Actu Chômage

vendredi
23 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le crédit pour survivre

Le crédit pour survivre

Envoyer Imprimer
Le nombre de dossiers de surendettement progresse alors que pour de nombreux ménages, les crédits à la consommation servent à boucler les fins de mois difficiles.

"Le recours au crédit est devenu un moyen de combler l’insuffisance des ressources", avertit le Conseil économique et social (CES). Parmi les personnes endettées, les surendettés "actifs", dont les dettes sont incompatibles avec leurs ressources, ne représentent que 15% des dossiers. La grande majorité, dite "passive", est endettée suite à des "accidents de la vie" : 31% pour cause de divorce et 17% suite à une séparation ou un décès, ou tout simplement comme "substitut de ressources insuffisantes". Cercle vicieux, le surendettement conduirait à des problèmes de santé, à la perte de son emploi ainsi qu’à des sacrifices dans l’éducation des enfants.

Le nombre des dossiers de surendettement ne cesse de progresser malgré la loi Borloo de 2003 instaurant une procédure de rétablissement personnel pour donner "une véritable chance aux surendettés." En 2006, 700.000 ménages ont déposé un dossier de surendettement, d’après le baromètre de la Banque de France. Entre janvier et juillet 2007, le nombre de dossiers traités a augmenté de 6.6% (112.199) par rapport à 2006, à la même époque. Et de 2003 à 2006, ce nombre est passé de 165.500 à 184.866. Pas moins de 6 millions de personnes (1,5 million de ménages), seraient confrontés à des difficultés pour rembourser leur crédit, estime le CES.

Prévenir le surendettement. Pour éviter que ces chiffres gonflent, le Conseil économique et social propose une batterie de mesures réglementant les règles du crédit. Parmi les suggestions du CES : un meilleur encadrement des crédits revolving. Ces derniers sont désormais présents dans 80% des dossiers de surendettement. En ligne de mire : les publicités jouant sur leur simplicité. Le prêt viager hypothécaire ainsi que l’hypothèque rechargeable suscitent également des réserves. L’implication des banques auprès des clients en difficulté devrait également être renforcée et les frais bancaires allégés lors de défauts de paiement.

Autre piste à développer : le microcrédit social. Pour le CES, il serait une "alternative au crédit revolving."

(Source : Le Figaro)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 06 Février 2012 12:26 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...