertation serait entamée avec les organisations syndicales sur les "modalités d'un plan de pré-retraites volontaires que nous financerons à 100% pour un maximum de 250 personnes, âgées de 55 ans et plus au 31 décembre 2005".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-18 20:33 17-10 (AFP) 19:50:41
La direction de Kraft Foods France a confirmé lundi en comité de groupe à Vélizy-Villacoublay (Yvelines) le projet de fermeture de trois sites de production à Strasbourg et au Havre, entrainant la suppression de 75 postes, a-t-on appris de source syndicale.

La direction a motivé la fermeture de ces usines de décaféination Hag-Coffex, qui doivent être délocalisées en avril 2006 à Brême, en Allemagne par "une baisse du marché du décaféiné", a précisé à l'AFP Roger Bieger, qui s'exprimait au nom de l'intersyndicale (CFTC, CFDT, FO, CGC, CGT).

Les salariés des deux sites strasbourgeois (55 postes supprimés) et du site havrais (20 personnes) avaient observé jeudi une grève de deux heures, pour protester contre ce projet de délocalisation des usines.

Interrogée par l'AFP, la direction n'a pas souhaité s'exprimer. Un CCE doit se tenir mardi après-midi.

Kraft Foods France (Carte Noire, Jacques Vabre, Maxwell House, Milka, Suchard, Toblerone…) est une filiale du géant américain de l'alimentaire Kraft Foods, qui revendique la place de numéro 2 mondial de l'alimentaire et de la boisson.
En janvier 2004, Kraft Foods (groupe Altria) le groupe avait annoncé son intention de supprimer quelque 6.000 emplois sur trois ans au niveau mondial, et de fermer ou vendre jusqu'à 20 sites de production.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-20 00:13
… Aaaaaaaahhh, quand même !!!!


19-10 (AFP) 18:26:30
Une centaine d'emplois seront créés d'ici avril à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Lore) par la société B2S, à qui l'opérateur "Le Numéro" a confié la réception des appels de renseignements téléphoniques, a annoncé mercredi la filiale française du britannique "The Number".

En vue du 2 novembre, jour où le marché français des renseignements téléphoniques sera ouvert à la concurrence, 30 de ces postes ont déjà été créés dans le centre de Chalon-sur-Saône où était déjà implanté B2S.

"Nous partons de zéro en France mais avons les mêmes ambitions qu'en Grande-Bretagne, où The Number est devenu le leader des renseignements téléphoniques devant British Telecom, avec 45% des parts de marché contre 35% pour l'opérateur historique", a déclaré Bruno Massiet du Biest, directeur général du "Numéro". "Nous allons sans doute prochainement nous allier avec un autre prestataire que B2S, en France ou à l'étranger, pour compléter nos services et répartir nos risques", a indiqué le directeur dont la société a obtenu en juin le numéro "118218", qu'elle va principalement utiliser.

B2S (Business Support Services), avec près de 3.000 collaborateurs dans le monde et 13 sites en France, se présente comme le numéro 2 de la relation client sur le marché français.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...