Actu Chômage

samedi
21 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Chez Renault, le deuxième suicide est reconnu comme accident du travail

Chez Renault, le deuxième suicide est reconnu comme accident du travail

Envoyer Imprimer
La Caisse primaire d'assurance-maladie des Yvelines a annoncé vendredi avoir classé comme accident du travail le deuxième de la série des trois suicides de salariés du Technocentre à Guyancourt.

Le décès d’Hervé T., retrouvé noyé le 24 janvier dans un étang dépendant de l’entreprise, a été considéré «en lien avec le travail» par la CPAM des Yvelines, a indiqué cette dernière. Une décision qui intervient après un premier classement comme accident du travail du décès par défenestration, en octobre 2006, d’Antonio B., ingénieur informatique de 39 ans.
Bien que l'Inspection du travail avait identifié des faits de harcèlement moral à son encontre, la Caisse a par contre renoncé à classer comme tel le suicide, le 16 février, de Raymond D., un technicien de maintenance de 48 ans, qui avait pourtant laissé une lettre mettant en cause le Technocentre avant de se donner la mort par pendaison à son domicile alors qu'il était en arrêt maladie.

Ces deux décisions de reconnaissance suivent la jurisprudence, qui demande à l’employeur d’apporter la preuve du contraire lorsque le suicide se produit au sein de l’entreprise. «C’est une satisfaction pour la famille, mais aussi pour nous, explique Vincent Neveu, délégué syndical adjoint CGT du Technocentre. Cette décision nous permettra, je l’espère, d’avancer vraiment sur la prévention des risques psychosociaux chez Renault.» Un document réalisé par le cabinet Technologia vient de dresser en effet un tableau plutôt sombre des conditions de travail au sein du Technocentre. Près de 31% des cadres et ingénieurs se disent «sous tension», un niveau «particulièrement élevé» selon les auteurs du rapport.

La direction du constructeur automobile, de son côté, veut «se donner du temps d’analyser la décision» avant un éventuel appel. En attendant, Renault rappelle qu’elle n’est pas restée les bras croisés. Et d’insister sur les mesures déjà prises pour lutter contre le stress, comme la limitation des horaires d’ouvertures des bureaux ou l’embauche de personnels supplémentaires. Néanmoins, pour Henry Forest, médecin du travail, spécialiste des conditions de travail à la CFDT, cette reconnaissance a le grand mérite de «de sensibiliser les employeurs et la société française sur un problème qui ne date pas d’hier». Et de rappeler que sur les 300 suicides qui seraient dus, chaque année, au travail, seuls une vingtaine sont reconnus comme accidents du travail par la Sécurité sociale.

(Source : Libération)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 28 Octobre 2007 16:00 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...