Actu Chômage

samedi
24 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Emplois d'avenir : les premières victimes de l'effet d'aubaine

Emplois d'avenir : les premières victimes de l'effet d'aubaine

Envoyer Imprimer
Recrutés en fanfare à la CAF du Var, six jeunes ont été virés durant leur période d'essai. Motif : pas assez compétents. Un cas emblématique du détournement des contrats d'insertion subventionnés par l'Etat.

D'abord, le reportage de BFMTV :



Lire aussi l'article de RMC sur cette affaire, ainsi que la réaction de Michel Abhervé sur son blog.

Pour résumer, ces six jeunes — dont une avait démissionné d'un CDI afin de se rendre disponible pour cet emploi "d'avenir" vendu à grand renfort de marketing politique —, malgré des tests considérés comme probants et au bout de trois semaines de formation (alors qu'il faut plusieurs années pour maîtriser toute la réglementation des prestations de la CAF !), ont été jugés insuffisamment compétents à ces postes de téléconseillers, donc se sont fait jeter comme des kleenex. Mais pas de souci : six autres candidats, parmi la centaine de jeunes qui attendent à la porte, vont rapidement les remplacer...

La CAF du Var répond que les 6 licenciés avaient trop de lacunes dans le langage écrit et parfois parlé, mettant en cause le bas niveau des tests conçus avec Pôle Emploi, qu'il faudrait envisager de relever...

Pourtant, les emplois d'avenir sont réservés à des jeunes pas ou peu diplômés/qualifiés issus de "zones prioritaires" (donc défavorisées) et leur but est, justement, de leur donner une chance de «vivre une vraie première expérience professionnelle enrichissante et reconnue tout en [leur] donnant les moyens de se former», selon le laïus gouvernemental. Donc, contre un financement de l'Etat de 75% du salaire brut à hauteur du Smic (pour le secteur non marchand; dans le privé, c'est 35%), l'employeur s'engage à jouer un rôle de tremplin dans l'insertion professionnelle du jeune, qu'il doit accompagner dans sa progression. Ce «qui n’est pas une affaire de semaines, mais de mois et peut-être d’années», souligne avec bon sens Michel Abhervé.

Or ici, on voit bien que la CAF du Var n'avait aucunement l'intention de s'embarrasser avec des jeunes à insérer, encore moins de donner une chance à tous, et que le principe même de l'emploi d'avenir a été totalement occulté.

Pour ces "bouffeurs de prime" (c'est ainsi qu'à Pôle Emploi on appelle les employeurs, publics ou privés, toujours à l'affût de subventions ou aides publiques diverses — contrats aidés, EMTPR, AFPR, AFE… —, des exploiteurs qui profitent des effets d'aubaine sans en respecter les contreparties), il s'agit de bénéficier d'une main d'œuvre à bas coût et opérationnelle de suite, comme pour n'importe quel contrat de droit commun alors qu'à l'instar des contrats uniques d'insertion, les emplois d'avenir — qui, d'ailleurs, s'inscrivent dans le cadre juridique du CUI —, sont censés permettre à des personnes en grande difficulté sur le marché de l'emploi de s'insérer ou se réinsérer professionnellement.

L'esprit de ces contrats n'est généralement pas respecté. Il suffit d'éplucher les offres en CUI qui fleurissent à Pôle Emploi : contre un misérable Smic et sous la mention fallacieuse «débutant accepté», les employeurs exigent des niveaux de diplôme et d'expérience aussi élevés que pour des postes ordinaires. Sans compter que les CUI illégaux sont nombreux et que, dans 60% des cas, l'obligation de formation passe à la trappe.

On peut blâmer la CAF et tous ceux qui utilisent ces subterfuges (Pôle Emploi aussi) mais en amont, l'Etat a sa grande part de responsabilité. CUI ou emplois d'avenir, ces contrats sont sciemment mal ficelés, truffés de dérogations aussi défavorables à leurs signataires que propices aux abus des employeurs qui perçoivent les aides sans aucun contrôle (et quand l'employeur est fautif, c'est au salarié lésé de se débrouiller pour l'attaquer aux Prud'hommes). Tout ça pour maquiller les chiffres du chômage ?

La CAF, qui a déjà recours aux CUI de façon parfois cavalière, a agi pareillement avec ces emplois d'avenir, n'y voyant que l'aspect valorisant (c'est tellement charitable, de faire semblant de tendre la main à des petits jeunes devant les photographes) et, surtout, l'économie financière à réaliser sur sa masse salariale en période de crise.

Or, si la CAF du Var avait vraiment compris (ou voulu comprendre) le but originel de ces contrats, elle n'aurait pas balancé ces jeunes en première ligne à des postes de téléconseillers. Elle aurait commencé par les faire tourner à divers postes administratifs, où ils auraient progressivement assimilé le b-a-ba des prestations sociales et du fonctionnement de l'organisme. Ainsi n'auraient-ils pas été mis immédiatement en difficulté, au risque de nuire aux allocataires. Ainsi auraient-ils pu rester dans cette «grande famille» pompeusement évoquée par son directeur devant le préfet… et les médias.

En réalité, comme les autres CAF qui souffrent toutes de sous-effectif, celle du Var a besoin de téléconseillers expérimentés et opérationnels, capables de renseigner et servir correctement les usagers. Mais pour avoir du personnel compétent, il faut le former et le rémunérer à sa juste valeur. Ce qui n'est plus dans l'air du temps car les employeurs, intoxiqués par la litanie du "coût du travail" qu'il faut réduire à sa plus simple expression, sont de plus en plus assistés.

Nous plaignons sincèrement ces jeunes et ne pouvons que constater qu'en France, on ne leur accorde aucune place. Après, face à cette violence sociale (se faire jeter comme une merde et traiter d'incompétent, ça ravigote, hein ?), qu'on aille pas s'étonner de leur défiance.

SH


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 05 Janvier 2013 20:48 )  

Commentaires 

 
0 # Paulina1 2013-01-06 12:45 Eh bien, c'est triste. Il y a à l'origine une volonté d'aider les jeunes non qualifiés à s'insérer dans le monde professionnel et de l'autre des employeurs avides de main-d'oeuvre bon marché.
Aujourd'hui les employeurs voudraient ne plus avoir à payer de charges sur les salaires. Les salariés et les employeurs auraient plus d'argent dans leur poche.
Le revers de la médaille : plus de solidarité, cad allocations famililales, indemnités journalières SS pour maladie, accident, maternité, paternité, retraite, remboursement médicaments, consultations, examens…
Les employeurs ne veulent plus perdre du temps à former des jeunes ou moins jeunes. Les salariés doivent être opérationnels tout de suite. La rentabilité est de mise. Ceux qui ne sont pas qualifiés ou diplomés mais débutants doivent rester à la porte.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # diety 2013-01-08 13:52 Outre le fait qu'un licenciement en période d'essai est pour le moins "désagréable" pour tout candidat, lorsqu'il s'agit de la première expérience professionnelle d'un jeune en manque de formation et de diplôme dans le cadre d'un emploi d'avenir, c'est une violence volontaire, consciente. Mettre une personne en première ligne sur un plateau téléphonique pour renseigner les allocataires de la CAF sans qu'elle ait les connaissances requises pour fournir des informations fiables est bête et méchant. Conséquence : la première expérience professionnelle est vécue comme un échec et l'intégration dans la vie active sera rendue encore plus difficile qu'elle ne l'est déjà. C'est le responsable du licenciement des jeunes qui s'est montré incompétent. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # fra 2013-01-08 17:03 Et dire qu'avec notre nouveau président nous allons avoir droit à des tas de nouveaux "emplois d'avenir" pour le bonheur de tous ! ?
Ce n'est pas en continuant de faire des contrats aidés, sans s'attaquer aux problèmes par la racine, sans ouvrir le débat sur la réalité du monde du travail actuel (c'est à se demander s'ils sont bien conscients qu'il ne peut pas y avoir du travail pour tous dans le système tel qu'il est aujourd'hui, à moins de vouloir faire de la majorité des "précaires"), sans se poser la question de la justice sociale et du partage de la richesse, que le problème du chômage sera réellement résolu !
Que la personne soit diplômée ou non ne change rien au fait qu'après son "contrat d'avenir" elle retourne, dans la majorité des cas, dans la misère sociale !
Je ne suis pas opposé aux contrats aidés s'ils permettent l'insertion, cependant lorsque l'on constate les résultats on ne peut qu'être sceptique et révolté…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lestymo 2013-01-08 18:56 Dans mon métier, on pratique ce qu'on appelle un entretien d'accueil qui permet entre autres de vérifier qu'un poste est bien adapté au profil et aux contraintes de la personne, que celle-ci est bien informée des risques et évaluer en cas de difficultés les choses à mettre en place pour que ses objectifs soient atteints du mieux possible. Ce travail aurait du être fait auprès de ces jeunes …pfff quand je pense que moi je suis au chômage… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MacG 2013-01-09 00:47 Ce que j'ai retenu des contrats "aidés" (type CES) c'est que, souvent, dans les faits, rien ne permet de distinguer un titulaire de contrat "aidé" d'un salarié "normal" si ce n'est une logique de discrimination par le statut.
Les "bénéficiaires" que j'ai connus devaient, au mieux, bosser comme n'importe quel salarié dans des services qui manquaient toujours de main d'oeuvre. La plupart du temps, ils devaient aussi être opérationnels immédiatement et fournir le double de travail. Certains personnels titulaires les considérant comme des pestiférés (RMiste = cas social) avaient par ailleurs bien compris qu'on pouvait charger la mule jusqu'à épuisement. Ca marchait particulièremen t bien contre ceux qui s'investissaient vraiment et/ou culpabilisaient même au travail à cause de cette étiquette "assistés" gravée en eux, si bien que la plupart des "élus" se retrouvaient à faire une partie du boulot desdits titulaires.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2013-01-18 16:05 Scandaleux : Pôle emploi publie une offre exigeant un niveau Bac+5 pour un emploi d’avenir

alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2013/01/15/pole-emploi-exige-un-niveau-bac-5-pour-un-emploi-davenir/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2013-01-18 17:31 Citer:
Métier du ROME M1501 - Assistanat en ressources humaines


A Pôle emploi, on ne s'est pas rendu compte que Sarkozy avait été battu en 2012, ils pourraient mettre à jour le vocabulaire politiquement correct à utiliser par une note de service 8-)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...