Actu Chômage

dimanche
25 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Prime de Noël, un conte de la bêtise ordinaire

Prime de Noël, un conte de la bêtise ordinaire

Envoyer Imprimer
Lu sur un blog la suggestion suivante : il serait judicieux de supprimer la prime de Noël, qui est une injustice flagrante, au nom de «l'égalité entre citoyens».

A savourer ici => Prime de Noël, une inégalité majeure qui n'a pas l’air de choquer

Ainsi, les bénéficiaires de cette prime — allocataires du RMI, de l'API, de l'ASS, de l'AER, de l'AI et de l'ACCRE — sont des «privilégiés», puisque d'autres populations pauvres ayant des revenus approchants mais qui ne rentrent pas dans le cadre de ces prestations, n'y ont pas droit (ce qui est vrai, hélas). En gros, «les enfants des RMistes pourront passer un relativement bon Noël [tandis] que les autres pourront continuer à danser devant le buffet», écrit l'auteure... Un raisonnement à l'emporte-pièce qui ne tient absolument pas compte des réalités puisque cette prime sert, bien souvent, plus à régler des arriérés de factures ou à se racheter une paire de chaussures qu'à s'offrir des futilités. Et de trancher dans le vif sans subtilité aucune : de la même façon qu'on ose verser des allocations familiales sans condition de ressources à des riches (ce qui est vrai aussi), cet intolérable privilège qu'est la prime de Noël des RMIstes, au nom de «l'égalité entre citoyens», doit donc être aboli !

Quand la pauvreté se met à envier la misère

Un discours populiste et simpliste, bien implanté parmi les Français qui préfèrent râler en succombant à la facilité, tant il est plus simple de jeter la pierre aux plus démunis, accusés de profiter de leur situation et de «défendre leur bout de gras» (rétorque l'auteure en commentaire), que d'avoir le courage de se battre pour défendre leurs acquis et leurs droits chaque jour rognés (on rappelle que la prime de Noël a été obtenue par des luttes de chômeurs en 1997) et, surtout, de songer à dénoncer les vrais privilèges dont bénéficient, en toute discrétion, les classes très aisées.

La députée Martine Billard résumait fort bien cet état d'esprit quand elle disait : «Dans les cités, celui qui se lève à 5 heures du matin pour gagner son Smic observe la famille RMIste voisine, et la pauvreté se met à envier la misère. La caissière qui fait tous les jours le trajet en RER banlieue-Paris, lorsqu'elle est fatiguée, jalouse la femme seule qui touche un minima social. Les tensions liées au travail peuvent dresser les catégories les unes contre les autres».

«Aurons-nous une chance que vous évoquiez cette égalité de traitement qui consisterait à dénoncer sans faille que les richesses (le gâteau, pas les miettes) sont accaparées par un petit nombre de gens qui ne tiennent pas à les partager, ou votre égalité est à minima et ne consiste seulement qu'à jalouser le voisin qui a eu une poignée de miettes un peu plus grosses ?» s'interroge à juste titre un commentateur. «Battons-nous pour les miettes et amusons les riches qui, eux, ne se voient jamais reprocher de s'accaparer tout le gâteau», ironise-t-il.

Qui s'accapare le gâteau ?

L'auteure passe totalement à côté des deux points cruciaux qui génèrent de la pauvreté dans nos pays riches : la dégradation de l'emploi et la mauvaise répartition des richesses. Si elle ne semble pas remettre en question le chômage de masse qui exclut des millions de personnes du marché du travail et les maintient dans la précarité et la pauvreté, elle ignore que la répartition des richesses s'est considérablement dégradée à cause de deux facteurs : le déséquilibre croissant entre les revenus du travail et ceux du capital, et une injustice fiscale sciemment entretenue par la droite.

Entre 1980 en 2006, la part de la masse salariale dans la valeur ajoutée des entreprises est tombée de 67% à 57% en moyenne dans les quinze pays les plus riches de l’OCDE. Une chute de 10 points mesurée en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Finlande, en Grèce, aux Pays-Bas, en Espagne et en Suède, un peu moindre en Autriche et en Belgique. Dix points de PIB, cela représente en France 160 milliards d’€ issus des salaires et de la protection sociale (santé, famille, chômage, retraite), qui ont été siphonnés par le grand Capital. Voilà où est passé notre «pouvoir d'achat».

Quant à notre système fiscal, il a fait l'objet de dérives et de réformes bénéficiant nettement aux classes aisées. L'Observatoire des Inégalités a mesuré qu'actuellement, «les 100 contribuables qui gagnent le plus obtiennent une diminution d'impôt supérieure à 1 million d'euros». Ainsi, les niches fiscales ont privé l'Etat de 73 milliards d’€ de recettes en 2007, et la dernière réforme du barème de l'impôt sur le revenu a fait croître le nombre de contribuables très riches et… non-imposables : en 2007, on comptait 7.076 foyers ayant déclaré plus de 97.500 € de revenus mais qui n'ont pas payé le moindre centime au fisc (ils étaient 3.500 en 2005, 5.100 en 2006…). Sans oublier le nouveau «bouclier», qui protège les nantis de la solidarité nationale en leur permettant de ne pas être taxés au-delà de 50% de leurs revenus, alors que le taux de prélèvement global des Smicards, lui, est supérieur à 50%... Une véritable «égalité entre citoyens» ne se conçoit pas d'abord sans équité fiscale.

Diviser pour mieux régner

Enfin, l'auteure oublie que si le Smic, conformément à la loi, a été revalorisé de 2,3% en mai puis de 0,9% en juillet à cause de l'inflation, les minima sociaux sont restés toute l'année sur une misérable augmentation annuelle de 1,6% au 1er janvier 2008. En revalorisant «exceptionnellement» la prime de Noël afin de «compenser le retard» sur l'inflation, Nicolas Sarkozy joue double jeu : il achète avec des miettes (380 petits millions…) un semblant de paix sociale et, annonçant en grande pompe ce geste faussement généreux envers «les plus démunis», il en profite pour semer la division entre les Français les plus ignorants, qui considèrent cette «faveur» comme illégitime.

Nicolas Sarkozy a été élu sur le thème de la «rupture», un mot qui signifie d'une part «casse sociale» et, d'autre part, «zizanie». Surfant sur la bêtise ordinaire, il a réussi à liguer les Smicards contre les RMIstes, les salariés contre les chômeurs, les vieux contre les jeunes, les Français contre les «étrangers»... 53% des votants sont ainsi tombés dans le panneau. Et ça continue : l'article ci-dessus déniché (et qui n'en est même pas un) reflète bien la mesquinerie dans laquelle se vautrent toujours certains de nos concitoyens. «Lorsque le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt.» (Confucius)


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 18 Novembre 2010 12:34 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2008-11-30 17:20 N'avez vous pas remarqué que, lorsque quelqu'un se met en tête de mener une croisade contre ce qu'il dénonce comme des privilèges (il faut être coopté ou pistonné pour être érémiste? Non, seulement ne pas avoir de revenus), l'ordre de priorité est toujours de s'en prendre à ceux qui n'ont pas les moyens de se défendre efficacement, et jamais à ceux qui contrôlent le système.

Je propose à cette personne qui veut voir les pauvres se battre avec les miséreux pour 220 euros de commencer par régler le problème de la répartition des richesses, et que cette expression cesse d'être considérée comme une grossièreté et s'impose comme étant naturelle.

Que cette personne se rassure: elle n'aura pas à écrire l'année prochaine la même chose puisqu'il est très probable que cette prime de Noël était la toute dernière.

L'année prochaine, les ex-érémistes iront gagner leur "trime de Noël" par le biais du RSA en faisant les larbins pour des moins pauvres (ou des riches) qui n'ont pas eu la prime de Noel cette année, tout cela payé en partie par des baisses d'impôts.

Merci qui?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # dazibaoueb 2008-11-30 19:12 2 ministres m'ont écrit. Voir ici
Je trouve le ton de la lettre à la fois condescendant et d'une emphase exagérée. Le monarque qui fait l'aumône aux pauvres quoi ! Enfin je le prends comme ça…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2008-12-01 16:33 Lu sur un article de 20 Minutes.fr au sujet de la grève bien suivie à l'ANPE : « Est-ce qu'une augmentation de salaire pourrait leur apporter le sourire et l'amabilité dans leur travail ? Sinon il y a beaucoup de chômeurs qui ne demandent qu'à inverser les rôles (principe des vases communicants). En même temps, c'est franchement honteux de demander une augmentation de salaire pendant cette période où les salaires sont "gelés". »

C'est le monde à l'envers, la pensée inversée. Est maintenant honteux d'oser demander une augmentation de salaire. Le gel des salaires pratiqué depuis des années par des patrons qui n'ont pas attendu la crise pour ça, ce n'est plus du tout honteux : c'est rentré dans les mœurs !

La soumission est complète !
En on en vient à jalouser celui qui a un tout petit peu plus que vous : il faut aussitôt abolir son intolérable "privilège" pour que tout le monde soit au même niveau, de plus en plus en bas. Comme ça, on pourra tous râler ensemble, les pieds dans la merde !

Lamentable d'arriver en 2008 pour raisonner comme ça. Désespérant. L'être humain est vil et mesquin.

Alors, RMIstes et autres pauvres, ne vous étonnez pas qu'on vous jalouse votre misérable prime de Noël : cela part du même état d'esprit, vil et mesquin.

Ceux qui nous dirigent s'en frottent les mains !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...