Actu Chômage

lundi
16 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Enquête BMO 2008 : un optimisme débridé

Enquête BMO 2008 : un optimisme débridé

Envoyer Imprimer
Ô joie, ô bonheur ! L'enquête sur les «besoins en main-d'œuvre» publiée ce matin par l'Unedic nous révèle que le nombre d'intentions d'embauches projetées cette année par les entreprises bondit de 6,1% par rapport à 2007 : des prévisions au plus haut depuis 2003 !

Une conclusion surprenante qui vise, certainement, à rassurer les Français dont le moral est «historiquement au plus bas depuis 1987» alors que la baisse du chômage, elle, est «historiquement au plus bas depuis 1983», dixit l'INSEE il y a quinze jours...

Mais il faut savoir que, pour cette enquête, le 1,5 million d'entreprises affiliées à l'assurance chômage a été interrogé… à l'automne dernier. Leurs «intentions» ne sont donc pas de toute première fraîcheur, puisqu’entre temps l'inflation et la crise des subprimes ont débarqué. A savoir aussi : ces "bons" résultats se basent sur un envoi massif de questionnaires dont le taux de réponse… dépasse à peine 20% (lire en commentaire) !

Ensuite, parmi le 1,3 million d'embauches "envisagées" en 2008 - dont près des deux tiers devraient se réaliser dans les entreprises de moins de 20 salariés avec une forte demande sur les métiers de l'encadrement, tandis que 6 projets sur 10 seront portés par des prestataires de services -, 4 sur 10 correspondent à des transferts de personnel au sein de la même entreprise (promotion interne, remplacement des départs à la retraite…), 3 sur 10 concernent des salariés qui changent d'entreprise (mais pas de métier), seulement 2 sur 10 profiteront à des chômeurs ou à des inactifs, et 1 sur 10 permettra à des jeunes d'entrer sur le marché du travail.

Jobetic l'avait déjà relevé l'année dernière : de trop nombreux recruteurs refusent d'embaucher des demandeurs d'emploi, une discrimination larvée qui touche plus de 4 millions de personnes. «A quand une taxation des récalcitrants ?» s'interroge Jobetic à l'heure où il est question de sanctionner les chômeurs qui refuseraient «deux offres d’emploi raisonnables»… que l'ANPE n'est pas capable de fournir (lire en commentaire).

Alors que, paradoxalement, l'Unedic a prévu que les créations nettes d'emploi de 2008 diminueront de moitié par rapport à 2007, que devons-nous comprendre et, à ce tarif, que reste-t-il à ceux qui resteront exclus de ce merveilleux petit monde ?

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 05 Avril 2011 13:16 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-04-09 12:02 Publiée tous les ans depuis 2002, cette enquête, menée en partenariat avec le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc), permet à l'UNEDIC de planifier ses budgets et ses actions à venir, l'objectif principal étant de rapprocher les demandeurs d'emploi des besoins des entreprises.

L'Unedic s'est donc mise au service exclusif des employeurs en choisissant aussi d'adapter le financement des formations aux métiers en mal de personnel (le chômeur, lui, n'a plus le choix). "Plus que jamais dans la politique des Assedic, il y a lieu de diriger les chômeurs sur les emplois offerts. L'enquête permet de déterminer où se trouvent les employeurs, où se trouvent les chômeurs et où est le besoin de formation des chômeurs", résumait l'ancien directeur général de l'Unedic Jean-Pierre Revoil. Quand on sait qu'en 2007 l'Unedic n'a dépensé que 51,3% de son budget formation et que seuls 5% des demandeurs d'emploi en ont bénéficié, cela prête à sourire.

20% de réponses. Et là où l'on peut rire (jaune) c'est que cette enquête, soumise fin 2006 à 1,5 million d'établissements affiliés à l'assurance-chômage, n'a obtenu que 327.700 réponses… une proportion en baisse par rapport à l'année précédente (417.000 réponses sur 1,471 million). Et c'est sur ce taux de réponse plutôt faiblard que l'Unedic planifie son année.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MUNCI 2008-04-10 12:13
Enquête BMO Unedic 2008 : des "difficultés de recrutement" très inégales dans l’informatique

Où l'on constate que les difficultés de recrutement anticipées sont toujours très inégales selon le niveau de qualification, la région ou encore le type d'entreprise (prestataire de service ou entreprise utilisatrice).
Dans le cas des SSII, on peut rajouter qu'elles sont généralement à relativiser en fonction de critères supplémentaires tels que l'âge et l'adéquation des compétences aux besoins du marché…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-11 16:47 Trouvé dans Les Echos :

Nouvelle hausse des offres d'emploi déposées à l'ANPE

Malgré la perte de son monopole, l'ANPE continue de collecter un nombre croissant d'offres d'emploi auprès des entreprises. En 2007, plus de 3,7 millions d'offres d'emploi ont été recueillies par l'agence, dont le tiers de CDI et CDD de plus de 6 mois. C'est 6,5% de plus que l'année précédente.

Près de 90% ont été satisfaites, selon le bilan 2007 présenté hier par son directeur général Christian Charpy. Le délai moyen entre l'inscription à l'Assedic et le premier entretien à l'ANPE a été réduit de 6 à 3,5 jours en l'espace d'un an. Près de la moitié des chômeurs ont même eu accès aux deux services le même jour. Les durées de chômage sont, elles aussi, de plus en plus courtes : le taux de sortie à 9 mois s'est accru de 6 points en un an. Celui à 12 mois a augmenté de 5 points.

…/…

En réponse à ces déclarations mensongères, (re)lire :

Les offres factices de l’ANPE (et autres petites combines)
A visionner, un extrait du reportage diffusé le 15 janvier dernier dans le magazine «Faites passer l'info» (Canal+) où des salariés de l'ANPE expliquent - entre autre - comment les offres d'emploi sont bidonnées.

Comment on va atteindre les 5% de chômeurs
Maintenant nous savons tous, enfin, ce qu'est une offre d'emploi décente pour l'ANPE : une heure de travail minimum par semaine à 15 € brut.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...