Actu Chômage

mercredi
12 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Refus d'emploi par les chômeurs : bientôt un texte

Refus d'emploi par les chômeurs : bientôt un texte

Envoyer Imprimer
Nicolas Sarkozy nous refait le coup des «deux offres d’emploi raisonnables» et des «500.000 offres d'emplois non pourvues» : mais qui est encore dupe ???

«Dans les prochains jours, le gouvernement présentera un texte qui permettra de tirer les conclusions du refus de deux emplois raisonnables», a déclaré mardi à l'attention de ces fainéants de chômeurs (consanguins ou non) l'homme qui s'est auto-augmenté de 172% alors que 15% des salariés stagnent au Smic, et qui a fait voter une loi qui restitue quelque 15 milliards d'argent public aux Français les plus aisés. Il a rappelé au passage que les dépenses sociales «ne peuvent continuer ainsi à alimenter le déficit et la dette» : pourtant, avec des salaires confortables et une réelle sécurisation de leurs parcours professionnels, ces hommes qui nous gouvernent et osent nous dire que «les caisses sont vides» sont les premiers à se prémunir de la précarité, si naturelle pour Laurence Parisot...

«Transmettre à nos enfants la facture de nos dépenses de santé et de retraite via la dette, c'est profondément immoral», a-t-il prétexté. Quand on pense aux Français de plus en plus nombreux qui renoncent à se soigner ou aux 575 futurs chômeurs de l'aciérie de Gandrange dont les 41 annuités de cotisation sont compromises, à l'aune des 7,5 milliards d'euros de bénéfice d'ArcelorMittal ou des magouilles des dirigeants de l'UIMM ou d'EADS qui s'en mettent plein les poches sur le dos de ceux qu'ils sacrifient au bon soin de la collectivité, on se demande qui est le plus immoral !!!

Elles étaient «valables» ou «acceptables», les voici maintenant «raisonnables», ces fameuses «deux offres d'emplois» que l'ANPE est bien incapable de nous proposer, et ce sans qu'aucune définition précise n'ait toujours été établie pour justifier des sanctions «plus efficaces, plus fermes et plus justes». A cette fin, le 3 janvier, le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez, devenu depuis secrétaire d'Etat à l'Emploi, avait dit qu'il serait élaboré «un travail en commun [...] avec les partenaires sociaux» : on attend toujours ! Oseront-ils voter un tel dispositif sans même les consulter ?
On remarque le glissement sémantique qui ôte à ces offres - passées de «valables» à «raisonnables» - tout contenu règlementé. Sans compter que la menace de radiation fonctionne déjà très bien quand il s'agit de contraindre des chômeurs à accepter des offres particulièrement inacceptables.

Quant à l'antienne mainte fois ressassée des «500.000 emplois non pourvus», on sait que non seulement ils relèvent d’un calcul pour le moins approximatif, mais qu'ils concernent des secteurs où les employeurs n'ont cure de garder leur personnel... A l'heure où les postes qu'on détruit sont ceux de qualité tandis que ceux que l'on créé sont majoritairement indignes, tout est bon pour nous vendre le «plein emploi précaire»...

C'est donc de pied ferme que nous attendons ce texte dont l'annonce ne redorera pas le blason d'un président qui, soignant les riches et saignant les autres, n'inspire plus confiance à grand monde.

=> DERNIÈRE MINUTE : on apprend que le sujet des sanctions pour les chômeurs refusant deux offres «raisonnables» d'emploi sera «discuté» avec les partenaires sociaux le 6 mai. Affaire à suivre…

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 09 Avril 2008 02:57 )  

Commentaires 

 
0 # marielouise 2008-04-09 07:05 Moi, l'ANPE ne m'a jamais proposé aucun emploi. AUCUN. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # diety 2008-04-09 12:35 Bientôt Sarko II va pondre un deuxième texte qui oblige chaque conseiller Anpe à proposer à chaque demandeur d'emploi deux offres d'emploi, sous peine de licenciement ou de baisse de salaire. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-09 19:21 Sur nos forums, notre ami Antoine écrit :

C'est de l'esbroufe. il me semble l'avoir déjà dit ici. Actuellement, dès le premier refus d'emploi il peut y avoir une sanction… Alors passer de 1 à 2 refus, techniquement je ne suis pas contre !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # YoshiL7 2008-04-09 13:21 Article L. 351-17 Code du Travail : «Le droit au revenu de remplacement s'éteint lorsque, sans motif légitime, le bénéficiaire de ce revenu refuse d'accepter un emploi, quelle que soit la durée du contrat de travail offert, compatible avec sa spécialité ou sa formation antérieure, ses possibilités de mobilité géographique compte tenu de sa situation personnelle et familiale, et rétribué à un taux de salaire normalement pratiqué dans la profession et la région…»

C'est à cet article de loi que l'on veut faire la peau ou que l'on veut durcir ou je ne sais quoi, et que l'on retrouve sur nombre de documents de l'Assedic derrière lequel on pouvait peut-être et éventuellement arriver à se protéger (si cela était possible réellement) ?

De toute façon, pour notre gouvernement, il n'y a pas de solutions dans les problèmes, il n'y a que des boucs émissaires qu'il faut saigner, il n'y a que des ennemis à abattre… et ce sont les seuls responsables de tous les maux… Mais jamais on ne cherche de solutions sans monter les gens les uns contre les autres, sans qu'il y ait de confrontation entre les personnes… et cela, on le voit dans chaque action, décision que prend le roi de France.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-12 02:33 Hier, esquissant une ébauche de définition du mystérieux adjectif qualificatif employé par le chef de l’Etat, Laurent Wauquiez nous a dévoilé un pan de l’obscur projet sarkozyen…

Benoît Dusquesne a levé un beau lièvre ce vendredi matin, sur Europe 1, en interviewant le nouveau secrétaire d’Etat à l’Emploi. Au détour d’une question sur la définition d’un «emploi raisonnable» (rappelons que les projets gouvernementaux prévoient de sanctionner les chômeurs qui refuseraient, à deux reprises, des emplois considérés comme tels), le jeune espoir du gouvernement Fillon a livré une inquiétante explication, dont on ne sait s’il s’agit d’une gaffe ou d’un ballon d’essai.

Toujours est-il que serait désormais considéré comme un emploi «raisonnable» un emploi proposant une rémunération, à son tour «raisonnable». Et qu’est-ce qu’une «rémunération raisonnable», selon le ministre ? «Une rémunération qui est meilleure que l’indemnisation chômage que vous avez.»

Autrement dit, les chômeurs seront désormais contraints d’accepter des jobs manifestement sous-payés au regard de leurs diplômes et expérience, pourvu que la rémunération soit supérieure à l’allocation que leur verse l’Assedic. Le Smic étant devenu la norme des nouveaux emplois, les mieux indemnisés auront la chance de pouvoir y échapper. Quant aux autres, dont l'allocation est inférieure ou égale au salaire minimum - et ils sont majoritaires -, ils devront obtempérer. On comprend que Wauquiez, malgré l’insistance de Benoît Duquesne, ne se soit pas étendu sur cette grande avancée sociale…

(Source : Bakchich.info)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-12 03:00
Le Mouvement national des chômeurs & précaires a jugé mercredi "inacceptable" l'instauration de sanctions pour les chômeurs refusant deux offres d'emploi dites "raisonnables", rappelant l'existence de "contrôles stricts" et refusant la "précarisation croissante" de l'emploi.

LIRE ICI…
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...