Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique 100.000 chômeurs de plus en 3 mois

100.000 chômeurs de plus en 3 mois

Envoyer Imprimer
Nous arrondissons volontairement ce chiffre, car ce qui est annoncé ne concerne que les demandeurs d'emploi inscrits en catégorie 1 (+ 97.100 depuis août) alors qu'il en existe huit autres : 100.000 est donc un minimum.

Depuis le début de l'année, c'est la huitième hausse mensuelle des inscriptions en catégorie 1 à l'ANPE, dont on rappelle la définition : personnes immédiatement disponibles, à la recherche d'un CDI à temps plein et n'ayant pas exercé d'activité occasionnelle ou réduite de plus de 78 heures dans le mois écoulé.

Après celles de janvier (+ 0,7%), mars (+ 0,4%), mai (+ 0,3%), juin (+ 0,2%), juillet (+ 0,1%), août (+ 2,2%), septembre (+ 0,4%) et octobre (+ 2,4%), la barre symbolique des 2 millions est donc franchie. Ils sont désormais 2.004.500, auxquels il faut rajouter des chômeurs qui entrent dans d'autres catégories, par exemple ceux ayant exercé une activité occasionnelle ou réduite de plus de 78 heures (cat. 6), ou ceux qui sont prêts à accepter également un CDI à temps partiel, un CDD ou de l'intérim (cat. 2 et 3), ceux qui sont en formation (cat. 4), sans compter les 360.500 seniors «dispensés de recherche d'emploi»... Au final, toutes catégories confondues, ils sont 3,92 millions.

Le pire est à venir

Comme chacun sait, ce n'est pas fini. Les chiffres d'octobre sont très mauvais. Ils le seront en novembre et en décembre. Et ne parlons pas de janvier et février, mois qui vont correspondre à la première vague de licenciements secs directement impactés par la crise de ces dernières semaines.

Aujourd'hui, l'heure est au «chômage partiel», aux «congés anticipés», aux «récupérations et RTT» pour des milliers de salariés de l'automobile (constructeurs et équipementiers), de la sidérurgie, du BTP (et de l'immobilier)... Les entreprises attendent une reprise d'activité hypothétique en «fermant» pour quelques semaines ou quelques mois ateliers et usines. D'autres en profitent pour dégraisser même si elles font des bénéfices. Les prévisions économiques étant ce qu'elles sont pour la fin 2008 et le début 2009, les plans massifs de licenciements débuteront en janvier/février dans les grands secteurs industriels.

500.000 chômeurs de plus en 2009

En attendant, nous estimons que l'année 2008 pourrait se solder par + 120.000 à + 150.000 chômeurs de catégorie 1 par rapport au niveau de juin. Avec une aggravation de la situation à partir de janvier, et plus encore en février. Dans le contexte actuel, nous estimons que l'industrie automobile (2,7 millions de salariés) pourrait perdre 10 à 15% de ses effectifs en 2009, soit 200.000 à 300.000 chômeurs supplémentaires. Le BTP, entre 50.000 et 100.000 (en octobre, des professionnels évoquaient même 180.000 licenciements).

Sur la base des indices à disposition aujourd'hui, le chômage en France pourrait augmenter de 500.000 en 2009 (hypothèse basse). On vous épargne l'hypothèse haute, car — entre autres astuces pour manipuler les statistiques — l'extension du CTP (contrat de transition professionnelle) escamotera, par exemple, quelques dizaines de milliers de salariés fraîchement licenciés qui se retrouveront en catégorie 4, c'est-à-dire «stagiaires de la formation professionnelle»...

Des réformes intenables dans ce contexte

Face au raz-de-marée de nouvelles inscriptions (sans oublier l'irruption de quelque 600.000 bénéficiaires du RSA qu'il faudra suivre dès le 1er juillet 2009), la fusion ANPE-Assedic, qui est déjà un véritable casse-tête, va se compliquer : nous avons une pensée solidaire pour les agents du service public de l'emploi qui devront courageusement affronter une telle débâcle. Côté Unedic, la baisse des cotisations chômage exigée par le gouvernement est une totale absurdité.

Pire : la loi sur les «droits et devoirs» des chômeurs est une véritable HÉRÉSIE, un summum d'injustice, puisqu'elle s'articule sur le postulat mensonger qu'il y aurait suffisamment d'emplois disponibles pour tout le monde en France. Le principe de «l'offre raisonnable» tient encore moins la route quand on sait que l'ANPE a vu son nombre d'offres chuter de 40% depuis mars 2008 : que va-t-elle pouvoir proposer de plus ?

Devant de telles évidences, nos interlocuteurs vont-ils bêtement obéir aux ordres et oseront-ils accentuer la pression par des méthodes peu recommandables ? Sans compter les nombreux cafouillages administratifs que la réorganisation du service public de l'emploi va provoquer, et dont les chômeurs supporteront les conséquences.

L'heure est grave. Pour l'instant, la soupape chuchote mais quand elle va s'affoler, s'affoler et qu'il sera impossible de baisser le feu, la cocotte-minute se transformera en une bombe qui pourrait bien exploser.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 28 Novembre 2008 10:30 )  

Commentaires 

 
0 # ledesa 2008-11-28 10:34 Il est certain que si la cristallisation se produit…ça va faire mal !!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-11-28 13:00 En octobre, le chômage des hommes a beaucoup plus augmenté que celui des femmes (+ 1,3% sur un mois pour les unes, + 3,5% pour les autres).

Les moins de 25 ans inscrits en catégorie 1 à l'ANPE ont augmenté de 4,3% comparé à septembre, pour atteindre 371.000 (+ 8,3% sur un an).

Pour les 25-49 ans, les inscriptions ont progressé de 2,1% à 1,3 million (+ 3,5% sur un an).

Le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a crû de 1,2% pour atteindre 296.400 (+ 4,1% en un an), chiffre qui n'intègre pas quelque 360.500 seniors sans emploi mais "dispensés de recherche d'emploi".

Enfin, les chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an à l'ANPE) ont progressé de 1,6% comparé à octobre (- 2% sur un an) et, parmi eux, le nombre de chômeurs inscrits depuis un à deux ans a augmenté de 2,6% et celui des inscrits de plus de trois ans de 1,4%.

Quant aux offres d'emploi déposées à l'ANPE, elles ont reculé de 5,5% en octobre sur un mois et de 9,8% sur un an. A ce jour, on n'en trouve plus que 148.390 consultables sur anpe.fr.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # gérard 2008-11-28 13:01 "Ce qui coûte cher, c'est le massacre humain de laisser des gens totalement démunis devant le chômage !»

… ce sont là les propres termes de notre Président mardi 25 novembre à Valenciennes (repris par Sophie Hancart dans un remarquable article du même jour).

Puisque, dès son arrivée à l'Elysée, Nicolas Sarkozy a instauré l'usage de recevoir systématiquemen t les victimes, il sait ce qu'il lui reste à faire…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-11-28 13:08 Le taux de chômage dans la zone euro est monté à 7,7% en octobre, son plus haut niveau depuis presque deux ans, selon des données publiées vendredi par l'Office européen des statistiques Eurostat.

C'est du jamais vu depuis 21 mois, c'est-à-dire depuis janvier 2007 où le taux de chômage dans la zone euro avait atteint 7,7%. En septembre, ce taux avait été de 7,6% après 7,5% en juillet et août.

Selon Eurostat, 12,003 millions de personnes étaient au chômage en octobre dans la zone euro, contre 11,778 millions en septembre et 11,698 en août.

Pour l'ensemble des 27 pays de l'Union européenne, le taux de chômage s'est élevé à 7,1% en octobre, en hausse par rapport aux 7% du mois de septembre, indique Eurostat. L'institut statistique précise que 17,183 millions de personnes étaient au chômage en octobre dans l'UE27, contre 16,893 millions en septembre.

Le nombre de personnes sans emploi a par ailleurs augmenté de 709.000 dans l'ensemble de l'UE par rapport à octobre 2007, et a progressé de 810.000 dans la zone euro.

Parmi les plus grands pays européens, le taux de chômage a surtout fortement augmenté en Espagne (à 12,8% contre 12,1% en septembre). En France, il est monté à 8,2% contre 8% en septembre. En Allemagne, il est resté stable à 7,1%.

Parmi les Etats membres, les taux de chômage les plus bas ont été enregistrés aux Pays-Bas (2,5%), en Autriche (3%) et au Danemark (3,2%), tandis que les plus élevés ont été signalés en Espagne (12,8%) et en Slovaquie (10%).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-12-04 12:23 Avec une progression annoncée de 0,1 point seulement par rapport au deuxième trimestre 2008, c'est sans surprise que l'INSEE s'évertue à rassurer le bon peuple juste avant les fêtes…

Utilisant la définition du chômeur au sens du BIT, le chiffre officiel s'élève à 2.035.000 privés d'emploi en métropole sur une population active de 28,03 millions, pour un taux de chômage à 7,3% de la population active. Mais en incluant les départements d'outre-mer, qui font bien partie de la France, ce taux monte à 7,7%.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...