Actu Chômage

lundi
23 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Recrutement : Après Emmaüs, la fondation Abbé Pierre se comporte "curieusement"

Recrutement : Après Emmaüs, la fondation Abbé Pierre se comporte "curieusement"

Envoyer Imprimer

Le 23 février 2006, nous vous relations une surprenante procédure de recrutement chez Emmaüs. Un an et demi plus tard, nous avons testé celle de la Fondation Abbé Pierre pour le logement qui est «pas mal» non plus. Encore un cas d'école.

 

L’année dernière, nous vous faisions partager une curieuse procédure de recrutement chez Emmaüs qui, à l’instar d’une multinationale, passe par un cabinet de recrutement. Cette année, c’est la Fondation Abbé Pierre pour le logement qui est dans le collimateur. À vous, professionnels de la recherche d’emploi, de juger.

Le 7 mai dernier, la fondation passait donc une annonce dans CB News, un hebdomadaire spécialisé dans les métiers de la publicité, aux fins de recruter un Responsable de la communication (lire l’annonce en commentaire). Ni une ni deux, votre serviteur y répondait le 10 mai par mail et par voie postale. Sans aucune nouvelle le 4 juin, soit 25 jours après, pas même un accusé réception à mon mail, j’adressais un courriel à la personne chargée de gérer ce recrutement pour savoir si le poste était pourvu. Le lendemain, cette interlocutrice me signalait aimablement que le poste était toujours ouvert. Je la remerciais de sa réponse en lui signalant que j’attendais avec impatience une réponse, positive ou négative.

Sans nouvelle le 14 juin, j’adressais alors un mail au Directeur général de la Fondation Abbé Pierre, dont je vous soumets ci-dessous le contenu :

Monsieur Patrick Doutreligne,

Comme quelques autres j’imagine, j’ai répondu à l’annonce que vous avez passée aux fins de recruter un Responsable de la communication pour la Fondation Abbé Pierre pour le logement. Cette annonce parue le 7 mai dans l’hebdomadaire «CB News», a été reprise sur le site Internet Cadremploi dès le 8 mai.

Pour ma part, j’y ai répondu par voie postale et par mail le 10 mai, il y a donc 5 semaines. Depuis, comme quelques autres j’imagine, je n’ai aucune nouvelle, pas même l’accusé réception de mon envoi mail.

Ce manque de réactivité est plutôt surprenant.

Aujourd’hui, la très grande majorité des entreprises de toutes tailles, accusent réception des dossiers adressés par mail (procédure qui peut être entièrement automatisée), avec un message du type : «Votre dossier nous est bien parvenu. Faute de nouvelles de notre part dans un délai de X semaines, vous considérerez que votre candidature n’a pas été retenue».

Vous imaginez que de nombreux candidats ont placé beaucoup d’espoir dans l’annonce que vous avez fait paraître, notamment celles et ceux qui sont au chômage (et qui doivent par ailleurs justifier de leurs recherches d’emploi). Les laisser ainsi sans nouvelles est une attitude pénalisante psychologiquement et «administrativement» qui, de mon point de vue, s’oppose formellement à l’éthique de la fondation que vous représentez ici.

Je me suis enquis de cette «bizarrerie» auprès d’Isabelle D., en charge de réceptionner les dossiers de candidature. Mais, depuis le 5 juin, je n’ai pas obtenu de réponse (pas même l’accusé réception de mon dossier).

Je ne vais pas retenir votre attention plus longtemps. Je pense cependant qu’il était nécessaire de vous alerter sur ce dysfonctionnement que vous considérerez peut-être comme anodin mais qui, quelque part, relève des prérogatives du Responsable de la communication que vous recherchez.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.


«Nous sommes une petite équipe !»

Le jour même, évidemment, Isabelle D., la personne chargée du recrutement, me joignait par téléphone pour me «reprocher» d’avoir alerté son supérieur et pour m’assurer que chaque candidat allait recevoir sous peu une réponse négative par courrier. Dont acte !

Évidemment, Isabelle D. n’a pas manqué de «justifier» la longueur de la procédure en évoquant un argument «imparable» : «Nous sommes une petite équipe !». Ce dont nous ne doutons pas. Il nous paraît cependant intéressant de signaler à nos lecteurs que la Fondation Abbé Pierre compte 90 salariés et plus de 120 bénévoles répartis sur 11 établissements ; ses ressources s’élevaient en 2005 à 26,1 millions d’€, dont 87,4% issus de la générosité publique (source : Le site de la Fondation Abbé Pierre).

À cet argument «imparable», nous répondons qu’aujourd’hui l’association qui édite Actuchomage (et deux autres sites) dispose d’un budget propre de 2.600 € par an, qu’elle est animée par trois bénévoles, que 4.000 personnes sont inscrites comme membres et adhérents, que 7.000 à 9.000 personnes fréquentent chaque jour nos sites Internet, que nous gérons des centaines de sollicitations e-mails et téléphoniques par mois… tout en étant nous-mêmes au chômage, indemnisés à hauteur de 430 € par mois (2.700 francs), le montant de l’Allocation spécifique de solidarité que nous touchons. À cela, nous répondons aussi qu’il est toujours possible d’adresser à chaque candidat un accusé réception par mail : une procédure automatique, rapide et économique.

Enfin, il est probable que la réponse écrite qui sera prochainement adressée aux candidats non retenus comportera la formule de politesse suivante : «après étude attentive de votre dossier et malgré tout l’intérêt qu’il présente…». Trop aimable !

Yves Barraud, Président d’Alternatives Pour une Nouvelle Économie de l’Emploi (APNÉE)
Rédacteur en chef dans la presse pendant 5 ans, 10 ans au service de la communication de grandes entreprises, 5 ans au service de la communication de collectifs et associations de chômeurs et précaires… mais qui n’avait visiblement pas le «profil».


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 22 Novembre 2018 14:14 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...