Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Actualités sociales : une presse moutonnière et à la ramasse

Actualités sociales : une presse moutonnière et à la ramasse

Envoyer Imprimer
«Pôle emploi condamné à bien informer les chômeurs», «Une chômeuse fait condamner Pôle emploi», titrent aujourd'hui les principaux journaux du pays… plus d'un mois après les faits.

La date de l'arrêt n°10-30892 de la chambre sociale de la Cour de cassation remonte au 8 février 2012. Grâce à nos réseaux — et nous remercions particulièrement Rose-Marie du site Recours-Radiation qui nous signalé cette affaire par e-mail un dimanche —, nous avons publié un article très complet le 19 février. Ce qui, à nos yeux, était déjà tardif; mais nous ne sommes pas des professionnels, nous sommes bénévoles et agissons avec les moyens du bord...

Pourtant, l'information circulait sur Internet depuis le 17 février. C'est d'abord le site Juritravail qui a publié une brève, rapidement reprise sur le site d'AC! et le blog Scoop.It! Puis le MNCP, la CIP-IDF, Dossierfamilial.com et FO-Pôle Emploi l'ont relayée le 20, suivis par le blog Actualités du droit le 21 et Legavox.fr le 22.

Pourtant, les associations de chômeurs ont communiqué cette information à tous leurs contacts presse. Rien n'y a fait.

L'histoire est donc restée confidentielle, réservée à des chômeurs avertis qui, pour s'informer, préfèrent surfer sur la Toile plutôt que se fader l'immonde bouillie que nous servent quotidiennement les médias traditionnels : avides de faits-divers, de scoops à deux balles, de sondages ineptes, de petites phrases et de polémiques généralement stériles, ils font tout pour que cette période de campagne présidentielle n'intéresse pas les Français, que ceux-ci n'y comprennent rien, et qu'ils ne se sentent pas concernés. Mais revenons à la condamnation de Pôle Emploi pour insuffisance d'information...

Un mois après, les médias se réveillent.
Et voici qu'aujourd'hui, en réaction à la fort tardive publication d'une dépêche d'agence, la nouvelle fleurit abondamment dans la presse ! Moutonniers comme pas deux, RTL, Le Parisien, Le Monde, Libération, L'Express, Le Figaro, L'Expansion, 20 Minutes, France24… tous se sont, de concert, fendus d'un article pour la relater. Même BFMTV y a été de son petit reportage, illustré par les mêmes images d'archives :




Nous l'avons maintes fois constaté : depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, la part de l'actualité sociale dans les médias s'est considérablement appauvrie. Ne sont relayés que les événements les plus spectaculaires (grèves, scandales) ou incontournables (les chiffres du chômage), dont le contenu informatif est généralement vidé. Et plus il y a de chômeurs, moins on en parle; et quand on en parle, le sujet est volontairement survolé ou tronqué. Hormis quelques journalistes (souvent mal lotis) et documentaristes qui s'échinent à bien faire leur travail, la caste médiacratique et éditocratique est aux ordres d'un gouvernement qui s'évertue à escamoter les dégâts d'une politique en faveur des possédants, à l'encontre du reste de la population.

Si Pôle Emploi est condamné à bien informer les chômeurs, la presse traditionnelle devrait, elle aussi, être condamnée pour insuffisance d'information des citoyens, à tous les niveaux.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 25 Juillet 2012 12:09 )  

Commentaires 

 
0 # Rose-Marie 2012-03-17 16:45 Bonjour mes ami(e)s,

Votre colère me calme, car comme vous j'ai eu la rage quand j'ai vu qu'une seule dépêche de l'AFP vaut mieux que des dizaines de communiqués de presse émanant d'associations, de collectifs de chômeurs…

Il est vrai que le travail des journalistes doit être interrogé, en premier lieu par eux-mêmes. Puis ensuite, qu'ils nous disent, nous expliquent, pour ceux qui ont été destinataires de cette information ou ont eu accès à celle-ci, pourquoi n'ont-ils pas cru bon de la traiter ? Et pourquoi, après l'avoir traitée suite à une dépêche de l'AFP, ils ne s'interrogent pas plus sur les conséquences d'une telle jurisprudence ?

Des pourquoi, nous en avons plein d'autres, notamment pourquoi les autres jurisprudences qui sont aujourd'hui bien établies ne modifient aucunement les pratiques de Pôle Emploi. Nous avons notre petite idée sur la question : les "manquements à ses devoirs" rapportent plus à Pôle Emploi que cela ne lui coûte. Il n'y a donc, pour le moment, qu'une seule devise : jurisprudences ou pas, il est urgent de ne rien changer ! Et compte tenu des débats qu'il y a dans la société sur ce sujet aujourd'hui — du côté de la presse, du côté des politiques, du côtés des syndicats de salariés, du côté des gestionnaires de l'assurance chômage… —, les droits des chômeurs risquent de continuer à être bafoués allègrement pendant encore un petit moment, à moins d'un soulèvement des chômeurs et précaires.. Il n'est pas interdit de rêver…

Bise à vous - Amicalement,
Rose-Marie
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2012-03-17 17:05 Oui.

:-)
En même temps, j'ai vu mon voisin (celui qui lit que l'Equipe et Paris-turf et qui connait un RMI'ste qui travaille au noir),
J'lui ai raconté l'affaire et y m'a dit :
"Tu fais quoi vendredi, pour la cagnotte de l'euromillion" ?
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...