Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Prud'hommes : 75% des salariés s'en foutent

Prud'hommes : 75% des salariés s'en foutent

Envoyer Imprimer
Trois salariés sur quatre ont déserté les urnes leur permettant d'élire les représentants qui vont les défendre, pour les cinq années à venir, en cas de conflit avec leur employeur. Cette abstention record — la plus forte depuis 30 ans — est une excellente nouvelle pour le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

C'est pourtant la seule élection nationale qui permet à tous les salariés du secteur privé de s'exprimer, puisqu'elle englobe les chômeurs, les apprentis, les intérimaires ou les sans-papiers. Alors que le chômage et la précarisation du travail seront le fléau de l'année 2009, que personne n'est à l'abri dans un contexte de crise qui servira de prétexte aux licenciements abusifs et autres comportements indignes d'un patronat conforté par le pouvoir en place, que tout un chacun aura peut-être un jour besoin d'être défendu par ces «juges de paix» du monde du travail, que font les trois-quarts des 18,6 millions d'individus concernés ? Ils s'en tapent !!!

Le règne de la pensée inversée

Pour symbole, ce commentaire d'article émanant de l'un d'entre eux sur 20minutes.fr, qui réagissait lundi aux revendications des agents de l'ANPE en grève : «C'est franchement honteux de demander une augmentation de salaire pendant cette période où les salaires sont "gelés"»... Voilà où nous en sommes ! Demander une augmentation (alors que la moitié des salariés français gagne moins de 1.500 € par mois) est devenu honteux, mais le gel des salaires pratiqué par les entreprises depuis plusieurs années, lui, ne leur semble pas, d'emblée, illégitime. Même si ce gel a privé, depuis un quart de siècle, la masse salariale, la protection sociale et le «pouvoir d'achat» des intéressés de 10 points de PIB en faveur des revenus du capital, dont on sait aujourd'hui ce qu'il a été capable de faire avec tout cet argent...

Idem pour le concept de «lutte des classes», jugé ringard par les salariés eux-mêmes alors que cette lutte, plus que jamais, fait rage : elle a simplement changé de camp. Aujourd'hui, ce sont les nantis qui l'ont reprise discrètement à leur compte tandis que leurs intérêts sont efficacement défendus par leur grand timonier, Nicolas Sarkozy. Et les employeurs ne s'y trompent pas, puisque leur participation au scrutin prud'homal est en hausse avec un Medef qui a récolté 72% des suffrages, même si ce résultat remet en cause la légitimité des organisations patronales actuelles : lire en commentaire…

Zéro communication

Alors oui, on peut se réjouir que le syndicalisme «réformiste» (collaborationniste !) fasse moins recette : la CFDT, FO et la CFTC se sont pris une claque au profit de la CGT et Solidaires, véritables syndicats d'opposition.

Pendant que le Parti socialiste accaparait sans vergogne le devant de la scène avec un scrutin qui n'impliquait que 200.000 électeurs, le gouvernement, qui n'hésite pas à dépenser des millions pour sa communication personnelle, n'appelait pas plus au civisme et à l'importance de l'institution prud'homale, qu'il cherche à affaiblir puisque son objectif inavoué consiste à anéantir, lentement mais sûrement, le code du travail, les droits des salariés et le dialogue social.

Xavier Bertrand se frotte les mains. Cette abstention record, qui démontre l'apathie du salariat, sa complicité aveugle si ce n'est sa soumission quasi totale à un système qui le broie, ou alors sa défiance vis-à-vis des apparatchiks syndicaux, ne peut qu'encourager le gouvernement à poursuivre l'exécution rapide de ses prochaines «réformes».

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 28 Janvier 2012 22:15 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-12-04 11:23 Les premières élections prud'homales ont eu lieu en 1979 pour une participation totale de 63,2%.

Taux de participation 2008 :

• 25,6% dans le collège "salariés" (contre 32,7% en 2002) pour 18,6 millions d'inscrits
• 31,5% dans le collège "employeurs" (contre 26,6% en 2002) pour 518.000 inscrits

Scores des organisations syndicales :

• CGT : 33,8% (+ 1,6%)
• CFDT : 22,1% (- 3%)
• FO : 15,9% (- 2,3%)
• CFTC : 8,9% (- 0,7%)
• CFE-CGC : 8,2% (+ 1,2%)
• UNSA : 6,2% (+ 1,2%)
• SUD/Solidaires : 3,8% (+ 150%)

Scores des organisations patronales :

• Medef (liste d'union avec UPA, FNSEA, CGPME, UNAPL) : 72,1% (- 8%)
• EES (employeurs de l'économie sociale) : 19% (+ 7,7%)
• Listes diverses : 8,9%
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Maxerem 2008-12-04 12:49
Ils ne croient plus aux institutions censées les défendre, à la lutte syndicale, au dialogue social et au progrès social pour tous ?

Cette abstention record — la plus forte depuis 30 ans — n'est donc PAS une excellente nouvelle pour le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Elle signifie simplement que la majorité des gens cherche des solutions ailleurs que dans le cadre institutionnel convenu … celui que NS et son gouvernement essaient de ressusciter, car ils ont senti le danger.

Alors la résignation ? la révolte ? L'avenir le dira, mais le référendum sur l'Europe à montré que le corps social a fortement évolué, les luttes sociales du XXIe siècle n'ont aucune raison d'en rester aux schémas du XIXe ou XXe.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Hypathia 2008-12-04 14:34 Inscrite à l'ANPE, chomeuse de catégorie 1, j'attendais sereinement qu'on m'envoie mes bulletins et le lieu de vote. Il y a trois semaines, ne voyant rien venir, je me suis inquiétée auprès de la préfecture bureau des élections, qui m'a répondu que "pour voter, il faut être salarié-e" ! Le niveau monte, non ? A ma mairie, même bureau, on m'a proposé de faire un recours gracieux devant le tribunal, sans m'expliquer pourquoi je n'étais pas inscrite parce qu'ils n'en savaient rien. NB : je n'ai pas changé d'adresse et il y a cinq ans, j'avais reçu les documents sans lever le petit doigt. Devant la mauvaise volonté générale, je n'ai rien fait. Je ne crois pas être la seule dans ce cas. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-12-04 15:27
Les chômeurs recensés par l'Assedic en décembre 2007 ont été invités à s'inscrire au 3949 ou par internet avant le 29 février 2008 afin de recevoir leur carte d'électeur.

En tous cas, en ce qui concerne le 3949, un message préliminaire expliquait la marche à suivre juste avant de pouvoir actualiser sa situation en janvier dernier.
Sur le site de l'Assedic je ne sais pas (je pointe par téléphone), mais je pense qu'ils ont aussi fait le nécessaire.

De notre côté, nous en avions parlé ici…

Par contre, si vous étiez toujours salariée en décembre 2007, votre employeur était obligé de vous inscrire à ce moment-là, et vous auriez du recevoir votre carte chez vous.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # grosmatou71 2008-12-04 14:55 … quand il s'agit de récupérer des indemnités de licenciement, de contester une mise à pied pour faute lourde, de récupérer des congés payés, les salariés qui s'en foutent aujourd'hui sont toujours bien contents de retrouver des conseillers issus du monde du travail maîtrisant parfaitement les pratiques abusives de la grande majorité des entreprises.
Pareil pour les syndicats… Et dans tous les secteurs, même en dehors du privé. Ce sont les seuls, dans la fonction publique, à faire preuve de bonne volonté pour renseigner les agents, de manière objective et gratuite. Au moment où les centres de gestions, les services déconcentrés et les ministères défendent systématiquemen t l'Etat, les procédures, et les institutions.

Malheureusement , les représentations sociales se sont inversées avec la crise… il devient inadmissible de défendre des acquis ou de revendiquer de "travailler mieux" car l'attention est focalisée sur les conséquences de la crise, au moment où la précarité revient en force. Ainsi le précaire partiel est devenu la figure dominante et indépassable du monde du travail.

Je rappelle à cette occasion que mon blog des chômeurs et des précaires est toujours très actif, plus que jamais, mais qu'il est en train de subir un profond lifting, comme toutes les vieilles dames du web.
http://blogchomeur.spaces.live.com/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Ongles_noirs 2008-12-04 15:47 J'ai commencé a bosser la même année que la première élection prudhommale et depuis je n'avais jamais participé à ce scrutin… Sauf cette année où je suis allé voter car justement j'estime qu'il faut un réveil des travailleurs. Maintenant rien n'est moins sûr que les syndicats collabos aient envie d'un tel réveil…
Je ne suis pas loin de penser que ces même centrales le craignent, ce réveil, et qu'elles n'en veulent absolument pas !

Elles ont creusé leur propre tombe avec leur attitude co-gestionnaire qui ne date pas d'hier. Comment en vouloir, alors, aux moins conscients d'entre les prolos, de se détourner de la lutte quand ils voient à l'œuvre les permanents de ces bureaucraties syndicales qui fricotent avec le patronat.

En effet, que tirer comme conclusion lorsque l'on lit des choses dans ce genre là : http://www.hns-info.net/spip.php?article16372

Sur le coup c'est la CFDT mais cela aurait pu être n'importe laquelle des grandes centrales !

Comme il fut écrit, en 1864, dans les statuts de l'AIT : « L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » Ça reste aujourd'hui totalement pertinent, sauf qu'en plus on sait qu'il n'y a rien à attendre des grosses boutiques syndicales.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-12-04 16:53 … et c'est bien fait pour elle parce que c'est un syndicat de jaunes, la pire des grandes centrales !

Je suis personnellement ravie qu'elle ait été sanctionnée par le peu d'électeurs qui se sont déplacés.

Et encore plus ravie que Solidaires ait doublé son score.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Jeire 2008-12-04 16:20 Il y a trois jours j'étais persuadé du contraire et je trouvais cela inadmissible. Aujourd'hui vous me dites que cela était possible hier ! Mais je suis inscrit aux assedic et je n'ai rien reçu… Est ce normal ? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-12-04 16:45
Suite au commentaire d'Hypathia : "Il fallait s'inscrire par le biais de l'Assedic".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2008-12-04 17:12
Il y a quelque chose qui ne colle pas : le taux de participation moyen lors des élections professionnelle s dépasse toujours les 60% alors que la légitimité, l'utilité des élections prud'homales est infiniment supérieure !

C'est comme pour les élections politiques, où les gens se déplacent davantage pour les présidentielles que pour les législatives (élire ceux qui vont voter nos lois) ou les municipales (les acteurs de notre vie locale). Alors, à ce tarif-là, les européennes…

Est-ce de la bêtise, de l'ignorance, ou les deux mon général ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-12-22 16:31 Pour le Medef, l'affaire était entendue : les élections prud'homales de 2008 allaient se solder par un fiasco.

A entendre Laurence Parisot quelques heures avant l'ouverture des bureaux de vote, le scrutin s'annonçait comme une grande «pagaille» et le gouvernement allait porter une vraie «responsabilité » dans la nouvelle baisse attendue du taux de participation. D'ailleurs, se plaignaient le Medef et son alter ego la CGPME, les règles du jeu ont tellement changé pour s'inscrire sur les listes électorales du collège «employeurs» que le nombre de votants a fondu de 20% par rapport à la précédente édition de 2002. Bref, il n'y avait rien à attendre, ou pas grand-chose, de cette échéance…

Or que s'est-il finalement passé, le 3 décembre, pour les représentants patronaux aux prud'hommes ? Contrairement aux salariés qui ont boudé les isoloirs, les dirigeants d'entreprise ont davantage voté que par le passé. Pendant que le taux de participation des salariés tombait à 25,5% (contre 32,6% la fois précédente), le leur est passé de 26,6% à 31,15%. Quant aux résultats patronaux, ils ont échappé au grand public, plus sensible, comme il se doit, aux performances comparées des syndicats de salariés.

Le millésime 2008 est pourtant riche d'enseignements pour des organisations qui détestent se mesurer les unes aux autres. Ainsi, le Medef, la CGPME, l'UPA (artisans), l'UNAPL (professions libérales) et la FNSEA (agriculteurs), qui avançaient en rangs serrés sur des listes communes partout en France, ont perdu près de 8 points au niveau national. Leurs candidats, qui couraient sous la bannière de l'Union pour les droits des employeurs (UDE), ont obtenu 72,09% des voix contre 80% en 2002.

Un recul que n'a pas manqué de souligner le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, pour le moins excédé par l'attitude patronale lors du débat de ces derniers mois sur la représentativit é. Au printemps dernier, en effet, les trois organisations reconnues par les pouvoirs publics (Medef, CGPME et UPA) ont conduit, pour ne pas dire orchestré, la négociation interprofession nelle destinée à rebattre les cartes du paysage syndical tout en refusant obstinément, l'UPA mise à part, de se poser la question de leur propre représentativit é.

En réalité, la forte baisse enregistrée aux prud'homales par les listes UDE confirme un phénomène intéressant : la percée de ce qu'il est convenu d'appeler «l'économie sociale». On trouve sous cette dénomination des associations, des coopératives, des mutuelles et des fondations œuvrant dans les domaines de la santé, des assurances, de la banque, de l'agriculture, des transports, de la distribution, des services à la personne, de la culture, du sport…

Des structures qui emploient, au total, près de 2 millions de salariés. Davantage que l'UIMM (Union des industries des métiers de la métallurgie), plus grosse fédération du Medef ! L'Association des employeurs de l'économie sociale (AEES) a vu son score passer de 11,29% en 2002 à 19,05% en 2008. Elle présentait, il est vrai, moitié plus de listes et deux fois plus de candidats. Résultat, là où elle était présente, l'AEES a atteint le score inespéré de 34,4% ! Et le nombre de ses élus est passé, au total, à 467. Contre 279 en 2002. Et 23 en 1997…

Le Medef et la CGPME ont beau y voir un non-événement, Laurence Parisot et Jean-François Roubaud, leurs présidents respectifs, auront dorénavant plus de mal que par le passé à traiter l'économie sociale comme la portion congrue. Et à lui refuser un fauteuil aux tables des négociations au motif qu'elle ne représente pas de «vraies» entreprises ou qu'elle n'intervient que dans des «activités diverses». Surtout que l'AEES se déclare «proche» de la doctrine «médéfienne» en dépit de la petite musique qu'elle fait entendre ici ou là sur la sécurisation des parcours professionnels, par exemple.

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement. Après le tremblement de terre de l'affaire UIMM qui a fait perdre une partie de sa crédibilité à un patronat qui tente péniblement de s'extirper du scandale, et alors qu'approche la réforme du Conseil économique et social, le ministre du Travail Xavier Bertrand ne devra pas s'étonner de voir à nouveau frapper à sa porte des acteurs économiques renforcés, sans conteste, par les élections du 3 décembre.

(Source : Les Echos)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...