Actu Chômage

vendredi
23 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités La Bolivie abaisse l'âge légal de la retraite de 65 à 58 ans

La Bolivie abaisse l'âge légal de la retraite de 65 à 58 ans

Envoyer Imprimer
Alors que partout en Europe, sous prétexte qu'on vit plus longtemps, l'âge de départ en retraite augmente dangereusement, le gouvernement bolivien s'emploie à le réduire de 7 ans.

A l’heure où chez nous, en France, le gouvernement s’apprête à repousser l’âge de départ à la retraite à 62 ans et à augmenter le nombre d’annuités pour bénéficier d’une retraite à taux plein, et cela sans toucher sérieusement aux revenus du capital, en Bolivie, le gouvernement socialiste anti-libéral de Evo Morales s’apprête à faire voter une nouvelle loi sur les retraites, discutée avec la principale centrale ouvrière du pays (la COB), qui abaisse l’âge de départ de 65 à 58 ans avec les mêmes avantages. Cet âge sera même réduit à 56 ans pour les ouvriers du secteur minier, avec possibilité de le rabaisser encore pour certains travailleurs : dans ce cas, un an travaillé à l’intérieur de la mine comptera pour deux.

Tout cela s’inscrit dans le cadre de la reconstruction du système bolivien de retraite par répartition mis à sac par des décennies de libéralisme économique...

Début février 2008, le président Morales avait déjà instauré une pension "dignité" destinée aux retraités vivant sous le seuil de pauvreté, dans un pays où 2 habitants sur 5 vivent avec moins de 2 dollars par jour. Pour financer cette allocation, le gouvernement bolivien avait instauré une redistribution des richesses liée aux hydrocarbures (gaz et pétrole), mettant ainsi à contribution les riches régions de l’est qui s’étaient arrangées jusque là pour bénéficier de la quasi-totalité de ces revenus. Refusant de partager le gâteau, l’oligarchie bolivienne avait, avec à la complicité de l’ambassade américaine, tenté de déclencher une guerre civile destinée à renverser le président Morales.

La France n’est évidemment pas la Bolivie. Ses niveaux de revenus, de pensions de retraites et de vie sont très éloignés, certes, mais n’y a-t-il pas là encore matière à s’inspirer d’un gouvernement progressiste qui élabore et vote des lois qui ne séparent pas l’aspect humain de l’aspect économique ? N’y a-t-il pas intérêt à s’inspirer une fois de plus de ces gouvernements progressistes latino-américains qui ont choisi leur camp entre les requins de la finance, les affameurs du FMI et de la Banque Mondiale d’un côté, et le bien-être du peuple de l’autre ?

La Bolivie, comme le Vénézuela et l’Equateur ainsi que les pays membres de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les Amériques), ont décidé depuis quelques années déjà de renvoyer les technocrates du FMI dans leurs bureaux new-yorkais et de gérer eux-mêmes leurs pays, leur économie, et leurs systèmes de retraites.

Contrairement à nos gouvernements européens assujettis aux agences de notation, celui de Evo Morales estime que l’humain passe avant les considérations économiques. Il estime aussi que ce sont ceux qui en ont le plus et qui provoquent les crises financières qui doivent mettre la main à la poche.

Il estime que les ressources de son pays ne doivent plus servir à garnir les comptes des multinationales étrangères et des oligarques locaux, mais au contraire à développer économiquement et socialement une nation désormais libre du diktat des marchés financiers et de ses alliés.

Une belle source d’inspiration que cette Amérique latine rebelle et progressiste, n’est-ce pas ? Ne devrait-on pas avoir les yeux rivés sur ces nations et ces peuples qui remettent en cause ce que l’on a commencé à nous faire subir ici : à savoir la dégradation de nos conditions de vies et la destruction de nos acquis sociaux résultant d’années de luttes, tout cela au nom de la course au profit des plus riches et du libre-marché "sacré" ?

Sarkozy n’est pas Morales, et nous le regrettons bien.

(Source : Le Grand Soir)


NDLR : On rappelle qu'en 1945, la Sécurité sociale et les retraites par répartition ont été instaurées alors que la France était complètement à genoux. On rappelle aussi que c'est la Deuxième guerre mondiale qui a mis fin à la crise de 1929...

Soixante ans après, en 2005, treize vétérans du Conseil National de la Résistance nous appelaient à lutter contre les attaques d'une droite qui s'emploie à détruire toutes les conquêtes sociales de la Libération. Voici ce qu'ils disaient :
« Comment peut-il manquer aujourd'hui de l'argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l'Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels, et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie. »


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 07 Mai 2012 15:12 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...