Actu Chômage

mercredi
20 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Ce n'est pas le RSA qui créé des emplois

Ce n'est pas le RSA qui créé des emplois

Envoyer Imprimer
Que d'inepties ne faut-il pas entendre en cette période électorale ! Entre Nicolas Sarkozy qui assimile les RSAstes à des délinquants et François Bayrou qui s'imagine que le RSA créé des emplois, on est mal barrés.

Hier, sur i>Télé, le candidat du Modem a dit : «La puissance publique doit faire ce qu'elle peut pour que les gens retrouvent un travail. Je vais discuter avec Martin Hirsch du RSA, nous devons l'améliorer pour qu'il réintègre davantage les gens sur le marché du travail».

S'il avait été sensé et volontariste, François Bayrou aurait pu dire : "La puissance publique doit tout mettre en œuvre afin de générer des créations d'emplois". Mais non : c'est aux gens de «retrouver un travail» et au RSA de «réintègrer davantage les gens sur le marché du travail» alors qu'il manque 5 millions d'emplois en France. Ou il fait exprès d'ignorer que la création d'emplois ne dépend ni du RSA, ni de Pôle Emploi mais bel et bien d'une volonté politique et de choix économiques, ou il est vraiment à côté de la plaque.

Quant à Nicolas Sarkozy, roi de l'esbroufe et du radotage, son cas est désespérant. Hier soir sur France 2, malgré un bilan accablant, il nous a fait avaler des couleuvres en déclarant vouloir «valoriser le travail», sa vieille antienne de 2007. Comment ?

Le TIG des pauvres

D'abord en «allégeant puissamment les charges payées par les entreprises pour améliorer leur compétitivité» (c'est-à-dire en détruisant méthodiquement la protection sociale des salariés), alors que l'Insee vient de démontrer que coût du travail élevé ne rime pas avec mauvaises performances économiques et chômage élevé.

Ensuite, en généralisant l'expérimentation des CUI de 7 heures par semaine pour les RSAstes : «Quelqu’un qui est au RSA, qui n’a pas d’emploi et qui n’est pas en formation devra faire sept heures de travail d'intérêt général par semaine rémunérées au niveau du Smic». Outre le fait qu'il n'a que de l'emploi en miettes à proposer, de surcroît grassement subventionné par la collectivité, notez qu'il parle de travail d'intérêt général, terme utilisé dans le cadre d'une sanction pénale de substitution à l'emprisonnement pour les délinquants.

Personne ne l'a relevé, personne n'est choqué. Pas même Martin Hirsch qui a réagi ce matin sur France Info en reprenant le même terme sans sourciller.

Pour lui, la responsabilité de ce qui ne marche pas est à rechercher non du côté des allocataires mais des pouvoirs publics : en cela il a parfaitement raison. Mais pour lui, la responsabilité incombe également… à Pôle Emploi qui «n'a pas fait son boulot» : comme si Pôle Emploi était responsable des destructions d'emplois dans le public comme dans le privé; comme si c'était Pôle Emploi qui créait les emplois alors qu'il n'est qu'un intermédiaire entre l'offre (misérable) et la demande (considérable). Quand les choses ne tournent pas rond, il faut bien désigner des boucs émissaires...

Que leur incompétence relève de la bêtise ou du mensonge, ces gens sont insupportables. Trop bien payés pour ce qu'ils font, leur illégitimité devient criante.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 23 Février 2012 15:10 )  

Commentaires 

 
0 # Adrien T. 2012-02-23 19:45 A chaque fois que je vois M. Hirsch, je pense au 19ème siècle. jai l'impression de revenir à l'époque des philanthropes paternalistes.
L'époque aussi où l'on soignait certaines affections avec des électrochocs: j'ai lu un interview qu'il donnait à un journal chrétien,secour s catholique ou témoignage chrétien je ne sais plus, où le journaliste, assez finaud, s'inquiétait du côté coercitif du RSA, et auquel il avait répondu par la théorie du "déclic" que cela déclencherait chez le public qui serait soumis à son dispositif…

… Encore un de ces dangereux idéalistes!..
… Décidé, comme il l'écrit lui-même sur son blog, à "assassiner l'assistanat"!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-02-23 19:46 Qui ira expliquer à Sarkozy et tous ses amis réactionnaires qu'un chômeur n'est pas un délinquant?

Vivement que ce type perde son immunité présidentielle. Pour ce faire vous savez ce qu'il vous reste à faire…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2012-02-23 22:25 "être sur le marché du travail", c'est être demandeur d'emploi.

On notera aussi que
le travail payé au SMIC est considéré comme un travail d'intérêt général.
Les smicards apprécieront.
Surtout les smicards au rSa.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-02-24 13:56 On dirait que ça rame grave pour trouver du boulot aux RSAstes dans les départements volontaires qui expérimentent le CUI de 7 heures :

alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2012/02/24/la-generalisation-de-7-heures-de-travail-pour-les-beneficiaires-du-rsa-est-elle-possible/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Adrien T. 2012-02-24 15:06 L'athmosphère ressemble de plus en plus à celle qui régnait en France en 1940, après la défaite face à l'Allemagne. Pétain et ses sbires considéraient les français comme responsables de cette défaite, et les accusaient de s'être trop amusé durant la période de jouissance des années folles.Le STO a très vite suivi.

la plupart des journalistes économiques tiennent le même discours, avec leur rengaine sur la dette et leur allégeance intellectuelle à l'Allemagne.Bayrou est le premier à avoir parlé de la dette, et n'est pas le dernier pour encenser les réformes de G. Schröeder.

Si le type qui nous dirige actuellement est réélu, ce type dont le seul programme est la stigmatisation des chômeurs et des "assistés", et la mise sous pression morale de tous les salariés en fait, c'est que les français hélas, au lieu de le renvoyer à son bilan et de refuser d'endosser ses choix économiques, auront une nouvelle fois intégré des discours culpabilisateur s.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-02-24 22:07 Pour apaiser le courroux des dieux, il faut des sacrifices humains.

C'est du moins l'archétype qui est à l'oeuvre dans la stigmatisation des immigrés et des chômeurs qu'on rend responsables inconsciemment de tous les maux de la société et qu'on veut voir punis ou pire.
Cette tendance est exacerbée en cette période où la crise est à un haut niveau et pèse sur les consciences.

Le refus de comprendre les mécanismes de ce qui nous amène à cette situation catastrophique et l'éducation à la soumission et la servilité reçue font qu'on n'est pas enclin à chercher les vrais responsables de cet état de fait.
C'est plus facile de trouver des victimes expiatoires.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...